lundi 10 janvier 2011

Solidarité avec les blogueurs de Tunisie


Les Tunisiens se révoltent contre la famille Ben Ali qui les tient sous sa coupe et s'engraisse à leurs dépens. Dans ce pays de dictature rampante, la liberté d'expression s'est souvent réfugiée sur internet pour témoigner de son étouffement dans la vie ordinaire. À la fin de la semaine dernière, tandis qu'une répression sanglante frappait les foules insurgées dans plusieurs villes, des blogueurs dont l'un des plus connus, Slim Amamou (@slim404 sur Twitter : son dernier twitt date du 6 janvier), ont été arrêtés.

Que pouvons-nous faire pour eux, nous qui jouissons d'une liberté de parole encore totale, mais sans influence ? Pas grand-chose sans doute, sinon témoigner publiquement notre solidarité, comme l'ont déjà fait de nombreux blogueurs tels que Le Grumeau, Yann, MHPA, Hern, et d'autres —la liste en serait trop longue à cette heure pour la publier. Du moins, tenons-nous prêts à soutenir toute campagne en faveur de ces prisonniers d'opinion.

Sur ce sujet on pourra lire aussi : Frédéric Mitterrand ou l'amour de la dictature polyvoque, d'Hermes,
Vague d'arrestation de blogueurs militants, sur le site de RSF, et l'article d'Écrans : Arrestation de blogueurs militants en Tunisie.

Enfin, on peut suivre sur Twitter des informations sur la situation en Tunisie, à l'aide de l'hashtag :#sidibouzid

Source image

8 commentaires:

David a dit…

A quelques blogueurs, nous avons peu de chance de faire changer d'avis Ben Ali. Après, les seules batailles qu'on est certain de perdre, c'est celles qu'on ne mène pas. DONC SOLIDARITÉ AVEC LES BLOGUEURS TUNISIENS.

Nicolas a dit…

Ouais, on oublie souvent notre liberté !

Raquel a dit…

C'est si révoltant !
Je fais tourner également.

le-gout-des-autres a dit…

"s'engraisse à leurs dépends."... Voyons, coucou...
Mais bon, ce n'est pas (que) pour ça que je passais.
C'est pour dire que je me demande si ce n'est pas le modèle souhaité par notre excité, que celui de la Tunisie.
L'Algérie, c'est une caste de possédants enrichis par la "Guerre d'Indépendance" et protégée par l'armée.
La Tunisie, c'est une pays pris en otage et mis en coupe réglée par un flic et le gang -pardon, la famille- de son épouse et tenu par la police (et une armée si réduite qu'elle en peut virer les flics du pouvoir).
Bon, pas très constructif mais toujours aussi désolant à constater...

solveig a dit…

Nous avons, encore, la liberté de parole ...
ça n'a pas de prix et la solidarité demande qu'on la donne à ceux qui ne l'ont plus ... l'ont-ils jamais eue d'ailleurs ?

Le coucou a dit…

Désolé pour le retard à répondre…

David,
non, ce n'est pas nous qui le feront reculer, Ben Ali. Mais nous pouvons au moins essayer de faire du bruit pour empêcher Sarkozy de le soutenir impudemment, comme il commence à le faire !

Nicolas,
oui, pour le moment nous sommes libres de nous exprimer, c'est important. Il faut nous en servir pendant que c'est un droit intact.

Raquel,
merci !

Le-goût-des-autres,
aïe! Merci je corrige.
Ma foi, si le pays n'est pas officiellement un modèle pour Sarkozy, c'est en tout cas pour lui une famille amie, d'après les dernières nouvelles.

Solveig,
oui, nous ne mériterions pas notre liberté, si nous la laissions dormir !

BOB a dit…

imaginons que ce qui ce passe la-bas se passe en Chine ou a Cuba, la vision que les medias occidentaux seraient toute autre, il y a quelques semaines j'ai lu cet article:

http://2ccr.unblog.fr/2010/12/08/manipulation-internationale/

Le coucou a dit…

Bob,
évidemment…