dimanche 15 février 2009

Sortir de la crise par le sport

Nicolas Sarkozy, en quête de popularité, est allé poser dans la neige des Mondiaux de ski alpin… À cette occasion, il a dit tout le bien qu'il pensait du sport: «C'est bon pour le moral, c'est bon pour l'économie»… Sur cette lancée, on s'étonnera que l'idée ne lui soit pas venue de proposer une grande réforme. L'époque est idéale pour impulser un élan sportif susceptible de revivifier notre société. On pourrait décréter un retour à l'antique vertu des jeux, non olympiques, mais du cirque. Affecter tous les monuments romains qui subsistent chez nous à ce nouvel usage, et, surtout, en édifier de nouveaux dans les principales métropoles régionales, en faisant appel à de grands noms du béton français. Cela fournirait de beaux chantiers pour alimenter la relance par l'investissement. Ensuite, il ne resterait plus qu'à constituer des équipes de gladiateurs —privées bien entendu—, en modernisant quelque peu les enjeux. Nous pourrions avoir quelques superbes combats au Tazer d'immigrants irréguliers, dont le gagnant recevrait un permis de séjour. Des luttes de chômeurs pour un CDI, des affrontements de cadres en quête de primes… Il pourrait même être envisagé de jeter de temps à autre aux lions un préfet, un haut-fonctionnaire ayant démérité. Tout cela, diffusé par la télévision aurait un impact salutaire sur la crise et la démoralisation des ménages. Nous aurions les jeux, il ne nous manquerait plus que le pain.


12 commentaires:

romain blachier a dit…

aux lions, aux lions!

Didier Goux a dit…

Monsieur Blachier : votre idée cruelle mériterait qu'on vous dénonce auprès de Brigitte Bardot, pour tentative d'empoisonnement sur animaux à crinière.

Sinon, je serais assez partant pour tenter une "sortie du sport par la crise", moi...

G. O'Vah a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
le coucou a dit…

G.O. rentre à la niche!

Romain, comme disait ce G.O' qui n'était pas sollicité, oui, mais qui?

Didier, je suis également partisan de sortir du sport grâce à la crise…

Monsieur Poireau a dit…

On pourrait même organiser des paris et ramasser la majeure partie des gains !
Pour ma part, je m'occuperais bien de la gestion des parkings alentours !
:-))

[Beau billet ! :-) ]

Homer a dit…

Moi je vendrais des Donuts et des saucisses dans les gradins. Ca va le faire !

Bérénice a dit…

Comme quoi, l'histoire est un éternel recommencement...

BiBi a dit…

Détrompe toi, CouCou. Little Nikos prépare la livraison des Sports, clés en main aux Marchands du Temple. C'est avec ce benêt de Laporte que les courants d'Air du Libéralisme vont s'y engouffrer.Va y avoir du Sport ( et des Sportifs argentés)

ZAZIE a dit…

Excellent billet, un vrai régal : félicitations.

Le coucou a dit…

M. Poireau, Homer,
il y aurait une foule d'activités à créer! Exemple: les paris clandestins pour les banquiers au chômage…

Bérénice, caricature mise à part, cela fait longtemps maintenant que nous sommes revenus au slogan romain "du pain et des jeux" . Le sport remplit dans la société le rôle du cirque antique, avec nos politiques sur les gradins.

Bibi, je me détromperais de quoi? Ai-je dit autre chose?

Zazie, merci, heureux de vous voir ici.

Martin P. a dit…

jeux? une affaire d'ego? ;)

Le coucou a dit…

Martin: Avec l'ego, le jeu, les jeux ne sont jamais bien loin. Et R. Dati, par certains côtés, me fait penser à une héroïne du cirque antique, oui