mardi 19 juillet 2011

Je n'irai pas à Compostelle

Ce matin, en quittant la maison j'avais débranché la livebox par crainte des orages. De retour sous des trombes d'eau, comme il n'y avait pas d'éclairs, j'ai remis l'appareil en service… Plus de connexion, ou alors durant quelques secondes à peine, le temps de récupérer un mail ou deux avant la coupure. Au bout d'un certain temps perdu à débrancher, puis brancher l'engin infernal qui me narguait en clignant sans trêve de ses petits yeux rouges, j'ai appelé l'assistance à contrecœur. 

L'idée que la communication me serait facturée, de même que l'intervention d'un technicien si cela s'avérait nécessaire, me faisait souffrir. Je suis radin. Et pas de chance : la dame au bout du fil décida de m'envoyer un spécialiste «d'ici le 21 juillet, milieu d'après-midi au plus tard»

Miraculeusement, mon attente a duré moins d'une heure avant que deux hommes de l'art ne débarquent sous le soleil revenu, l'un dans une petite fourgonnette, l'autre avec un camion-nacelle. J'ai fermé les yeux et fait vœu d'aller à Saint-Jacques-de-Compostelle à pied si le dieu des télécoms m'épargnait la facturation de la nacelle.

Ils ont déployé cette dernière vers le sommet d'un poteau, et l'un des techniciens a ausculté le contenu d'un coffret fixé là-haut, avec tout un attirail électronique. De temps en temps, il émettait des constats laconiques à l'intention de son collège resté au sol : «rien sur la quatre ; la une est morte ; il est sur la six qui n'est pas terrible»… Comme je le regardais de cet air anxieux que l'on doit avoir aux urgences dans l'attente d'un diagnostic sur la santé d'un proche, celui-ci m'expliqua : «vous avez une paire un peu bancale, il cherche s'il y en aurait pas une meilleure.» J'ai failli lui dire qu'à l'approche des 65 ans ce sont des choses qui arrivent, mais je me suis retenu. On a sa fierté.

Finalement, ils m'ont laissé sur la 6, je crois, mais avec une paire revigorée par les progrès de la science. Internet remarche et, comme il semble que le câble ait été endommagé par les multiples chutes d'arbres de ces dernières années, j'échapperai peut-être à la facture. Je n'irai pas à Compostelle : s'il y a eu des tempêtes, c'est la faute du Ciel, ça change tout.


CC est rentrée de Florence, elle revient dans la brume, la pauvre…

12 commentaires:

Gildan a dit…

Excellente journée, donc ?
:)

CC a dit…

Mieux vaut retourner à Florence :) Il y a de très belles églises aussi !

Suzanne a dit…

Promis, c'est promis! Coucou qui s'en dédit ?
(il sont beaux, pourtant, les chemins de Compostelle.)

Le coucou a dit…

Gildan,
comme toutes les journées :)


CC,
ah, ça oui ! Des fresques à rester des heures en contemplation dans les moindres d'entre elles… :)) Mais on pourrait passer une vie à Florence avant de tout connaître.

Suzanne,
heu… Le coucou coucoute mais ne grogne pas. Il faut de toute façon attendre un peu, voir si une facture n'arrive pas d'ici quelques mois. Et les chemins de Compostelle sont très beaux, mais déconseillés en hiver, à pied.

mike hammer papatam andropov a dit…

"Vous avez une paire un peu bancale", magnifique.

Marie-Georges Profonde a dit…

Ah tiens, c'était mon projet de cet été, Compostelle (enfin, un ptit bout depuis Paris pour commencer). Je peux donc clamer avec vous que je n'irai pas à Compostelle, en tout cas je suis encore loin et les trombes n'invitent effectivement pas à se mettre en route. (Le problème est que je n'ai pas d'autre idée pour échapper aux factures, moi...) Contente que la grande toile se soit à nouveau tissée jusqu'à chez vous.

Nicolas a dit…

Je veux bien faire un bout du chemin de Compostelle s'il passe par la Nationale 7 en quittant Paris.

Pareil avec Orange quand j'avais eu un problème : ronchonnement au téléphone mais en fait tout est allé très vite, le technicien est intervenu "immédiatement" (je mets des guillemets parce qu'il a bien fallu qu'on se fixe un rendez vous à la maison pour que je sois là et pas au boulot).

Nicolas a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
mtislav a dit…

Tiens, j'ai raté Florence, dommage. Pour le reste, content que ta paire fonctionne à nouveau...

Le coucou a dit…

Mike,
c'est vite dit, on voit bien que ce n'est pas la tienne !

Marie-Georges,
c'est un plaisir de vous revoir par ici ! Pour échapper aux factures, Compostelle serait vraiment bien, vous devriez tenter. À pied, vous auriez certainement le temps de les oublier et de les laisser s'accumuler à votre domicile, avec la chance qu'un incendie les détruise en votre absence…

Nicolas,
en route, hop ! Dans mon cas, le RV a pris 2 mn. Les techniciens se trouvaient dans le village à côté quand ils m'ont téléphoné pour savoir s'ils pouvaient venir…

Mtislav,
il n'est jamais trop tard pour découvrir Florence !

Monsieur Poireau a dit…

Ne te plains pas, il fut un temps où nous avions des paires torsadées ! De quoi aller à Compostelle et en courant !
;-))

Le coucou a dit…

Poireau,
torsadées ? La vache ! je l'ai échappé belle…
(il y en a deux autres qui sont revenus le lendemain pour changer des trucs dans le coffret et exterminer des phalanges de fourmis. J'étais inquiet, mais ça marche tourjours…)