mercredi 14 juillet 2010

14 juillet, et le pouvoir se défile

Pour ce 14 juillet de Fête Nationale, ce blog assurera un service minimum. Si vous avez loupé comme moi le défilé à la télévision, rassurez-vous: Nicolas a réalisé un reportage complet, avec musique et photos originales.
Juste un mot pour râler sur la pratique provinciale qui s'installe, consistant à fêter la prise de la Bastille le 13 juillet. À Draguignan, le défilé avait lieu hier, comme le feu d'artifice à Bargemon: double hérésie!
Sinon, la descente aux enfers du régime suit son cours: Éric Woerth est accusé d'avoir bradé l'hippodrome de Compiègne à ses amis d'affaires. Il s'en défend. S'il avait admis la chose, nous aurions été surpris.

Arnaud Montebourg estime «inévitable que le PS, en désespoir de cause, doive lui-même saisir la justice» pour tirer au clair les affaires de trafic d'influence qui s'accumulent et dont le pouvoir bloque les enquêtes indépendantes. C'est à lire sur Mediapart.

7 commentaires:

Yann a dit…

Quelle époque épique !

Homer a dit…

On se marre pas mal avec Woerth.

L'oréal: Because I worth it.

Nicolas a dit…

C'est pas gentil de nous envoyer lire un article payant de Médiapart ! ;-)

toff de aix a dit…

Woerthiez-vous ça! Nico l'africain a réussi l'impensable : faire défiler une belle brochette de gars parfois pas très recommandables, histoire de balancer un nouveau contrefeu propre à éteindre le Bête incendie qui a cours (..ok ok) en ce moment. Cela suffira-t-il? Il est vrai que l'on mesure là tout le "génie" du bestiau : allez voir par ici pour vous faire une idée(l'article n'est pas payant et résume bien la qualité du beau petit monde présent sur la tribune hier http://www.slate.fr/story/24807/very-important-dictateurs-au-d%C3%A9fil%C3%A9-du-14-juillet
...)

En effet que voit-on? En balançant un énième os à ronger aux clébards de toutes sortes qui harcèlent les mollets de son Ericounet chéri, il espère peut-être relâcher la pression qui pèse sur lui? Peine perdu : le lendemain matin(càd aujourd'hui) il se retrouve avec un nouveau "buzz", sur la vente à prix d'ami d'un terrain hippique dans la forêt de Compiègne...

Las! Avec Toupti Ier on peut être sûrs d'une chose : on aura droit à l'infâmie (légitimer une bande de pourritures en les accueillant avec les honneurs de la République), et en plus ça ne servira à rien, si ce n'est à nous faire passer de plus en plus pour une république bananière, sans aucun jeu de mots raciste je vous l'assure!

Quelle époque formidable!

Le coucou a dit…

Yann, ça ne dispense pas d'être à cheval sur les principes républicains.

Homer, joli ! :-)

Nicolas,
si j'avais eu le temps, j'aurais recherché un lien gratuit en plus… C'est aussi dans le cadre de ma campagne de pub désintéressée en faveur de Mediapart…

Toff, merci du lien qui complète le bout de billet… Attention de ne pas vous laisser trop emporter dans la fureur et l'insulte, merci! J'ai déjà à me surveiller moi-même et je suis responsable des propos tenus en commentaires…

Epamin' a dit…

Petite, je regardais le défilé chez mes grands-parents qui, ayant connu deux guerres, admiraient la prestation des militaires français et la belle allure des chevaux... et ils versaient une petite larme sucrée.
Je crois qu'aujourd'hui, leurs larmes auraient un goût amer...

Le coucou a dit…

Epamin', comme j'habitais une petite ville, pas de défilé chez nous… J'ai vu le premier (et peut-être bien le dernier) à l'adolescence, quand mes parents ont emménagé dans une ville de garnison.