mardi 27 juillet 2010

La main de la Suisse dans la culotte d'Éric

On en apprend de belles aujourd'hui à la lecture de la Tribune de Genève! Dans une interview accordée le 14 juillet à l'Oise-Hebdo, Éric Woerth accusait les «intérêts suisses» d'être à l'origine de sa déroute politique. Selon lui, il aurait «fait très très mal» à des intérêts suisses, et du coup, il se trouverait chez nos voisins des gens qui l'ont «mis au premier rang des hommes à abattre»

Comment a-t-il fait mal aux intérêts en question? Ben, souvenez-vous des fichiers de fraudeurs du fisc français volés à une banque de Genève… M. Woerth les a utilisés quand il était ministre du Budget.
Au passage, la Tribune nous rappelle un détail savoureux: M. Woerth s'est servi de fichiers de provenance délictueuse malgré «les protestations véhémentes des autorités helvétiques». Il est donc parfois normal d'utiliser des documents obtenus par des méthodes illicites, à des fins de justice —fiscale dans le cas présent…
On appréciera le rapprochement avec les enregistrements clandestins qui rendent douteuse la moralité de M. Woerth, et partant inopportune sa présence au gouvernement.

Revenons toutefois à la main des intérêts suisses poursuivant M. Woerth de sa haine implacable. Le ministre ne dit pas comment elle a procédé pour lui nuire, mais on peut l'imaginer…
En janvier 2009, dès qu'ils eurent vent de la saisie des fichiers bancaires litigieux (effectuée à la demande des autorités judiciaires suisses), les pernicieux intérêts d'Helvetie ne perdirent aucune seconde. Entrés en contact avec le majordome de Mme Bettencourt —sans doute un agent dormant des services du secret bancaire suisse—, ils le persuadèrent d'enregistrer en cachette les conversations de la dame avec ses collaborateurs. Afin de ne rien négliger et de s'assurer qu'il y aurait matière à embarrasser sérieusement M. Woerth, ils activèrent un autre espion de leur réseau: Patrice de Maistre. C'est ainsi que dès le mois de mai suivant, l'enregistreur était sous la table, tandis que M. de Maistre commençait à émailler ses propos de «le ministre» par ci, «M. Woerth qui est très gentil» par là…
Il ne restait plus aux Suisses qu'à donner l'ordre de publication à leur agent autorisé à tuer: Mediapart.fr…

Evidemment, M. Woerth, ligoté par son sens du devoir, n'a pas tout révélé à l'Oise-Hebdo: ainsi on ignore officiellement quel doigt de la main helvéte a décidé de sacrifier une grande amie de la Suisse comme Mme Bettencourt. L'index s'appellerait Netslé, que cela n'aurait rien d'étonnant: la vengeance se doublerait alors d'une préparation d'artillerie en vue d'une OPA hostile à venir contre un fleuron de notre industrie nationale. Conclusion: Éric Woerth prend les français pour des cons.

P-S : les farines animales reviendront-elles dans nos assiettes? Deuxième épisode du feuilleton de l'été chez CC… Mise en route d'Hadopi, chez Falcon…

10 commentaires:

Julien a dit…

Nos services secrets sont redoutables. C'est bien connu que le Mossad, le KGB et la CIA envoient leurs nouvelles recrues en Suisse.
D'ailleurs, Kadhafi a vraiment eu peur d'être victime d'une opération commando helvète!

Mr Poison a dit…

La main de la Suisse dans la culotte d'Éric, Mr Woerth ligoté par son sens du devoir, je ne te croyais pas si tendancieux !

Le coucou a dit…

Julien,
terribles, vous êtes terribles! Et vous en voulez à la France: le Raimbow Warrior, en réalité c'était vous, déjà. Mais on nous le cache pour des raisons diplomatiques. Il y a eu un échange d'espions pour régler l'affaire à l'amiable (on vous a rendu J. Halliday notamment).

Poison, mince, dit comme ça, c'est vrai que ça fait sado-maso!

toff de aix a dit…

INFO EXCLUSIVE : décidément ce blog devient le relais officiel des secrets d'état les mieux gardés de la planète! Un "Wikileaks" "à la Claviesienne" en somme...

Nous apprenons à l'instant que les VACHES MILKA, aidées des perverses marmottes travaillant pour la même odieuse firme, étaient en fait de redoutables empoisonneuses de population. Par l'entremise de leurs tablettes de chocolat au lait made in suisse (quoi de plus innocent qu'une tablette de milka au lait enrobe dans le papier d'alu, en fait?), elles auraient littéralement inondé la France de poison pendant des années... En effet, les tablettes étaient additionnées d'un puissant soporifique destiné à endormir la population Française.
Résultat? : une baisse généralisée de la productivité, une hausse du chômage et des cotisations sociales. Et, in fine, l'élection de Nicolas Ceauceskozy au pouvoir en 2007, après l'oblitération de tout sens critique chez la populace.

Les exemples les plus frappants d'individus très largement contaminés(par suite d'un amour immodéré pour ce chocolat, et donc une consommation excessive des tablettes scélérates) : Johnny Halliday( et son récent faux "coma", souvenez-vous!); Jean-louis Borloo (toujours à tituber, et pas pour ce que l'on croyait...); Nicolae Ceauceskozy himself (lors du sommet avec Poutine, qui lui avait offert une tablette de Milka supérieur...).

Les cas seraient légion, c'est pourquoi Brice Boutefeux a décrété la Loi Martiale et, selon nos sources les plus proches, s'apprêterait à confier les pleins pouvor à Notre Grand Leader pour procéder à La Grande Epuration Légitime qui s'impose désormais.

Amis lecteurs, rassurez-vous cependant! Le Ministre Woerth n'est pas touché, la réforme des retraites est sauve...

Nicolas a dit…

Ah ! C'est donc ça !

Le coucou a dit…

Toff,
mais tu es une vraie bête de somme ! Je jette en tout cas l'éponge quant à répondre à la somme ci-dessus sur l'Affaire. :-)

Nicolas,
eh oui! Et encore, nous ne savons pas combien il y a eu de morts…

pamphile a dit…

Ce monsieur Woerth est un grand malade... de la politique.

Le coucou a dit…

pamphile, il semble sérieusement atteint.

Mr Poison a dit…

"littéralement inondé la France de poison"
Eh, oh, j'ai rien fait, moi !
;(

Le coucou a dit…

Poison,
désolé, j'espère que tu ne vas pas me poursuivre pour injure à cause du commentaire de Toff? Il ne savait sans doute pas que je suis responsable de tout ce qui se dit chez moi… :-))