lundi 19 juillet 2010

Bon, on l'enterre quand, votre démocratie?

Les années ont beau passer, les siècles aussi, le peuple français reste imprégné des valeurs de sa Révolution. Pourtant peu de citoyens se souviennent avec précision de la manière dont leurs ancêtres révolutionnaires envisageaient la vie publique au lendemain de la mort du roi —pour eux-mêmes et leurs descendants. Ces premiers républicains adhéraient à quelques grands principes définis dans la Déclaration des Droits de l'Homme, placée en préambule à la Constitution de l'An I. Celle-ci consacrait la Souveraineté populaire et accordait une place déterminante au référendum, à la décentralisation, ainsi qu'à la séparation absolue des pouvoirs.

Jamais appliquée, du fait des guerres de l'époque et surtout de la chute de la Convention montagnarde, qui l'aurait sans nul doute rendue effective au sortir de la Terreur, cette constitution est devenue le fantôme d'un rêve démocratique. Un rêve qui hante confusément les esprits et fonde nos exigences de citoyens. La fameuse devise: liberté, égalité, fraternité, n'en est qu'un résumé imparfait et tardif, une dépouille que les pères de la Troisième République exhumèrent pour tourner la page des tyrannies et rouler le peuple dans la farine. Avec une devise pareille, les nigauds pouvaient croire que c'était fait: nous étions en démocratie, mais cela n'a jamais été le cas.

Aujourd'hui, sous la république sarkozyste, le manque de démocratie est devenu particulièrement criant, au point que dans la blogosphère, beaucoup proclament la mort de celle-ci. Foutaises! Comment peut-on s'émouvoir en 2010 de la disparition d'un régime mort-né en 1793 ? Nicolas Sarkozy n'a fait que pousser jusqu'à la caricature les vices politiques que voulaient exorciser les rédacteurs de la Constitution de l'An I. Ce sont ceux d'une république purement représentative, dont il est temps de dénoncer l'imposture flagrante.

M. Sarkozy a beau être odieux et son système révéler chaque jour davantage son indignité, son pouvoir restera néanmoins borné par un mandat. Il pourra être battu aux élections et laisser la place à d'autres, de droite ou de gauche, qui pourront nous annoncer le retour à la «démocratie». De droite ou de gauche, ses successeurs ne tomberont pour autant pas raides morts d'avoir proféré cette insanité. Quelques têtes auront changé, le régime restera pour de nouvelles aventures…

Dans la Déclaration des droits de la Constitution de l'An I, on lisait:

Article 30. - Les fonctions publiques sont essentiellement temporaires ; elles ne peuvent être considérées comme des distinctions ni comme des récompenses, mais comme des devoirs.

Article 31. - Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais être impunis. Nul n'a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens.

De ces articles nous est restée la conviction que le personnel politique ne doit pas accéder aux fonctions publiques pour faire carrière, et qu'il doit être irréprochable dans l'exercice de ses mandats. Cette conception fortement enracinée a été néanmoins constamment démentie par la réalité. Les rancœurs cachées se sont accumulées avec le temps. Il faudrait que notre monde politique se réveille très vite pour révolutionner nos institutions et rendre au peuple français la partie de ses droits qui lui a été dérobée. Sinon, il exercera un jour ou l'autre le pouvoir qu'aucune constitution au monde ne pourrait effacer de sa tête:

Article 35. Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.


52 commentaires:

Anonyme a dit…

tu es un rebelle républicain
@unouveaucompte

captainhaka a dit…

Merci pour ces précieux rappels.
Le carrièrisme en politique est une vérole sans nom car il empêche le renouvellement des personnels, propice au développement des nouvelles idées et au progrès de notre société. Nous vivons une époque qui offre des moyens extraordinaires pour faire avancer l'humain dans une quête de paix et de confraternité, des envies de liberté et de créativité et un impératif de partage des richesses.
Mais hélas, notre pays donne à voir une classe politique dirigeante pitoyable et une population dolente et préoccupée par un avenir proche pas trop réjouissant.
Vite, de l'air !! ( ou un coup de pied dans le derrière !)

elmone a dit…

Cette Constitution (de 93 je crois) n'a effectivement jamais été appliquée.
Je me souviens de mon prof de Droit Constitutionnel qui avait dit que la Constitution dans le Monde qui lui ressemblait le plus était celle de l'URSS.
Je ne sais pas s'il avait raison mais ça fait peur

Le coucou a dit…

Unnouveaucompte, bah! tu crois?

Captainhaka,
au carriérisme, on peut adjoindre le cumul des mandats, qui d'ailleurs n'en est qu'une facette… Les résistances à ce changement, observées dans tous les partis, sont éloquentes.

Elmone, de 1793, oui, comme je le précise d'ailleurs dans le billet. La rapprocher de la constitution de l'URSS, qui dans les faits, resta une fiction inappliquée, pour répudier la seule constitution honnête de notre histoire, ne peut être que le réflexe d'un prof douteux.

Le coucou a dit…

PS @Elmone: je n'ai pas évoqué le contenu de la constitution l' An I proprement dite. Elle décrivait minutieusement l'organisation politique du pays, des communes à l'Assemblée, et prévoyait notamment que toutes les lois proposées par les députés devaient recevoir l'aval du peuple —selon un mécanisme compliqué qui concernait les corps d'électeurs des régions, et selon aussi qu'une contestation se manifestait, ou non. Sans opposition déclarée dans un certain délai, une loi devenait applicable…

Homer a dit…

Y'avait de l'idée, à l'époque...

Amis blogueurs, prenez vos fourches et vos flambeaux, on va à la Bastille !

Le coucou a dit…

Homer, en route! C'est par là

Didier Goux a dit…

La constitution de 93 (et les révolutionnaires en général) avait un vice rédhibitoire : elle s'appuyait sur un Homme fantasmé, idéal, qui n'a jamais existé nulle part et n'existera probablement jamais. Partant, on ne pouvait déboucher que sur la Terreur – tout comme en Russie communiste, Elmone a raison, il me semble.

isabelle B. a dit…

la démocratie est un bon système pour donner au peuple l'illusion de la liberté...

Nicolas a dit…

La démocratie peut-elle exister ?

Le rocrocodile a dit…

La démocratie française a t'elle réellement existé ?

Gabale a dit…

Finalement, le Prince de Salina avait raison : "Il faut que tout change pour que tout reste comme avant »

http://www.youtube.com/watch?v=AlW8QzxDuXw

Le coucou a dit…

Je reviendrai répondre quand il fera moins chaud, mais en jetant un coup d'œil à vos comm. la moutarde me monte au nez, et c'est un euphémisme.
Parler de démocratie chez nous, c'est de la connerie, ou de la malhonnêteté —selon le degré de lucidité de chacun.
Il y a une démocratie paisible dans le monde, une seule: la Suisse. Ses défauts vous agacent? Ce sont ceux des hommes, et en attendant, du sein de leur régime équilibré j'imagine que les Suisses nous emmerdent, ils ont drôlement raison.

jazzman a dit…

Je ne sais pas si je suis hors sujet, mais justement en Suisse les socialistes essaient de faire usage du droit d'initiative pour désarmer les citoyens, preuve (à mon avis) qu'ils aspirent à des "lendemains qui chantent"...comme en France.
http://www.swissguns.ch/ aller à la rubrique Editos.

isabelle b. a dit…

j'adore le chocolat suisse ;-)

toff de aix a dit…

La dictature, c'est: "ferme ta gueule", la démocratie, c'est "Cause toujours"....vous la connaissiez sans doute celle-là? Partant de là, tout est dit. Chomsky a raison de dire que nous vivons dans un système qui n'est certes pas une dictature (au sens que tous ceux qui s'expriment sur ce blog seraient déjà internés, ou pire, si c'était le cas), mais qui n'en est pas moins totalitaire, dans le sens qu'il nous fait croire que nous sommes libres...

Aujourd'hui, en France, c'est de plus en plus flagrant avec Toupti Ier, mais ça ne date pas d'hier.. En un sens, si la décomplexion sarkozyste est vraiment amorale et révoltante, elle n'en est pas moins transparente, pour une fois... Et ça n'est pas en allant lorgner du côté de la suisse (qui a fait nombre de compromis, tout au long de son histoire, pour rester 'neutre' et offrir à ses citoyens une "démocratie" qui finalement rejoint toutes les autres...çàd inféodée au capital) que cela changera quoi que ce soit, à mon sens.

Ceci dit, cela ne veut pas dire qu'il faille rester pessimiste et se résigner : au contraire, bougeons-nous..et bougeons les autres, si nous le pouvons encore!

Mr Poison a dit…

Je crois que la véritable démocratie n'existe nulle part, même si certains pays en sont proches (mais pas la France, ça, c'est certain !).
Il suffit de relire la République de Platon, c'est toujours d'actualité.
l'Homme n'est pas encore prêt.
Le sera t'il un jour ?

NewPhenix a dit…

Quelle prétention !!!

Votre virulence contre la démocratie n'a d'égal, j'en suis sûr, que votre complaisance de la dictature pour déclarer avec emphase la mort de ce régime au motif qu'il n'incarnerait pas la perfection supposée de la constitution de l'an I qui ne reconnaissait pas le droit de vote des femmes.

La banalité consternante de l'internaute répétant à longueur de commentaire la mort de la démocratie, l'illusion de la liberté illustre un sentiment fort répandu : le pessimisme euphorique.

La démocratie c'est d'abord le droit de choisir ses représentants, ce n'est pas la garantie qu'ils sont la perfection.

On a la classe politique qu'on mérite, ces hommes et ces femmes ne tombent pas du ciel.

S'ils ne vous conviennent pas, présentez-vous aux élections : vous pourrez enfin votez pour quelqu'un dont vous partager les idées politiques.

toff de aix a dit…

C'est votre commentaire qui est prétentieux (ou, au mieux, ignorant) : vous affirmez qu'il suffit de se présenter aux élections si l'on n'est pas d'accord? Il n'y a qu'à voir les appuis nécessaires, aussi bien financiers que politiques, pour essayer de se présenter à n'importe quelle élection, je dis bien n'importe laquelle.... Je persiste et signe quand j'affirme que ce que vous nommez démocratie n'est qu'un totalitarisme déguisé : certes moins brutal, autoritaire qu'une dictature..;mais au final, la domination est la même. Et le "renouvellement" des élites ne s'opère pas. Quand je vois que le "choix" que l'on nous a proposé en 2007 se résumait entre Ségolène et Nicolas(quelle mascarade!), et quand je pressens que 2012, ça sera entre Strauss-khan et le même Nicolas (ou, avec un peu de chance, son rival de droite qui aura réussi à ne pas se faire attraper la main dans le sac), j'ai déjà tout résumé... ce que vous nommez "choix", je l'appelle par son vrai nom : UNE ARNAQUE.

Je ne prétends pas que la démocratie est morte, je prétends qu'il s'agit d'un idéal que l'on nous fait croire comme acquis, alors que nous en sommes de plus en plus éloignés. Un idéal qui n'a encore jamais vraiment été mis en pratique.

Mr Poison a dit…

@ NewPhenix
Votre commentaire stérile et ne faisant pas avancer le débat n'a d'égal que votre pseudo ridicule, très cher.

NewPhenix a dit…

@ toff de aix
L'élection présidentielle est à 2 tours.

Au 1er tour vous avez le choix, à priori, entre le NPA, Lutte Ouvrière, le PC, le Front de Gauche, Génération Ecologie, le PS, le MODEM,le Nouveau Centre, l'UMP, Chasse pêche et tradition, et le Front National.
Si aucun de ses partis ne correspond à tes désirs de démocratie, de liberté etc, alors je maintiens : Présente-toi aux élections... municipales pour commencer et mettre en valeur les compétences et les qualités qui manquent à tous les élus.

Les 2 candidats qui ont recueillis le plus de suffrages se retrouvent au second tour.
Le s

NewPhenix a dit…

@ toff de aix
Faire des prédictions de second tour c'est la preuve que tu n'a rien compris au suffrage universel. L'absence de Jospin en 2002 rappelle que seul compte le nombre de voix obtenues.

Enfin par respect pour toutes les victimes de tous les totalitarismes ne compare pas ta situation à ce qu'on vécut des millions d'hommes et de femmes.

Le coucou a dit…

Didier, un homme fantasmé? Difficile de dire le contraire, mais comme toutes les constitutions, elle proposait une organisation de la vie publique: on ne peut savoir si les règles qu'elle édictait auraient été insuffisantes pour faire vivre harmonieusement les gens ensemble avec leurs défauts… La Terreur n'est pas du tout une fille de cette constitution qui n'a pas eu le temps d'être appliquée. C'est la guerre intérieure allumée par la Réaction qui a rendu celle-ci inévitable. Rien n'aurait empêché d'appliquer cette fameuse constitution une fois ces troubles sanglants terminés. Nous aurions alors le recul pour la juger.

Isabelle, la liberté que donne le pouvoir d'intervenir dans les affaires d'un pays. Par exemple la liberté d'obliger un gouvernement à organiser un référendum sur les privatisations, ou un autre référendum pour rejeter ou approuver la future loi sur la retraite…

Nicolas, elle existe, ailleurs.

Rocro, chez nous non.

Gabale, c'était le point de vue d'un vieil aristo désabusé…

Jazzman, les Suisses sont à l'aise dans la démocratie, même quand celle-ci leur permet des choix critiquables, ils retombent toujours sur leurs pieds à la fin. Je crois qu'ils ont un problème avec l'abondance des armes chez eux (puisque les citoyens soldats sont tenus de garder leur arme et de l'entretenir, dans le civil). Il y a eu pas mal de faits divers fâcheux.

Isabelle, moi aussi, j'aime le chocolat suisse… Le belge aussi, d'ailleurs…

Toff, d'accord dans les grandes lignes, pas dans le détail. Faites vivre des Suisses chez nous (et il y en a), vous les retrouverez vite effarés par le spectacle de notre vie publique. Chez eux, ça commence au plus bas de l'échelon politique: dans une commune les citoyens ont le regard sur tout, peuvent contraindre leurs élus à revoir entièrement un projet. On nous sert régulièrement les rapports douteux de leur démocratie avec le monde de la finance, mais d'une part cela n'a pas toujours été le cas, et d'autre part tous les Suisses sont loin d'approuver cette situation —pas assez nombreux sans doute, sinon, démocratie aidant, cela changerait vite.

Poison, la démocratie idéale, en effet, n'existe nulle part. Est-elle possible? Sans doute non… Il faudra que notre espèce mute pour l'atteindre, si on ne bousille pas la planète avant. Ça fait plaisir de te revoir ici!

NewPhenix, vous venez de réchapper d'un incendie, ou vous nous sortez d'un noyau de datte? La démocratie c'est, notamment, le droit de choisir ses représentants et de les révoquer lorsqu'ils sont trop éloignés de la perfection. Que vous parliez de classe politique est particulièrement éclairant: en démocratie, il n'y a pas de place pour une «classe politique», on fait en sorte que le temps politique ne permette pas son apparition. Quand à la mort de la démocratie, je ne fais pas cette idée mienne, puisque je soutiens qu'elle n'existe pas.

Toff, Poison, merci de vos réponse à ce contradicteur —qui néanmoins peut revenir quand il veut…

Le coucou a dit…

M. Phenix, encore un mot puisque vous êtes revenu pendant que je répondais à tout le monde. Vous défendez en somme la Ve République et le mode de désignation d'un président-autocrate. Avant même de parler de démocratie, c'est cette république-là que je trouve bonne à abattre. Rendre le président aux chrysanthèmes qu'il n'aurait jamais dû quitter (si toutefois il en faut un), avoir un gouvernement responsable devant les seuls élus du peuple, et donner à ce dernier le droit à un référendum d'initiative populaire digne de ce nom: ce serait déjà un grand progrès.

Mr Poison a dit…

Mais je n'étais pas parti, Le Coucou, ce n'est pas parce que je ne commente pas souvent que je ne lis plus.
:)
A propos du fait de détenir des armes, il est intéressant, même si ça doit faire grincer des dents à certains, de constater qu'au Yémen, ou quasiment chacun porte une arme à feu, les actes de violence par armes sont plutôt bas comparés au nombre d'armes qui circule, et quand c'est le cas, c'est dans la désapprobation quasi générale.
Il y a des pays où de simples machettes font beaucoup plus de dégâts.

jazzman a dit…

Cher coucou,
Je suppose que vous avez compris que je suis suisse. Il y a eu très peu de faits divers fâcheux en rapport avec les armes de service et ceux-ci ont été montés en épingle à des fins de propagande. Puisque vous semblez y croire, en discuter serait un dialogue de sourds.

NewPhenix a dit…

@ Coucou

Votre raisonnement repose sur un syllogisme dont une prémisses est fausse :
- la Suisse est la perfection démocratique (F)
- La France n'est pas la Suisse (Vrai)
- Donc la France n'est pas une démocratie(Faux)

Vous ne pouvez concevoir que la démocratie existe sous des formes diverses avec ses avantages et ses inconvénients et surtout que c'est un processus que l'on peut toujours améliorer (Ex : la constitution de l'An 1 qui a vos faveurs n'accordait pas le droit de vote aux femmes).

Avoir un Président amateur de chrysanthèmes n'a pas empêcher la IIIe république de sombrer dans la collaboration et la IVe de disparaitre dans la Guerre d'Algérie.

Le référendum est un instrument qui peut conduire un Président à quitter le pouvoir comme le fit De Gaulle (pas Chirac) ou justifier un coup d'état comme pour Bonaparte en 1851.

La critique de la Ve République à commencer par l'élection du monarque républicain au suffrage universel est légitime mais en conclure que c'est un régime non démocratique donc totalitaire témoigne d'une ignorance de ce que sont les régimes totalitaires.

Le coucou a dit…

Poison, c'est d'autant plus un plaisir de te savoir parfois à la fenêtre. Ce que tu dis du Yémen est en effet intéressant, et cela me surprend beaucoup. Il est vrai que je n'ai aucune connaissance de ce pays, même pas livresque… J'imaginais le Yémen comme un coin assez brutal (une sorte d'Afghanistan avant les guerres de l'époque contemporaine)…

Jazzman, non, je n'avais compris que vous êtes suisse. L'excès de chaleur doit y être pour quelque chose. En tout cas, si j'ai évoqué les faits divers chez vous, ce n'est pas par conviction : j'en ai entendu parler, mais sans plus. Je n'ai donc aucune opinion là-dessus, je veux bien croire ce que vous dites…

Phenix, je vous lis avant d'avaler mon café, j'ai eu tort : vous m'agacez prodigieusement, c'est une mauvaise façon de débuter la journée. Ai-je écrit quelque part que la Ve est un régime totalitaire? Cherchez. Ce sont vos propos qui caricaturent, non les miens! Un régime républicain peut fort bien être d'essence non-démocratique, comme la Ve, et en dépit de l'élection de l'autocrate au suffrage universel. Et j'en ai marre de voir surgir régulièrement des tricheurs de votre espèce qui viennent expliquer les tares d'une démocratie jamais connue! Le référendum gaullien n'est pas démocratique, il est de même nature que le plébiscite bonapartiste. Pour faire semblant de ne pas voir la différence avec un référendum décidé par le peuple, il faut une sacrée dose de mauvaise fois.

Monsieur Poireau a dit…

Peut-être que le rétablissement de la démocratie pourrait passer par la limitation dans le temps et les moyens de la particratie. Ce système fait la part trop belle aux hommes en place, s'occupe trop de barrer la route à l'innovation sociale et politique pour permettre de rester dans l'honnêteté !
:-))

Josianne a dit…

Sachez cher Coucou que la situation est la même un peu partout.. Le Canada se targue d'avoir la plus belle démocratie... En tant que citoyenne, je vous répondrai BULLSHIT ! Le G20 et les arrestations qui en ont découlé nous ont prouvé que notre régime, comme celui de pas mal partout ailleurs, est totalitaire.

«Si tu n'es pas avec moi, tu es contre moi» Voilà une phrase qui résume bien la démocratie de nos jours...

Malheureusement, je doute que la démocratie existe un jour.. Si tel est le cas, c'est que les frontières seront abolies et qu'il n'existera plus qu'un seul peuple sur la terre; l'humain.

Serons nous encore vivant ce jour là ? La naiveté me fait dire oui, la raison me faire dire non.. Les commentaires, comme ceux de Newphoenix, pleuvent ici. Le totalitarisme à un avantage, celui qui s'y pli y est priviligié, alors personne n'a envie de s'y opposer..

Triste d'héritage d'Adolf Hitler... Si l'homme est mort, son héritage politique est difficile, voir quasi impossible, à tuer.

Lutopick a dit…

Excellent article. Merci. Je me permets de le retranscrire sur mon blog (avec un lien vers le votre pour la source).
Les valeurs de Liberté - égalité - fraternité ayant été galvaudées, je propose de les remplacer par Respect - équité - solidarité.

http://www.lutopick.fr/blog/index.php/post/2010/07/15/RESpublica

toff de aix a dit…

Cher newphenix,
pour en finir avec votre "trollisme" (trollage?), votre mauvaise foi (Vraie) n'a dégale que votre ignorance (Feinte?)
Il suffit de voir ce que le référendum sur le Traité Constitutionnel Européen de 2005, en France, a donné (ai-je besoin de vous faire un dessin?) Un peuple qui a massivement voté NON et se retrouve quand même avec un OUI, par la grâce de votre "démocrate" de Sarkozy.
Si ça ne s'appelle pas "se torcher avec les voix du peuple", pardon pour l'expression, alors oui vous pouvez me traiter d'ignorant, d'idéaliste ou que sais-je...mais je n'ai qu'à vous tendre le miroir, mon cher. Croyez-vous qu'un énième référendum changerait quoi que ce qoit à l'attitude sarkozyste, à la lumière de cet exemple? Voyons, je vous croyais plus intelligent que cela!

En ce qui concerne mon "mépris" pour les millions de victimes des totalitarismes divers et variés, je vous vois venir, le point Godwin arrive à toute vitesse(vous l'avez franchi d'ailleurs en parlant des collaborateurs), mais je ne tomberai pas dans le panneau : outre le fait que ma famille ayant été directement victime de ce genre de totalitarisme (Franco et Pinochet...ça vous dit quelque chose?), je me suis plus que documenté sur la question, par implication en envie de comprendre.. Et j'en suis arrivé à la conclusion que, justement, les millions de victimes objectives de la Russie Stalinienne (cet exemple doit vous parler, vu que c'est celui que les gens de votre espèce balancent à la figure du moindre contradicteur manifestant des idées un tant soit peu "de gauche"...), valent AUTANT les millions de victimes de vos "démocraties" actuelles, qui soutiennent un capitalisme ultralibéral décomplexé. Pas de différence dans l'horreur, ne vous en déplaise, mon cher!!

Famines, mises en coupe réglée d'économies grâce au FMI, guerres organisées en Irak, en Amérique Latine, etc.. chômage de masse engendrant la misère, la paupérisation et le déclin des populations, pillage des ressources de l'Afrique, refus par les labos pharmaceutiques d'abandonner les licences d'exploitation des trithérapies pour le SIDA, etc etc ad nauseam....

Dois-je continuer?

Le coucou a dit…

M. Poireau, en effet, la limitation du nombre de mandats dans la durée et l'interdiction du cumul, changeraient déjà beaucoup de choses.
Josianne, vous avez peut-être raison sur les similitudes que l'on peut trouvent entre nos pays, mais personnellement je ne trouve pas que le mot "totalitaire" soit judicieux pour épingler ces dérives…
Lutopick, du moment que la source est clairement indiquée, je ne suis pas contre, cela arrive fréquemment.
Toff, ouf! Tu t'adresses à Phenix, alors je ne m'en mêle pas.

Mr Poison a dit…

Ce petit article t'en dira un peu plus :
Je ne dis pas que ce pays soit parfait, il y a politiquement des tentations islamistes radicales, mais ça ne se passe pas trop mal.
"Phenix, je vous lis avant d'avaler mon café, j'ai eu tort : vous m'agacez prodigieusement, c'est une mauvaise façon de débuter la journée. "
Mort de rire, j'adore tes réparties.

Forum politique a dit…

Tiens, deux intervenants avaient justement une discussion sur la république sur notre forum, je mets un lien vers votre billet, c'est ici :
http://www.forumpolitique.fr/de-la-republique-t1046.html

Josianne a dit…

J'ai beau chercher, je ne vois pas d'autre façon de qualifier un tel régime où tout est noir ou blanc, selon l'humeur du parti au pouvoir.. Si ce n'est pas totalitaire qu'est-ce que c'est ?

Ce n'est pas une dictature puisque je peux exprimer librement mon opinion sans représaille..

Une démocratie ? Mon gouvernement a été élu avec quelque 30% de la population.. Où se trouve la majorité ? Mon gouvernement provincial est pire, il n'a obtenu que 23% des appuis populaire. Chaque sondage révèle que le taux d'insatisfaction s'élève à plus de 70%, pourtant il est toujours au pouvoir.. Rien de démocratique donc.

Si vous trouvez une façon plus judicieuse de qualifier notre système politique, faites moi le savoir !

Le coucou a dit…

Poison, j'y vais, merci… :-)

Forum, j'irai voir ça aussi…

Josianne, c'est un régime représentatif que les politiques dévoient plus ou moins dans l'autoritarisme, rien de plus… Le totalitarisme est aussi dévastateur qu'une dictature: c'est le nazisme, le stalinisme, la corée du Nord… Vous n'y exprimeriez pas votre opinion sans représailles, justement.

Monsieur Poireau a dit…

LeCoucou : c'est bien une forme de dictature puisque le peuple même par son vote peut être bafoué (referendum européen pour mémoire) mais sous une forme molle. On peut dire ce qu'on pense dans l'indifférence générale. Un rêve de dictature idéale dans laquelle la force n'est plus indispensable.
Chacun rêve de sa propre réussite et se déconnecte du groupe social…

C'est un peu l'expérience des rats stressés dans un milieu clos…
:-))

Mr Poison a dit…

Oui, c'est ça, une "dictature molle" ou une démocratie dure, au choix !

Le coucou a dit…

M. Poireau, allons-y pour la dictature molle, ça me va… Mais le totalitarisme reste à mes yeux attaché à des atteintes aux droits de l'homme d'une ampleur inégalée dans nos régimes occidentaux.
Et pour rejoindre
Poison,
je dirais plutôt une république dure. Le peu qui existe de démocratie pourrait théoriquement suffire encore à changer les choses en tout ou partie.

Monsieur Poireau a dit…

LeCoucou : je ne vais pas chercher à te convaincre mais je précise que je n'y crois plus.
Nous sommes enfermés dans un système où les "forces de l'argent" comme disait Mitterrand décident à peu près de tout. Exemple : s'ils perdent sur les marchés, nous remboursons leur dette pour qu'ils puissent rejouer. En échange, on sucre les retraites et on coupe dans les budgets culturels et sociaux.
Toute la construction de l'Etat comme de l'Union Européenne est basée sur la volonté de faire circuler le pognon. Peu importe les populations et la notion de "droit du peuple". Il faut que l'argent produise de l'argent.
Ce système est pour moi incassable de l'intérieur. Il semble qu'entrer dedans revient à en accepter les régles.
Donc, il faudra casser de l'extérieur…
:-))

[J'insiste sur le referendum européen parce que c'est la preuve concrète que le peuple n'a pas le choix. Et en plus, ils ne nous le cachent même pas ! :-)) ].

Le coucou a dit…

Poireau, je ne résiste pas vraiment, d'ailleurs tes arguments sont très bons, j'en conviens. C'est sur la manière de sortir du système que j'ai des doutes, quoiqu'une explosion populaire semble difficilement évitable, tôt ou tard.

NewPhenix a dit…

@ toff de aix

Vous expliquez que nous ne sommes pas en démocratie au motif que Sarkozy a négocié un nouveau traité européen.
Ce traité européen était dans le programme de Sarkozy. Vous lui reprochez donc d'avoir respecter un engagement de campagne. Dans le cas contraire je pense que vous expliqueriez que les hommes politiques, comme toujours, prennent des engagements qu'ils ne respectent pas une fois au pouvoir donc qu'on est pas en démocratie.
Conclusion vous avez toujours raison.

Parlez de "totalitarisme déguisé" c'est vouloir ressentir le frisson du danger sans aucun risque. C'est crier CRS SS alors qu'il n'y a ni SS ni résistants.
Je ne cherche pas à tendre des pièges, à faire tomber dans un quelconque panneau, je suis simplement choqué quand on ose se comparer à ceux qui sont morts dans les régimes totalitaires ou sous les balles des allemands

Votre dernier paragraphe me réconforte dans l'idée que pour renflouer les caisses de l'Etat ce n'est pas la spéculation qui faut taxer mais l'indignation parce qu'elle est sans limite.

Ex: - Pénurie : vous dénoncer la misère, l'exploitation, les inégalités....
- Abondance : vous dénoncer la société de consommation, l'épuisement des ressources...

cpolitic a dit…

Nous vivons depuis des lustres dans une magnifique parodie de démocratie.
Que faire? A part une grève générale pour tenter de faire bouger le ptit Nicolas...

L'insurrection? Tout aussi utopique, déjà que pour rassembler afin de constituer cette fameuse grève générale, beaucoup se sont déjà cassés les dents.

Le coucou a dit…

Cpolitic, l'insurrection ne se décide pas à l'avance, elle prend généralement tout le monde de surprise. Quant à la grève générale, en effet, la période de crise et de très fort chômage que nous vivons n'y est pas favorable, ce qui est paradoxal, puisque c'est le moment où un tel mouvement serait utile.

toff de aix a dit…

@ newphénix,
manifestement, vous ne lâchez pas le morceau:ça tombe bien,moi non plus, je ne lâche JAMAIS, surtout face à des contradicteurs de si mauvaise foi.

Vous persistez à parler de SS alors que je n'ai jamais abordé le sujet. Changez un peu de disque voyons! Nous sommes en 2010, il faut évoluer!
Lisez ou relisez Chomsky, Machiavel, Orwell...vous avez dû rater quelques paragraphes, sinon vous auriez compris de quoi il s'agit ici. Je parle de fabrication du consentement, d'oligarchie, de ploutocratie, de dictature molle(je rejoins ainsi le Coucou, Mr Poireau et les autres sur ce point)
J'assume pleinement ces propos, et les réaffirme avec force et conviction. Au lieu de me'asséner pour la 100 000eme fois les mêmes arguments vaseux(SS et résistants, "se comparer à ceux qui sont morts sous la dictature"??
Vous avez dû trop abuser de Vuvuzela mon cher, relisez-moi bien où me suis-je comparé à ces victimes-là?)trouvez autre chose de plus constructif!

Quand on méprise les voix d'un peuple qui a dit
NON en refaisant passer un texte qui dit OUI par les députés complices de cette infamie, ça s'appelle comment? Vous appelez ça une "promesse de campagne", prendre les Français pour des cons?

Je pourrais vous citer des dizaines de "promesses de campagne" de Sarkozy qu'il n'a jamais tenues et qu'il ne réalisera JAMAIS.
Le nombre de fois où il s'est engagé sur quelque chose, celui-là!

A contrario, ressortez-moi le programme du candidat UMP de 2007 et MONTREZ-MOI le paragraphe où il est question de faire passer le TCE par la bande, au mépris des voix du peuple(sans doute aura-t-il parlé de "donner une chance à l'Europe" ou une idiotie dans le genre propre à endormir les idéalistes dans votre genre..no comment)

Un vrai "démocrate" aurait eu le courage de réorganiser un référendum, après éventuellement avoir essayé d'expliquer, par la pédagogie et le dialogue, les éventuels points positifs de la ratification d'un tel traité? bon là je rêve tout haut, il y a longtemps que l'on sait à quoi s'en tenir sur le petit Nicolas. Pour lui les Français ne sont que des gamins stupides et attardés qui ne reconnaissent pas le bonheur qu'ils ont de vivre dans sa "France d'après"..ingrats! Je vais vous apprendre à voter contre ce que je veux, moi!!
Manifestement il n'y a que les personnes dans votre genre (où les salariés de quelque officine UMPiste payés à troller sur les forums de "goochiss", mais attention hein : je ne parle pas de vous)pour défendre ceci. Si ça ne s'appelle pas du déni de démocratie, qu'est-ce que c'est? Dites-le moi j'attends votre réponse (qui ne manquera pas de mauvaise foi j'en suis sûr)!

Quand à votre idée de renflouer les caisses de l'Etat par une taxe sur "l'indignation", désolé mais ça risque de ne pas fonctionner, nous n'en sommes plus au stade de l'indignation (non merci cette fadeur je vous la laisse) je parle ici d'écœurement, et de RÉVOLTE CONTRE L'INJUSTICE.
Pour ce qui est de l'ordre d'un quelconque "renflouage" d'ailleurs, je ne me fais pas de soucis pour vos amis : ils ont des connaissances qui se font un plaisir de "renflouer" les caisses de leurs micro-partis pendant qu'ils pillent allègrement les caisses de l'état et qu'ils organisent la destruction de leurs services publics. En grands "démocrates" qu'ils sont.

Ce n'est pas pour le fait d'avoir systématiquement raison.
Ce n'est pas pour le fait de constater ce qui se passe sur cette bonne vieille planète, et dans ce beau pays.
Ça n'est pas pour dénigrer systématiquement.
C'est juste pour garder les yeux ouverts, alors qu'on cherche à nous endormir par tous les moyens (c'est vrai, dans ce pays on ne met pas de balle dans la tête, vous avez raison! On y met un ballon, c'est bien mieux.)

C'est juste parce que LES FAITS SONT TÊTUS.

Monsieur Poireau a dit…

toof : Mr est un anglicisme pour Mister. Laissez-moi mon Monsieur, please ! :-))

Le coucou a dit…

Toff, vous prenez trop à cœur cette petite polémique avec Phenix: vous ne pourrez pas plus le convaincre qu'il ne vous convaincra… Laissez tomber!

toff de aix a dit…

@ M Poireau : touché! désolé, j'avais le fil de la polémique coincé dans les dents, mille excuses, promis 'l'r'ferai pus!!

@ M le Coucou (qui a la gentillesse de tolérer mes logorrhées idéologiques) vous avez raison, il est vrai que l'obstination bornée, d'un côté comme de l'autre, est un vice qui se pare de vertu. MAIS justement, je n'ai pas votre style et votre distance (chapeau le coup du "javale mon café", j'aimerais faire aussi court un jour!) et je ne peux m'empêcher de combattre ce genre de propos, car le but est là justement : qu'on laisse tomber, qu'on abdique AUSSI sur ce terrain là. Et j'ai beaucoup de mal à m'y résoudre je l'avoue. De toutes façons je n'avais plus rien à dire!

NewPhenix a dit…

@ toff de aix

Les mots ont-ils un sens pour vous ?

Vous expliquez dans vos commentaires que nous vivons dans "un système totalitaire" , "un totalitarisme déguisé", un régime comparé à la Russie communiste dont les millions de morts "valent AUTANT les millions de morts de vos démocraties actuelles" et enfin "une dictature
molle".

Le mot totalitaire désigne soit le couple nazisme/résistance soit le couple communisme/dissidence.

Il n'est pas nécessaire d'être de mauvaise foi, payé par une officine de l'UMP ou borné pour affirmer sans trahir votre pensée, si les mots que vous utilisez ont un sens, que votre dénonciation héroïque du régime actuel fait de vous soit un dissident soit un résistant.
Je maintiens donc mes commentaires précédents.

J'ai le droit à la grande révélation Chomskyenne : dans les démocraties nous sommes manipulés, désinformés, conditionnés par des médias au service exclusif de l'argent roi mais partout ailleurs c'est le règne de la Vérité.

Sarkozy proposait un mini-traité ratifié par le parlement. Royal proposait un traité avec un volet social ratifié par référendum.

Monsieur Poireau a dit…

LeCoucou : ça va toi ? La famille, toussa ?
:-))

Le coucou a dit…

M Poireau, oui, oui, tout le monde va, à peu près… On vient de faire trempette dans la petite piscine… Frisquet en ressortant, à cause du Mistral. Crénom, on n'est jamais content!