vendredi 2 juillet 2010

Un été avec le monstre du Loch Woerth?


«Delenda Carthago», disait le père Caton, chaque fois qu'il s'adressait aux sénateurs romains… Ces temps-ci, il nous faudrait un leader de l'opposition de quelque vertu qui clame à chaque ouverture de séance à l'Assemblée: delenda Sarkozo!

Evidemment, ce serait plus réaliste de faire de M. Woerth le leitmotiv de cette objurgation, mais Woertho colle mal à mon pastiche approximatif. Sarkozo m'amuse davantage. Et puis, tout ce que l'on reproche aujourd'hui à Éric Woerth, contient Nicolas Sarkozy en filigrane… S'il y a quelqu'un au pouvoir qui affiche sans vergogne son amitié avec les exilés fiscaux, c'est bien le président de la république. Mais retrouvons du réalisme pour souligner qu'il serait bon que la voix de l'opposition réclame chaque jour à l'UMP et au gouvernement, non pas la destruction de Carthage, mais la démission de M. Woerth.

Nous ne sommes plus à l'époque de la guerre en dentelles: quand un gouvernement honni, sur le point de commettre une réforme des retraites injuste, se trouve affaibli par la révélation de ses turpitudes, les adversaires politiques de celui-ci ont le devoir de porter l'estocade.

On imagine à cette heure le président à la fenêtre de l'Élysée, les ministres à celles de leur ministère, écoutant la rumeur lointaine des files de bagnoles en partance sur les autoroutes de l'oubli. Oui, oui, on peut voir les choses comme ça! Et les téléphones vont vibrer ce soir dans toutes les poches de costards à trente fois le smic, dans tous les sacs à main…
«Ça y est ! Ils se sont cassés, les pauvres cons, on va pouvoir respirer un peu.
—Oui, et vivement que les parlementaires aillent se faire bronzer avec eux!
—Ça va plus traîner, allez… Et de toute façon, à part les aoûtiens, y a plus personne pour les écouter…»


La maison Sarkozy compte sur l'été pour se refaire une santé… À la rentrée, le président mouillé jusqu'aux oreilles dans les affaires actuelles, ne serait-ce que par l'usage qu'il a fait du bouclier fiscal pour protéger ses amis, le président nous annoncera un gouvernement neuf. Ce sera peut-être un gouvernement d'occasion, en fait, avec quelques changements d'accessoires trop usés ou trop tachés, mais repeint de frais. Ou bien un vrai faux nouveau gouvernement, garni de politiciens fringants qui rêveront de servir le maître et de lui tailler un nouveau mandat… Le conflit actuel se sera englué dans les huiles solaires, il sentira le vieux machin qui n'évoque plus rien. Vision pessimiste, car il existe chez nous une presse qui choisira peut-être de nous servir quotidiennement les mésaventures du monstre du Loch Woerth ?
image détournée à partir d'une vue du Loch Ness

P-S connaissez-vous le blog de Xavier? Si ce n'est pas le cas, je vous conseille d'aller le lire… Le vase d'Arf, Sous cette après-midi d'été, communique avec celui de Kathie Durand

13 commentaires:

Mnee a dit…

Aaah. Je ne suis pas du tout au fait de la chose politique ( enfin, officiellement ;-) ) mais votre billet, monsieur Coucou, est splendide.
J'aime beaucoup. ^^

Bonne soirée, en espérant que vous ayez un peu plus de fraicheur dans vos contrées que dans les miennes...

isabelle B. a dit…

tous les blogueurs ne seront pas en vacances cet été, comme certains vieux veilleurs, qui ont une mémoire d'éléphant ! et ceux là garderont le pont en attendant le retour du reste de la troupe partie en éclaireur ;-)

Le coucou a dit…

Mnee,
merci de venir vous tremper officieusement dans la chose politique, et si aimablement! La fraîcheur est enfin arrivée sur nos collines. C'est l'heure où dehors, on pense à sa petite laine. Pourvu que ça dure…

Isabelle,
eh bien voilà! Il est arrivé à bon port ce commentaire poétique, c'est bien vrai. Jolies images, prémonitoires j'espère. Bonne soirée et à dimanche!

toff de aix a dit…

Bonsoir MR le coucou, merci pour l'article, il m'a bien fait rire (un peu jaune quand même). J'espère en effet que, contrairement au monstre du Loch, ce sinistre ministre ne restera pas insaisissable. Car pour l'instant, il tient bon, soutenu par son cher marionnettiste et la troupe de théâtre ambulant qui l'accompagne. Jusqu'à quand vont-ils plonger dans les tréfonds saumâtres des eaux troubles de la politique bananière? Vivement la quille qu'on passe à autre chose, mais ils s'accrochent, les bougres!

Le coucou a dit…

Toff,
nous verrons bien … Ou peut-être ne verrons-nous rien, après tout. Ces monstres des profondeurs, il est rare qu'on les ramène dans les filets. Bonne journée.

Epamin' a dit…

La métaphore est lancée... Joli travail, Messire Coucou!

Le coucou a dit…

Epamin' nous nous sommes croisés! Merci de ta visite et bon week-end.

le-gout-des-autres a dit…

Sauf ton respect, Monsieur Coucou, Mr d'Uttique a "Carthago delenda est !"
Tu peux faire confiance à un vieux latiniste qui a gardé plus de 15 1/2 de moyenne jusqu'à la 1ère de son fils...
On ne chahute pas avec le "de viris illustribus urbis Romae" qui a pourri mes soirées de lycéen(hé hé hé...)
Cela dit, l'été est propice à l'oubli chez l'électeur assoiffé de pastis et aux coups en vache chez le gouvernant assoiffé de pognon.
Il ne nous reste plus qu'à espérer que la hausse des tarifs des transports, de l'énergie et du panier de la ménagère, concomitante à la réduction des revenus, des retraites et à l'augmentation du chômage réveille brutalement les Français à la rentrée et les remette dans le bain laborieusement attiédi par l'UMP qui doit attendre les vacances avec autant d'imptaience que le type à l'établi...

jeanmichel13 a dit…

http://segoleneroyal2012.over-blog.fr/ext/http://petition.desirsdavenir.org/
Pour exiger un référendum sur les retraites, venez signer la pétition... Je vous propose une pétition mais il en existe d'autres... Chacune, chacun doit signer une pétition... Ce n'est que justice que le peuple soit consulté...

Nouvel Hermes a dit…

L'huile solaire c'est même pas bon pour faire des frites...
Alors c'est pas qui nous empêchera d' parler...

Le coucou a dit…

Le-goût-des-autres, je ne suis pas latiniste, mais je savais que la forme "delenda Carthago" est fautive. Néanmoins, elle est fort connue et sa brièveté, sa sonorité servaient mieux mon dessein…
L'été estompe les aigreurs, c'est certain, mais je doute que la rentrée ressemble pour autant à une absolution…

Jeanmichel, merci de l'adresse. J'ai déjà signé cette pétition, ou une autre en ce sens. Et je crois l'avoir mise en lien dans deux billets au moins. Mais il ne sert à rien de rêver: il n'y aura pas de référendum sur les retraites…

Hermes, espérons, espérons… Burp!

Monsieur Poireau a dit…

Ils sont donc vraiment crétins de faire que de moins en moins de français puissent partir en vacances. Comment se tirer une balle dans la palme !
:-))

Le coucou a dit…

M. Poireau, absolument! Si j'étais Sarkozy, j'ouvrirais des camps de vacances obligatoires pour obliger tout le monde à partir.