lundi 13 avril 2009

Nicolas 1er : l'affront de la loi Hophihi

Le bon peuple franchois n'en revient pas, l'indignation est à son comble, après le camouflet infligé l'autre semaine à notre Bien-aimé empereur. Le récit de cet odieux épisode est encore sur toutes les bouches, plusieurs jours après. On se souvient que jeudi dernier une loi importante devait être adoptée à l'Assemblée nationale, ce pitoyable résidu de la défunte république, qu'il plut à Nicolas 1er, dans son excessive bonté, de laisser subsister à son avènement. Cette loi, baptisée Hophihi par notre facétieux souverain en personne, est destinée, rappelons-le, à lutter contre la fraude à la taxe sur la culture que constitue le téléchargement de musique immatérielle sur internet. À cause de cette pratique, les industriels de la galette en plastique, les producteurs de musique et de films, ne gagnent rien (les artistes non plus, mais est-il vraiment souhaitable qu'un artiste mange?), et beaucoup plus grave encore: le Trésor est volé de sa taxe! C'est une véritable hémorragie qui affaiblit la cassette impériale. Disons le tout net, cette fraude est bien pire sur le plan moral que l'évasion des souliers de luxe à l'étranger pour échapper à l'impôt sur la chaussure, car il s'agit d'un acte gratuit. Aucun argent n'est échangé, le fraudeur ne paie rien à personne… Nous sommes dans le domaine de la dépravation absolue, presque de l'impie.
Donc, la loi Hophihi devait être adoptée la semaine passée, et permettre rapidement l'implantation d'une police virtuelle dans tous les ordinateurs franchois. C'était malheureusement compter sans la duplicité des députés de l'opposition officielle, représentant les chomvilles de là-bas et d'ici… C'était aussi pécher par excès de confiance dans le sens du devoir des membres de la majorité impériale… En effet ce jour là, il ne se trouva qu'un seul député fidèle à Nicolas 1er dans l'hémicycle! Cet homme, ce vaillant, ne vit tout d'abord pas malice à l'affaire et s'ouvrit la séance à lui-même de confiance… Comme il allait passer au scrutin, surgirent soudain de derrière un rideau où ils se tenaient cachés les deux malandrins de l'opposition, qui votèrent le rejet d'Hophihi. Une voix pour, deux voix contre…
Le Bien-aimé, m'a-t-on dit, est entré dans une violente colère lorsqu'il reçut la nouvelle de cet affront. Il fit envoyer une convocation aux 541 députés absents à la séance et manda sur le champ le bourreau pour les faire décapiter tous dans la cour du palais. Le Bon Saint Henri réussit toutefois, mais à grand peine, à le faire revenir sur cette décision. Il fit observer à l'empereur qu'il serait plus rapide et efficace de revoter la loi que de sélectionner et faire élire 541 députés.
«La belle affaire! Je muterai un bataillon de ma garde à l'assemblée, hop!
— Sire, il n'y a pas que cet inconvénient, objecta le Bon Saint Henri. Songez qu'à raison de 6 litres de sang en moyenne par homme, cela fera 3246 litres répandus dans la cour… C'est sale et cela dégagera une forte odeur de fer rouillé…
— C'est vrai, lui dit Nicolas, qu'on revote cette foutue loi!»


PS. à lire chez Farid et Nicolas, un appel à signer une pétition pour la défense des consommateurs (via la DGCCRF)
Varois, n'oubliez pas: Jeudi 16 Avril, à 18h30, vernissage de l'exposition «Planche à maux», à la Librairie Papiers Collés, de Draguignan!

12 commentaires:

MACAO a dit…

Si ma mémoire est bonne il me semble que les mêmes énergumènes avaient fait des histoires et parlaient de sacrilèges quand le magnétophone est né, et surtout quand les cassettes audio sont sorties sur le marché et les postes avec double cassettes pour voler la musique des nantis!
Je vous plein pôvres distributeurs vous qui vous en êtes bien remplis les poches pendant quarante ans c'est la fin des vaches grasses maintenant!
Et j'ai une petite larme de crocodile pour vous!

menfin a dit…

coucou c'est vraiment un plaisir de venir lire tes billets...tu me fais rire.je me régale

Rébus a dit…

Le bien aimé, dans sa mansuétude, exigera-t-il de la bouffone responsable de l'affront qu'elle se couvre de cendres ou au moins quitte la cour pour une circonscription couventine recullée ?

Alain Renaldini a dit…

Copé ne tient pas ses troupes. A la guillotine...

hortensia a dit…

Un Artiste devrait vivre de ses concerts live.
Allez au travail, les artistes ! ;-)

(enfin, ceux qui chantent juste)

b.mode a dit…

@alain et Karoutchi aussi !!!

Homer a dit…

Ouep, revoter la loi pour la faire passer, encore et encore. Pourquoi ne pas abandonner...?

Le coucou a dit…

Macao,
Effectivement, toutes les étapes d'évolution technologique dont tu parles ont été des motifs d'inquiétude pour l'industrie musicale… Mais le problème, cette fois, c'est qu'il s'agit de supports incontrôlables, l'industrie s'effondre réellement…

menfin,
j'en suis ravi! reviens souvent et merci!

Rébus,
Bonne idée ! Le Bien aimé, devrait y penser: allez hop, sœur Albanel, en Ardèche,
ou en Guyanne !

Alain , le palais devrait faire une enquête approfondie, les coupables sont partout! Voir par exemple la dénonciation de b.mode…

hortensia,
je me fiche un peu des chanteurs, mais je me demande si, par exemple, les interprètes de musique classique peuvent vivre de leurs seuls concerts —quand on pense à la difficulté pour les jeunes d'accéder au public… (l'organisation d'un concert est très coûteuse)

b.mode,
oui, et voir aussi l'observation d'Alain…

Homer,
la prochaine fois, on peut parier que tous les députés seront présents sur les bancs de l'assemblée —sauf les moribonds, les culs-de-jatte et les manchots, ça va de soi ;-) Hadopi passera, hélas!

Monsieur Poireau a dit…

Il me passe une idée subversive par le crane : Monsieur De Sarkozy étant ci-devant l'époux d'une chanteuse officielle du régime, n'est-il pas en plein conflit d'intérêt lorsqu'il propose une Loi à ses députés afin de défendre les revenus de sa chérie ?
Remarque, il n'est pas à ça près ! :-))

[Heureusement la dame n'est pas blogueuse et n'écrit pas dans 20ans, on aurait encore eu droit à une Loi sur le sujet !!!].

Le coucou a dit…

M.Poireau, tu as raison, le conflit d'intérêt est évident. Mais il me semble avoir lu quelque part que Carla S. serait contre Hadopi…
Si c'est le cas, on pourrait penser qu'il s'agit d'un calcul destiné à brouiller les cartes, avec toutes les prises de positions inattendues que l'on prête à la dame…
Bizarre!

HERMES a dit…

Et bien, j'irai faire un petit tour à Dragui. Y-aura-t-il du rosé?

Le coucou a dit…

Hermes, on se rencontrera peut-être, alors… Pour le rosé, ma foi, je l'ignore, mais cela me semble probable.