lundi 18 mai 2009

Des toilettes à grande vitesse

Grâce à Bakchich.infos, j'ai appris que le président de la SNCF serre les fesses… Pourquoi, vous demandez-vous? À cause de l'ouverture à la concurrence des trains à grande vitesse qui s'annonce à l'horizon de l'an prochain. Les italiens vont vont débouler les premiers, avec leur rutilant AVG, sans doute suivis par les allemands et leur ICE… Il y a péril en la demeure, et le président de notre entreprise nationale se préoccupe donc de fourbir ses armes pour la bataille commerciale qui se prépare.
Guillaume Pépy, le président en question, aurait trouvé la parade en décidant d'équiper les TGV des WC de l'avenir, lesquels permettront au voyageur de déféquer à grande vitesse dans le meilleur confort. Bien que l'on ne puisse plus parler d'une botte secrète, à présent que voilà le projet dévoilé, on doit reconnaître que c'est tout de même un vrai coup de Jarnac porté aux jarrets de la concurrence. En effet, tous ces trains modernes nous offrent à peu près un confort comparable, et, tarifs, ponctualité, mis à part, les possibilités de séduire la clientèle sont minces… Sauf en matière de toilettes, c'est bien vu —il suffit d'avoir voyagé en train deux ou trois fois pour que notre mémoire grimace de dégoût. Les gens, les autres je veux dire, sont vraiment des porcs, et nous avons tendance à estimer que la SNCF se moque de ses usagers, sans nous rendre compte de l'ampleur des problèmes techniques posés par des chiottes embarqués. Enfin, disons que c'est complexe, et laissons méditer le lecteur ingénieur pour aborder plutôt la critique de ce projet entaché d'imprévoyance et d'aveuglement aux réalités de notre époque.
Que croyez-vous qu'il arrivera? Les Italiens, les Allemands, ne sont pas plus bêtes que les Français, et l'espionnage industriel n'est pas une illusion: ils auront vite fait de mettre leurs bolides transeuropéens à la dernière mode sanitaire. Il eut été autrement plus malin et surtout plus visionnaire de tirer les conséquences de la révolution écologique en marche. Les toilettes chimiques, sources de pollutions multiples, c'est terminé! L'avenir, le vrai, est aux toilettes sèches.
Le président de la SNCF aurait mieux fait de mettre en chantier un véritable TGV.V, ou train à grande vitesse.vert, respectueux de l'environnement et jouant son rôle dans la lutte contre le réchauffement climatique. À l'intérieur du compartiment toilettes de ce train, aux parois revêtues de bois blond, l'usager trouverait l'intimité sécurisante d'un sauna. Après avoir soulevé le couvercle du WC proprement dit, et satisfait ses besoins dans le (grand) seau en inox astucieusement dissimulé dans le coffrage, il prélèverait dans le compartiment voisin de la cuvette une mesure de copeaux de bois dont il recouvrirait les fèces, devenues désormais propriété des Chemins de Fer. Plus de chasse à tirer, d'eau contaminée par des substances chimiques agressive! Et sciure sur le gâteau, si l'on peut dire, à l'arrivée du train à destination, les agents de nettoyage n'auraient qu'à vider le seau sur un tas de compost, bientôt commercialisé en qualité d'engrais vert par une filiale de la SNCF… De quoi s'assurer une trésorerie d'appoint non négligeable dans la guerre tarifaire qui s'annonce.
On voit bien le puissant attrait qu'exercerait ce train du progrès sur le voyageur européen, soucieux à la fois de son confort et la protection de l'environnement.

Source photo

PS. J'ai lu avec plaisir les derniers billet de Balmeyer, d'Hermes, et de Martine… J'aurai bientôt rattrapé mon retard de lecture dans la blogosphère, qu'il ne faut pas confondre avec la Statusphère

11 commentaires:

Serge a dit…

Tu vois que le libéralisme, concurrence oblige, a du bon!!!!:D

Nicolas a dit…

C'est chiant...

Le coucou a dit…

Serge,
pas sûr: ils n'ont pas choisi les bonnes toilettes!

Nicolas, ah, désolé! Il fallait venir hier,le menu était meilleur.

France a dit…

Et bien super l'article mais assez chiant non !

le-gout-des-autres a dit…

Bravo ton idée !
Déjà que la plupart des gares sentent l'urine parce que si tu n'as pas 50 cents tu es de faire pipi en douce dans un souterrain, si ta trouvaille est mise en pratique ça va en plus sentir comme les toilettes de la gare Saint-Lazare dans les années 50...
Plaisanterie mise à part, au lieu d'améliorer les toilettes pour la minorité qui prend le TGV, s'ils voulaient vraiment faire concurrence ils rétabliraient le prix unique au kilomètre.
Comme jusqu'en 1995...
La législation européenne le permet, l'usager saurait aussi que le voisin a payé le même prix que lui, la diversité des tarifs ne porterait que sur le confort, la vitesse et la fréquence (celui qui prend le train tous les jours pour aller travailler aurait un équivalent carte orange).
Bref, une concurrence vraiment libre et surtout vraiment non-faussée...

dedalus a dit…

Je revendique mon droit à ne pas chier vert !
Non mais...

mtislav a dit…

Quand on parle de concurrence dans certains domaines, j'ai toujours beaucoup de mal à imaginer la manière dont cela peut être mis en place. Mais j'ai tort de m'inquiéter, ils y arrivent toujours.

HERMES a dit…

Il eut "la madonne des sleepings", il y aura "la matronne des latrines". A chaque époque sa poésie!

Le coucou a dit…

France,
j'espère que le billet ne sera pas laxatif…

le-gout-des-autres,
c'est en effet sur la transparence des tarifs qu'on attendrait plutôt la SNCF, mais c'est un vœu pieux, hélas!
Ah! une précision: si j'ai bien compris, les toilettes sèches sont sans odeur…

dedalus,
tu l'as! En espérant, comme pour France, que mes salades ne te dérangeront pas?

mtislav,
effectivement, comment peuvent-ils établir une concurrence en roulant sur la même voie ferrée? C'est assez tiré par les cheveux… À moins de permettre à davantage de trains étrangers de venir à Paris, en offrant un plus grand choix d'horaires…, mais toujours sur la même voie…

Hermes,
"la matronne des latrines", pas mal! Tiens, ce serait une idée toute simple que les voyageurs apprécieraient peut-être, une dame-pipi par voiture?

Monsieur Poireau a dit…

A moins qu'ils ne tentent comme pour l'avion Low Cost d'ajouter le prix d'usage des petits coins au prix du billet payé pour le déplacement !
En général, quand il y a plus de concurrence, la qualité du service s'amenuise, non ?
:-))

Le coucou a dit…

M. Poireau,
Oui, l'idée pourrait leur venir aussi, mais les contentieux sont à prévoir avec les voyageurs qui ne pissent pas en voyage…