vendredi 29 mai 2009

On prend les mêmes, on recommence…

C'est reparti. Nicolas Sarkozy fulmine dans le poste que «les Français [l]'ont élu pour rétablir l'autorité de l'état partout sur le territoire de la république*». À l'approche des élections européennes, le voilà qui se targue une fois de plus de réussir là où il a toujours échoué: depuis l'époque où, ministre de l'intérieur, il promettait de «nettoyer au kärcher» la banlieue, jusqu'à aujourd'hui… Il y a sûrement quelque chose à faire, mais il est douteux que l'on y parvienne avec un tel président, qui utilise un climat d'insécurité monté en épingle pour accumuler des mesures liberticides visant davantage à placer l'ensemble de la population sous surveillance qu'à mettre les voyous au pas.

Pendant ce temps, c'est reparti. À Londres et aux USA, dans le monde de la finance, la course aux primes et aux salaires à nettoyer au lance-flamme est relancée. Il paraît que les banquiers talentueux se sont fait rares pendant la crise… Alors on débauche les perles des concurrents, on dorlote les siennes avec des bonus garantis sur plusieurs années, ou des rémunérations dont la part fixe est copieusement augmentée. Le site du journal Suisse Le Temps nous apprend ainsi que le seul enseignement tiré de la crise à New York aura été de diminuer la partie variable du salaire, afin de ne pas trop inciter les «professionnels à prendre des risques excessifs». En contrepartie le fixe augmente. Ainsi chez Morgan Stanley, le directeur financier «passe de 323 000 à 750 000 dollars», et un cadre supérieur payé 250 000 dollars devrait en gagner 400 000 —sans compter la petite prime, on suppose… Et lorsqu'on n'augmente ni l'un ni l'autre de ces éléments du salaire, il est souvent offert aux heureux impétrants des assurances-vie que l'on qualifie de «très volumineuses».
Vous direz: ces horreurs se passent au loin, à l'étranger, chez nous ce n'est pas comme ça! Chez nous, il y a Zoro Sarkozy qui veille à la morale. Je vous répondrai que c'est exact, chez nous c'est un peu différent. Les mêmes choses arrivent, bien sûr, mais il s'écoule toujours un temps fou avant qu'on l'apprenne. En France, on n'a pas plus de morale, mais on a des secrets.
*entendu hier sur France Inter

PS. Mathieu s'est laissé enchaîner à l'Europe, Manuel à l'anonymat… Et Balmeyer nous offre un joli texte, comme d'habitude. J'ai pensé en le lisant, à «L'école des enfants», la fameuse pièce de Jean-Baptiste Loquepin, avec Kéké dans le rôle d'Agnès…

3 commentaires:

Monsieur Poireau a dit…

Qui pouvait sérieusement penser que cette clique qui a subi la crise sans heurts puisque les Etats lui ont versé milliards sur milliards pour éviter les faillites, tandis que le reste de la chaîne économique se dissolvait et accumulait les lienciement, allait comprendre quelque chose à la leçon ?
D'ailleurs, si je suis logique, ces nouvelles rémunérations ripolinées d'une certaine morale, ne sont-elles pas directement le fruit de l'argent des Etats ?
Nous on garde les dettes alors ?
:-))

[Travail n°5 : nettoyer les écuries d'Augias puis tuer celui-ci quand il refuse de payer le salaire dû…]

MACAO a dit…

Tout cela est vraiment lamentable mais.... cela permettra peut-être d'ouvrir les yeux à certain et la goutte qui fera déborder le vase!

Le coucou a dit…

Zut, je suis encore à la bourre pour répondre!

M Poireau,
Eh oui, on se doutait bien que les choses se passeraient comme ça, mais pas aussi vite! Le Temps citait une bonne définition du financier:
«Un être à la mémoire courte qui trouve toujours le moyen de s'en sortir.»

Macao,
Ce n'est pas évident, il y a autant de lassitude à attendre de l'écœurement que de révolte.