mercredi 22 juillet 2009

On se lâche sur la CCE, on se retient à l'ISS

Aujourd'hui, j'ai pensé un moment parler dans mon billet du projet de taxe carbone concocté par Michel Rocard à l'intention de Martine Aubry et du PS… Pardon? J'ai dit une sottise? Ah, oui! vous avez raison: c'est pour Nicolas Sarkozy que Rocard travaille maintenant. Avouez que par les temps qui courent, il devient difficile de ne pas se tromper sur les intentions de certaines figures de gauche! M. Rocard n'a toujours pas été mis à porte du PS, mais il lui arrive de travailler pour le président de la république UMP, quand il ne donne pas de doctes conseils à ses camarades de parti… Et puis, pour ma défense j'ajouterai que lorsqu'on parle de créer un nouvel impôt, d'instinct on attribue cette intention à la gauche. Sans compter que M. Rocard est orfèvre en impôts: la CSG, c'est lui. Enfin bon, je ne vais pas me tromper de billet: c'était avant-hier que je devais singer un citoyen de droite, pas aujourd'hui. Alors, je vais simplement m'en tenir à ce que je ressens à propos de cette taxe carbone: le principe n'en est pas mauvais, loin de là, si l'on veut inciter les Français à se tourner au plus vite vers les énergies propres. L'ennui pourtant, est que ce genre d'impôt me paraît promis à ressembler à la TVA, qui frappe indistinctement riches ou pauvres. Malgré les mécanismes tarabiscotés de compensation que M. Rocard nous promet, il est prévisible qu'une large partie de la population, modeste sans être dans la gêne, en supportera plus lourdement les effets que les gens aisés. Et comment ne pas hurler d'indignation par avance, à l'approche d'une mesure parfaitement inique qui ne concernera que les ménages, et non les grandes entreprises à l'origine des émissions de CO2 qu'il s'agit de combattre? Ainsi, Total en sera épargné, malgré ses gigantesques bénéfices. Pour M. Rocard et les membres de sa commission, Total est déjà taxé… Parce que nous ne le sommes pas nous-mêmes, taxés? Si l'on me fait payer 32 € la tonne de CO2 émise avec ma bagnole, mon poêle à bois, ma consommation d'électricité, j'ignore de combien de tonnes je serai responsable au bout de l'année… Au hasard: mettons que j'émette 10 tonnes de CO2, pour partir d'un chiffre rond. Je paierai donc 320 € de taxes, sur lesquelles une mystérieuse usine à gaz fiscale me restituera peut-être 50 ou 100 €, afin de m'aider à équiper mon rez-de-chaussée en doubles vitrages. De qui se moque-t-on? Si je n'ai pas, au départ, les moyens de changer sept ou huit fenêtres, portes vitrées, et baies, les aurai-je davantage avec 250 € de moins dans mon budget?
Le projet en question se nommera Contribution Climat Energie, ou CCE.
L'UFC-Que Choisir qualifie la future CCE de «hold up fiscal», comparable à la vignette automobile —laquelle, du reste, pourrait bien faire sa réapparition un jour ou l'autre pour consoler les collectivités locales de la disparition de la taxe professionnelle…
Bon, comme je le sous-entendais en commençant ce billet à l'aveuglette, je n'avais pas l'intention de le consacrer à une matière aussi rebutante et complexe, que je comprends mal. Je voulais plutôt parler de l'incident spatial survenu ces jours-ci, que la presse n'a fait qu'effleurer, sauf exception, et que les blogs ont à peu près ignoré: la panne des water-closets de l'ISS —ce n'est pas le sigle d'une contribution fiscale, mais l'abréviation de Station Spatiale Internationale. J'y voyais l'occasion, au moyen d'une allusion subtile et du lien adéquat, d'aiguiller mes lecteurs vers une série de billets, que je qualifierai de prémonitoires, publiés sur l'annexe expérimentale du Coucou… Malheureusement, s'il est une leçon que j'ai retenue de plus talentueux que moi en blogage, c'est qu'il faut se méfier des billets longs qui découragent l'internaute moyen. Alors, ce sera pour une autre fois, nous n'avons pas fini de rire… avec la plomberie interplanétaire…

6 commentaires:

Monsieur Poireau a dit…

Figure-toi que j'ai pensé à toit avec cette histoire de panne de toilette. On en parle plus ici parce que le gars là-haut est belge et que c'est lui qui répare, apparemment. Je sais ça fait rire.
Quant aux hommes politiques qui n'ont d'autre moyen d'agir sur le réel qu'en créant des taxes et des impôts, je les considère comme des crétins. Ne vaut-il pas mieux au contraire, mettre fin au bouclier fiscal et redistribuer ainsi l'argent récupérer pour faire baisser le carbone ?
Rocard est un crétin intelligent, ce sont les pires des technocrates…
:-))

MACAO a dit…

Définition du technocrate;crétin intelligent j'aime beaucoup!

FalconHill a dit…

Il est bien ce billet, tout comme il faut (et pi Nicolas-sama il en pond aussi des biyélons).

Non, moi ce qui me gène (et tu m'as cité je te remercie Coucou), c'est le sentiment qu'on prend une excuse (alibi) légitime et contre lequel on ne peut pas être contre (le réchauffement climatique) pour justifier une mesure fiscale. La TP compensée par un impôt, dont la redistribution au niveau local promet d'ailleurs d'être rock'n roll...

Ca me gène, c'est tout. Après, "je n'ai pas été payé pour augmenter les impots" et patati et patata, mouais bof.

Bonne journée

Nicolas a dit…

C'est pas pour me vanter mais j'ai rien compris à cette nouvelle taxe.

Zoë Lucider a dit…

Taxe carbone, droits à polluer, depuis qu'ils ont enfin accepté de prendre en main la lutte contre la pollution, leur seule trouvaille c'est l'impôt soi-disant dissuasif. Tu parles ! Comme ce n'est pas progressif (au sens d'être calé sur le revenu, on va faire supporter à tout petit monde les conneries des gros pollueurs. (déjà le cas pour l'eau). Quant à Rocard, il y a longtemps qu'il fricote avec les vrais manipulateurs. J'en dirai un mot dimanche sur mon vent des blogs où vous figurerez.

Le coucou a dit…

M. Poireau,
il n'y a pas de quoi rire! Un plombier dans l'espace, c'est indispensable, surtout quand il s'agira d'aller sur Mars. Sinon, la NASA et les autres parties prenantes à l'ISS devraient envisager sérieusement de former une dame pipi…
Cette histoire de CCE est un sac de nœuds! Comment démêler ce qui découle d'un réel soucis de diminuer les émissions de carbone, des opérations fiscales douteuses? Tiens, j'aimerais savoir si l'on peut vérifier quelque part le montant atteint par la CSG, et s'il est bien entièrement affecté à sa destination officielle?

Macao,
ça existe! Sous une autre appellation: des gens handicapés qui ont, par exemple, des facultés de calcul extravagantes, ou une mémoire énorme…

Falcon,
nous sommes à peu près d'accord, je crois, comme je te l'ai dit en commentant ton billet. Même en supposant que cette taxe répond à une nécessité, et ne cache pas une entourloupe fiscale, il reste qu'elle sera profondément injuste et frappera surtout les classes moyennes…

Nicolas,
on doit être nombreux dans ce cas, en particulier pour comprendre les mécanismes de "compensation"…

Zoë,
voilà, vous avez sans doute raison… À dimanche!

23 juillet 2009 20:08