jeudi 25 février 2010

Frédéric Lefebvre au secours de la morale politique

Avec la querelle à propos d'Ali Soumaré, l'UMP a voulu prendre par les mauvais sentiments une opinion publique qui n'en est jamais avare, pourvu qu'on l'y aide un peu. Son attaque s'est révélée si mal armée, que la défaite a dévoilé sa nature: un vulgaire coup bas, très éloigné de la vertu dont prétendaient se parer ses initiateurs. Mais on sait que l'UMP tient beaucoup à porter l'étendard de la vertu en matière d'ordre public, malgré les cascades d'échecs et de bavures dont elle peut se déshonorer depuis que la sécurité est aux mains de son chef, Nicolas Sarkozy.

Aussi, son porte-parole Frédéric Lefebvre s'est-il dépêché de repartir à l'assaut sur le front de la morale. Xavier Bertrand peut bien juger la situation «clarifiée», pour M. Lefebvre «il faut qu'il y ait un avant Soumaré et un après Soumaré»… Il propose que le casier judiciaire des candidats devienne public, et que soient écartés des fonctions électives les gens condamnés en raison de «violences contre des personnes».

C'est d'une part faire bien peu de cas de l'idée de justice rendue, qui prévoit rarement de faire peser toute la vie le poids d'une faute passée et payée, sur les épaules d'un coupable. D'autre part c'est dénier par avance aux fauteurs de violences toute possibilité de changer. La violence des jeunes a toujours existé, cela ne la rend certes pas excusable, mais plus d'un politique est vraisemblablement passé par là… Dans les années 50-6O, que j'ai connues, ce sont les «blousons noirs» qui alimentaient les fantasmes anti-jeunes. Avec leurs chaînes de vélo, leurs bagarres, ils effrayaient, et remplissaient souvent les commissariats. La quasi totalité de ces terreurs des cités finissait son adolescence, trouvait du boulot, une femme, faisait des enfants… Et l'on n'entendait plus parler des anciennes terreurs.

Chez Nicolas, qui a traité ce sujet avant moi, comme d'autres, on évoquait aussi le cas des condamnations de politiques pour des malversations commises dans le cadre de leurs fonctions. Et là, je persiste à penser ce que j'écrivais dans un ancien billet dont j'ai perdu la trace: les actes d'un élu doivent être irréprochables. Si M. Lefebvre voulait réellement faire entrer la morale dans la politique, c'est en ce domaine qu'il y aurait à légiférer, et à purger sérieusement les rangs de nos élus. Un maire, un député, un sénateur, un ministre…, convaincus un jour de la moindre corruption sont soupçonnables pour toujours, quand un jeune homme ayant déraillé un moment conserve toutes ses chances de devenir un type bien.

P-S pour une fois, je fais ma propre pub: Romance, c'est à lire sur l'annexe… Et Martine nous parle théâtre à nouveau, de «Tori no Tobu Takasa» pour être précis… Jeffanne souhaite joliment un bon anniversaire à Gaël (ce que j'ai déjà fait chez lui)…

10 commentaires:

Gildan a dit…

J'apprends que la deuxième personne qui porte ce nom (A.Soumaré)(d'où vient l'erreur) est mineure et que c'est grave d'avoir mis cela (cette erreur de jeunesse) aux yeux de tous, sur la 'place publique'! Va-t-il falloir qu'il change de nom pour grandir...
Non, en ce moment, ça sent mauvais la politique...
Enfin...

le-gout-des-autres a dit…

"un sénateur, un ministre…, convaincus un jour de la moindre corruption sont soupçonnables pour toujours".
D'un autre côté, un sénateur convaincu de corruption peut difficilement invoquer "l'erreur de jeunesse".
Le gamin sénateur est une denrée rare...

Le coucou a dit…

Gildan,
oui, c'est un mineur… Mais je doute que les promoteurs de l'opération en conçoivent la moindre gêne. Ce qui les embête, c'est leur échec et de perdre la face vis à vis de l'opinion, le reste…

Le-goût-des-autres,
bien vu, mais les malversations en politique sont rarement découvertes sur le champ… Rendre inéligible un sénateur, tu me diras, ça ne le priverait pas de beaucoup de législatures…

HERMES a dit…

Tu es un sage! Et dire qu'il y avait un poste vacant au Conseil Constitutionnel!

Monsieur Poireau a dit…

C'est une question pas assez simpliste pour M. Lefevre, non ?
Tu as bien sûr raison sur la possibilité de changer mais on se rappelle aussi, comment pourrait-on avoir oublié, que l'UMP prétendait vouloir des tests ADN sur des enfants en bas-âge afin de déterminer leur capacité future à délinquer la Loi et l'Ordre !
:-))

Homer a dit…

@tingting, tu fais ch...

@le coucou: très bon billet.

Le coucou a dit…

Her.poi.mer,
merci de votre passage et de la grâce que vous me fîtes en commentant. Je me demandais si la qualité de ce billet serait reconnue… Me voilà rassuré.

Nicolas a dit…

"que soient écartés des fonctions électives les gens condamnés en raison de «violences contre des personnes»"

Heu... Comme tu le dis par la suite, les délits commis pendant le mandat me paraissent bien plus grave et, en plus, je ne vois pas pourquoi une «violence contre des personnes» serait plus grave qu'un délit financier pour accéder à des fonctions électives !

Epamin' a dit…

Derrière les paroles de la chanson de Daniel Balavoine ("Quand on arrive en ville"), on peut voir qui on veut...

Le coucou a dit…

Tiens j'ai oublié deux commentaires…
Nicolas, nous sommes d'accord.
Epamin, oui…