jeudi 21 avril 2011

N'importe quoi

Vous avez vu ? Les ministres rendent publics leurs intérêts «dont la valeur […] est susceptible d'être directement influencée par des décisions du gouvernement» (merci Le Monde). Sur le portail du gouvernement, la page de chaque ministre comprend désormais un lien qui permet de télécharger sa déclaration. N'allez donc pas imaginer que cela reflète l'état exact de leur patrimoine, beaucoup de choses resteront privées. La gestation de cet avorton a duré des mois depuis son annonce par Sarkozy, dégoulinant de vertu au lendemain du scandale Bettencourt dans lequel son nom était cité avec insistance. Une heure de travail du conseiller en charge de la taille des crayons aurait certainement suffit à dresser ces inventaires partiels et à les mettre en ligne. On imagine que la mise au point de la formule à retenir pour filtrer ce qui peut être porté à la connaissance du bon peuple a été délicate. Il n'est pas précisé s'il est possible de trouver l'équivalent pour le président sur le site de l'Élysée.

Vous avez vu ? Nos voisins Anglais vont encore épater le monde avec un mariage princier. Ils en ont de la chance ! Ce n'est pas chez nous que cela pourrait arriver. Ils ont les moyens de faire ça avec classe : la famille royale est sponsorisée par le peuple britannique. Ils ne sont pas obligés d'orner les carrosses de pubs douteuses, d'affubler la reine d'une casquette British Petroleum, le prince William d'un costard avec London Calling brodé au dos de la veste. Parce que ça coûte, un vrai mariage princier. Vous imaginez ce que cela aurait donné chez nous, si le président avait voulu offrir le spectacle de grandes noces nationales, lorsque son fils chéri s'est marié ? Il pouvait à la rigueur demander à la nation de prêter la garde républicaine pour la descente des Champs Élysées en décapotable, mais nous sommes en république, faut pas trop pousser. Le reste, toute la pompe et les chatoiements nécessaires pour donner aux festivités un éclat mondial, serait forcément venu des sponsors. Frédéric Mitterrand, qui n'était pas encore ministre de la Culture, aurait commenté l'événement dans le direct en mondovision offert par Bouygues : «La mariée porte une robe sublime, cadeau de Bolloré Logistics comme vous pourrez le vérifier dès qu'elle se tournera de l'autre côté pour saluer la foule…, ah non ! la robe est offerte par l'Oréal …» On se serait cru au mariage d'Yves Mourousi dans les années 80, en pire. Et comme en France nous avons mauvais esprit, surtout à gauche, nous aurions râlé, aveugles aux beautés des cérémonies, jaloux de ne pouvoir faire la même chose pour marier nos enfants. Heureusement, nous sommes dans la fiction, tandis que nous n'aurons pas un rond à dépenser pour assister au spectacle d'une famille royale qu'on sort de sa cage.

P-S : Stimulé par un billet de Dorham, Nicolas s'interroge encore sur le blogage, moi aussi.

4 commentaires:

mtislav a dit…

Le blogage normand ?

Le coucou a dit…

Mtislav,
peut-être ben que oui, peut-être ben que non.

Monsieur Poireau a dit…

La royauté a de très bons côtés, j'ai un article sur mon feu belge sur le sujet, que je terminerai un jour… ou pas !
:-))

[Bloguer ça doit rester amusant, sinon, faut faire journaliste ! :-) ].

Le coucou a dit…

M Poireau,
oui, côté cul, il paraît que c'est pas mal. :-)