mercredi 10 décembre 2008

Rama Yade est-elle moins utile que Bernard Kouchner?

Il ne fait pas bon tenir tête à M. Sarkozy. Cela se raconte un peu partout, cela se vérifie encore avec Rama Yade. Il semblerait qu'elle ait déplu à mon locataire de l'Élysée. Oui, j'aime l'idée que je détiens une fraction de souveraineté nationale faisant de moi le proprio du président. Je sais bien que ce n'est pas conforme au droit constitutionnel, cette idée, et que la souveraineté ne se divise pas, mais bon, ça me plaît. Donc, Mme Yade a refusé d'être candidate aux européennes, ainsi que le souhaitait le président. Elle juge que siéger à Strasbourg ou à Bruxelles, serait une sorte d'exil politique, et préfère conquérir un mandat national. D'un point de vue démocratique, ce serait son droit de tenter sa chance, seulement nous ne sommes pas tout à fait en démocratie. Déjà, nous ne l'avons jamais été totalement en France, mais ça, c'est mon dada: une autre histoire. Ensuite, sous le gouvernement de M. Sarkozy, nous le sommes encore moins qu'avant. M. Sarkozy dirige ce pays comme un tuteur abusif, c'est lui qui décide de tout, et même des ambitions politiques au sein de son clan.
Rama Yade, secrétaire d'état aux droits de l'homme, a eu un rôle ingrat à tenir, qui ne lui donnait guère l'occasion de briller. Pourtant, elle a su à diverses reprises exprimer —certes, prudemment—, des points de vue conformes à sa mission. Presque à chaque fois désavouée ou réduite à l'impuissance (quand l'autocrate la privait de voyage officiel), le hiatus entre ses positions personnelles et les renoncements du président, n'en était pas moins mis en lumière. En cela, j'estime qu'elle n'a pas démérité.
Sans doute faut-il voir dans sa jeunesse et les limites d'un ministère subalterne, son impuissance à obtenir de meilleurs résultats. Par exemple, pouvoir imposer l'idée qu'il était dans ses attributions incontournables de recevoir le dalaï-lama avec éclat.
La voici aujourd'hui humiliée publiquement par Bernard Kouchner qui remet en question l'intérêt de son Secrétariat d'état. Il a dû, évidemment, recevoir les consignes de son maître pour punir la rebelle. Pauvre Bernard Kouchner, venu à la soupière élyséenne goûter la saveur douce-amère du reniement, que ce mois de décembre nous fait découvrir maintenant en père fouettard!
Ne lui en déplaise, et n'en déplaise à tous ceux qui épaulent cette vilaine opération, le Secrétariat d'état aux droits de l'homme n'est pas inutile. Même si les conflits entre ce dernier et d'autres ministères sont inévitables, il est bon qu'une république comme la nôtre, née avec les droits de l'homme, dispose d'une voix forte pour en rappeler régulièrement l'importance, aussi bien à l'intérieur du pays qu'à l'étranger.

PS. Les éditions Filaplomb publient Le matin-bonheur de Monsieur Clap, un conte de Noël de Émeline Bravo —dont je vous recommande régulièrement la lecture du blog littéraire.

8 commentaires:

Eric citoyen a dit…

"seulement nous ne sommes pas tout à fait en démocratie"

c'est ça !

Vive Claviers, vive le Var de la part d'un Prouvenco en exil .

Bésitos

Nicolas a dit…

Putain ! Filaplomb en un mot ! Tu vas te faire engueuler...

Le coucou a dit…

Merci Eric! Et reviens-nous bientôt!
Nicolas: comment ça, Filaplomb en un mot? C'est encore une définition de mots croisés?

Bérénice a dit…

Je vais me dispenser de donner un avis sur notre porteur de sac de riz, cela pourrait sembler déplacé... mais je n'en pense pas moins !

Le coucou a dit…

Bérénice, il vaut mieux se souvenir de Médecins du Monde, des boat people, et lui en laisser le crédit. Pour le reste…

Monsieur Poireau a dit…

Oui mais bon. Au mieux, on crée le poste machinchose des droits de l'homme et on n'y met personne. Si c'est pour justifier ! Ou alors une potiche quelconque qui ne dit pas trop de connerie et qui présente bien de sa personne [et à forte poitrine].
Il me reste un peu de Khadafi, en stock, ça se mange très bien froid aussi...
:-))

[Ah oui, Filaplomb, c'est bien ! ;-)) ].

walkingthedog a dit…

"j'aime l'idée que je détiens une fraction de souveraineté nationale faisant de moi le proprio du président."...c'est marrant ça..j'aime beaucoup.
Pauvre Rama Yade.., dur apprentissage des turpitudes de la raison d'état, de la raison du chef... où celle du coeur n'a pas sa place.
Quand à son futur politique, tout dépendra de sa capacité à rebondir...

Le coucou a dit…

Monsieur Poireau, une voix impertinente à ce poste pourrait être utile, tout de même! Sur Khadafi, justement, je crois me souvenir que Rama Yade n'avait pas caché son sentiment…
Walk, malheureusement cela ne dépasse pas le stade de l'idée. Si la raison d'état a handicapé Mlle Yade dans ses fonctions, c'est à l'ego grotesque du chef de clan qu'elle doit ses déconvenues actuelles.