samedi 3 octobre 2009

Votation à la campagne…

Ce matin, mon épouse et moi avons voté contre une éventuelle privatisation de la Poste, au village de Figanières, dans le Var. C'est une jeune factrice, rencontrée sur la route du marché, qui nous a indiqué vers lequel des six villages du canton nous diriger pour cela. Il fallait vraiment avoir envie de participer à cette votation: aucune affiche n'invitait à le faire dans les jours précédents, et la liste des communes participantes publiée dans la presse locale en début de semaine était loin d'approcher l'exhaustivité.

Comme je manifestais un certain dépit auprès de la factrice, elle me répondit qu'il n'était pas évident de trouver des gens disponibles dans chaque village. Inutile, en effet, de réfléchir longuement pour comprendre qu'elle avait raison: nos bureaux locaux ont très peu de personnel sédentaire, et les facteurs courent la campagne à l'heure où nous faisons nos courses… Du reste, la direction des opérations de vote était manifestement confiée à des retraités. Je m'attarde à donner ces précisions, car j'ai le sentiment que la votation sera très éloignée de refléter l'opinion publique sur la question. Nos villages tiennent à leur poste, et les gens se rendent bien compte que la fin du service public entraînera la fermeture des petits bureaux à brève échéance. La menace est déjà présente, alors même que la privatisation n'est qu'une hypothèse tristement crédible… Nul doute que le rejet des projets gouvernementaux aurait mobilisé davantage de monde s'il avait été plus facile de trouver le chemin des urnes.
Sur l'issue de ce scrutin inhabituel, il ne fait guère de doute qu'une majorité de votants manifestera son désaccord avec le changement de statut de la poste. Se seront exprimés les plus motivés, et il n'est pas difficile de prévoir que dans les jours à venir, la droite s'emploiera à minimiser la valeur de cette consultation sauvage.
On pouvait déjà trouver des attaques en règle sur internet, ces temps derniers. J'ai ainsi lu que cette votation citoyenne est «une escroquerie démocratique», car portant notamment «atteinte au caractère représentatif de notre système politique». Sans avoir le moins du monde la prétention d'attribuer à cette consultation la valeur d'un scrutin légal, je lui accorde personnellement la portée d'une vaste manifestation de rue, dont le poids sera, je l'espère, considérable. En 1984, un million de cathos défilant des Champs Élysée vers la Bastille, dans un parcours symboliquement réactionnaire, avaient fait reculer un gouvernement de gauche sur le renforcement de la laïcité. Combien faudra-t-il d'opposants pour mettre un terme à la liquidation du Service Public?
Il est vraiment dommage que les organisateurs ne puissent se prévaloir d'un scrutin ayant concerné l'ensemble du corps électoral Français. N'en déplaise aux détracteurs de cette opération, nous aurions alors eu le bonheur de participer à un authentique moment de démocratie: un référendum dont le peuple se saisit au nom de sa souveraineté. C'est peut-être là, l'arme de demain pour en finir avec notre régime d'escroquerie démocratique permanente.

P-S. quelques lectures que j'aimerais vous faire partager: «De l'intérêt d'un blog», «La dernière carte de Sarkozy», «La journée internationale du blasphème» (dire que j'ai loupé ça!)

23 commentaires:

HERMES a dit…

J'avais lu qu'il serait possible de voter davant la poste à Lorgues. Je m'y rends donc cet aprè-midi et là, rien!
Donc, je n'ai pas voté alors que j'étais déterminé à le faire. Si bien qu'au nombre de votants il faudra rajouter ceux qui se sont réellement dépalacés ...

Fleche a dit…

Il me semble que le candidat Sarkozy avait parlé de referendum d'initiative populaire ; il devrait être satisfait plutôt que de faire dire aux maires via les préfets que ce vote n'est pas autorisé.

Reste que là où la votation a eu lieu, les gens se sont déplacés en nombre important et ont en effet fait des kilomètres pour aller s'exprimer.

La votation a été mise en place sur dans ma commune :)

Nicolas a dit…

On a en France un grave déficit de démocratie avec une omniprésidence (et, il faut bien reconnaitre, une opposition qui merde). Alors, faire croire aux gens qu'un tel vote pourrait servir en tant que tel ne me parait génial, presque contre productif.

Surtout que La Poste ne risque pas d'être privatisée (qui achèterait ce machin ?). C'est la filiale La Banque Postale qui risque d'en prendre plein la gueule. Et personne n'en parle...

Le coucou a dit…

Hermes,
peut-être l'ont-ils organisé au marché, ou un autre jour? En tout cas, il y a eu du cafouillage dans l'organisation, c'est sûr.

Fleche,
non, ce n'est pas un référendum d'initiative populaire, que nous a offert en théorie M. Sarkozy, mais un référendum d'initiative PARLEMENTAIRE, de plus à peu près irréalisable, avec les conditions posée…

Nicolas,
houps! Alors là, pas du tout d'accord! D'abord, un tel vote peut avoir une influence: tout dépendra du nombre de participants. Ensuite, donner le goût de la démocratie aux citoyens est quelque chose d'essentiel. Ils ne savent même pas que ça existe.
D'autre part, tout le monde sait bien que la privatisation de la poste consiste surtout à offrir la Banque Postale au secteur bancaire privé. Il y a une dizaine de jours, je ne sais plus quel journal avait sorti un article sur les appétits de la banque pour la filiale de la poste…

Fleche a dit…

@Coucou,
Il me semble que le sieur Sarkozy avait parlé de referendum d'initiative populaire mais en l'assortissant de telles conditions qu'elles sont difficiles à atteindre : 4 millions de français et 182 parlementaires, je crois.

@Nicolas,
Dans l'état de l'opposition actuelle, d'où peut venir un contre-pouvoir si ce n'est du peuple lui-même ?
Alors autant le faire par une voie ou voix démocratique que par la violence.

Le coucou a dit…

Fleche,
il me faudrait faire une recherche, mais je n'ai pas le temps. De mémoire (et au risque de me tromper), le nom du machin dans les textes officiels est: référendum d'initiative parlementaire. Ce sont les parlementaires, par une procédure complexe, qui demandent l'organisation d'un référendum, soutenus par un nombre délirant de pétitionnaires citoyens…

celeste a dit…

Aux Arcs, où désormais j'habite - je découvre en lisant ce texte que nous sommes voisins- je n'ai pas vu de bureau de vote et comme, de plus, je n'ai pas encore internet, la chose a bien failli totalement m'échapper, j'imagine que ça a été ainsi pour beaucoup de personnes. Finalement j'ai voté à Nice ce matin!

Ferocias a dit…

A voté!

babelouest a dit…

Dans mon coin, je n'ai pas trouvé d'urne. Dommage ! Beaucoup ont dû être déçus de se retrouver dans mon cas.

Monsieur Poireau a dit…

A Bruxelles, rien vu, bien sûr !
Et pourquoi pas un vrai referendum, non ?
S'il est sûr de sa légitimité, Sarkozy devrait le faire, tout simplement !
:-))

BA a dit…

Quand le PDG de France Télécom voulait mettre fin à la "pêche aux moules".

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/social/20091003.OBS3432/quand_le_pdg_de_france_telecom_voulait_mettre_fin_a_la_.html?idfx=RSS_notr&xtor=RSS-17

Cette vidéo est un scandale insupportable.

Comme le dit cet article, il y a eu 24 suicides en 18 mois chez France Télécom.

Maintenant, nous devons résilier nos abonnements Orange / France Télécom.

Maintenant, nous devons demander la démission de cette ordure.

babelouest a dit…

Extrait d'une dépêche AFP, pris sur le site de Dazibaoueb:
Votation sur La Poste: les organisateurs débordés par la forte participation

Le dépouillement de la "votation citoyenne" sur la Poste a commencé samedi, le comité national contre la privatisation, installé à la mairie du IIe arrondissement de Paris, s'avouant débordé par l'ampleur de la participation dans de nombreux départements (presque 10 000 point de vote, au lieu des 6000 prévus).

Je sens que l'affaire doit bien gêner le gouvernement....

Le coucou a dit…

Celeste,
Les Arcs, c'est pourtant déjà un gros village… Je trouve déconcertant qu'il y ait eu une moindre mobilisation dans l'arrière pays varois, en apparence.
Vous aux Arcs, Hermes à Lorgues, Le Toupin à Ampus, et sans doute quelques autres ailleurs, on va pouvoir organiser bientôt une "République des blogs" varois! :-))

Ferocias,
bravo!

Babelouest,
je me demande si cela n'aura pas été le cas un peu partout, en particulier dans les villages?

M. Poireau,
comment! Tu n'as pas été voir à l'ambassade de France? Il y avait peut-être une urne devant…
Un vrai référendum? Il me semble que la procédure du référendums d'initiative (populaire) prévoit plus ou moins une pétition de citoyens à sa source. Nous serions alors dans ce cas de figure. Sauf qu'il faudrait 4 millions de signatures, 180 députés pour présenter la demande… Et que de toute façon cette possibilité fait joli dans la constitution remaniée, mais elle n'a aucune réalité, puisque N. Sarkozy s'est bien gardé de la rendre applicable.

Le coucou a dit…

BA,
j'ai vu qu'on parlait de cette vidéo sur le web, mais je n'ai pas encore eu le temps de la regarder… Je vais le faire. Là-dessus, résilier nos abonnements, si le mot d'ordre était massivement suivi, aboutirai à mettre le personnel de France-Télécom dans une situation pire encore! Affaiblir gravement leur entreprise ne pourrait que les mettre dans la merde… (ce qui me fait penser à vous demander d'éviter les insultes contre des personnes, merci d'avance!)

Babelouest,
merci de ces bonnes nouvelles! Il y a en effet des chances pour que le gouvernement soit mal à l'aise.

marsupilamima a dit…

Pas de souci à Paris: a voté entre carottes de sable, boeuf, melons, le kilo de gingembre de la semaine (gnamakoudji) et filet d'oranges, bureau devant la poste, devant la fnac ternes

Olivier P a dit…

Quand j'ai voté à 11 heures (le vote étant ouvert de 10 à 14) j'ai eu la joie de savoir que 200 votants s'étaient prononcés, la joie de voir que des militants UMP venaient à la "votation" organisée par PS...

Eric a dit…

A condition de ne pas présenter cette votation comme un vote, cette action est très intéressante. C'est une bonne façon de sensibiliser les gens. Quant à les mobiliser, c'est autre chose.

Irène a dit…

Salut, le Coucou! Au passage: perci pour le lien. ;-)

Le coucou a dit…

Martine,
évidemment, les parisiens sont toujours privilégiés! (un kilo de gingembre par semaine! Vous avez le gosier blindé, ou bien le jus gnamakoudji est une douceur?) :-))

Olivier,
compliments! Il aurait fallu que le PS s'implique davantage chez nous: après tout nous avons deux ou trois municipalités du canton étiquetées "à gauche"…

Eric,
ce n'est pas un vote légal, mais c'est à tout le moins une pétition nationale dont la portée ne devrait pas être négligée. Et une forme de mobilisation pacifique et peu contraignante (pour les votants) qui pourrait renouveler les méthodes d'opposition —à condition de ne pas en abuser.

Irène,
bon dimanche! :-D

BA a dit…

Appel à résilier les abonnements Orange / France Télécom.

D’où la conséquence suivante :

moins de bénéfices en 2009 pour Orange / France Télécom,

donc moins de dividendes versés aux actionnaires,

donc les actionnaires sont très en colère,

donc les actionnaires vont virer Didier Lombard et son équipe.

C’est la logique implacable du capitalisme : nous devons donc retourner cette logique CONTRE le capitalisme.

Nous devons frapper le capitalisme là où il est vulnérable : au portefeuille.

Le coucou a dit…

BA,
l'appel est lancé…

rachid a dit…

Shalom aleykhum

Une grande majorité de citoyens - notamment dans les zones rurales -soutiennent ce mouvement.

Parmi les nombreuses raisons objectives qui justifient cette opposition et légitiment le mouvement, il faut prendre en considération ce qui s’est passé avec la privatisation de France Télécom. C’est celle-ci qui a conduit directement aux insupportables suicides ou tentatives parmi le personnel de ce qui fut un grand service public et qui n’est plus qu’une machine à profits. Les salariés sont mis sous pression, déstabilisés en permanence, voire harcelés au nom de conceptions inhumaines de la productivité et de rentabilité.

Les témoignages sont accablants. Les travailleurs sont poussés dans leurs derniers retranchements jusqu’à ce qu’ils cèdent ou démissionnent. C’est ce que le PDG de France Télécom appelle le « plan industriel » de l’entreprise qu’il n’entend pas modifier en attendant que passe ce qu’il appelle avec cynisme « la mode du suicide »...

Voilà ce qui attend les salariés de la Poste quand elle sera privatisée totalement : le rendement, la rentabilité au prix de la santé humaine et de la vie des familles.

D’autres raisons essentielles existent pour s’opposer à la transformation en Société Anonyme de l’entreprise postale. Mais la santé des femmes et des hommes qui y travaillent et y travailleront n’en est pas la moins importante.

Le coucou a dit…

RAchid,
merci de ce point de vue. Je n'ai rien à ajouter à ton commentaire.