mardi 10 novembre 2009

Encore un mur qui tombe!


Une petite information, lue sur le site du Nouvel-Obs, m'a laissé d'abord bouche bée devant mon écran, avant de me donner envie de rire ou de mordre. Plutôt de mordre, il y a des jours comme ça. Nous vivons en ce moment dans le symbolisme des murs qui tombent, ça doit expliquer pourquoi Eric Raoult, député de Seine-Saint-Denis, a voulu fracasser à lui seul le mur de la connerie. Et il a réussi, en invoquant un fantasmatique «devoir de réserve, dû aux lauréats du Prix Goncourt», parce que des propos tenus par Marie NDiaye sur la France de Nicolas Sarkozy, l'ont choqué.

C'est bien d'un fantasme de gaudillot encouragé par des temps d'autocratie hyperbolique, qu'il s'agit. Mme NDiaye s'est exilée à Berlin par dégoût de la France sarkozyste, c'est son droit, à partir du moment où elle a la chance de pouvoir le faire. Elle l'a dit, c'était sa liberté de parole, l'un des plus précieux pouvoirs du citoyen, qui, pour l'heure n'a pas encore été totalement aboli.

L'Académie Goncourt est actuellement composée d'une dizaine d'écrivains, et, que l'on sache, il ne s'y trouve aucun représentant de l'état, pas plus qu'il n'est exigé de ses membres la qualité de fonctionnaire. Peut-être faut-il craindre, si M. Sarkozy voyait son mandat renouvelé en 2012, son amour de la littérature aidant, une profonde réforme de ce cénacle? Il faudrait alors nous attendre à l'irruption, au palmarès du Goncourt, d'une lignée d'écrivains sarkozystes, dont quelque proche parent du président pourrait bien ouvrir la liste.

Toutefois, pour l'heure nous n'en sommes pas là, et pour prestigieux qu'il soit, le Prix Goncourt reste un événement culturel privé, échappant aux attributions du ministre de la culture, auprès duquel M. Raoult vient de se plaindre. Invoquer un «devoir de réserve» attendu des auteurs primés est une bouffonnerie. Il se trouve que Marie NDiaye s'était exprimée sur le sujet qui blesse aujourd'hui le patriotisme de M. Raoult, bien avant que son roman, «Trois femmes puissantes» soit couronné, mais là n'est pas la question. C'est l'honneur d'un écrivain, homme ou femme, de savoir rester libre. C'est parfois son privilège de ne rien devoir à personne et de rester couvert devant le roi, si ça lui chante.

Éric Raoult, dont les principaux faits d'armes parlementaires visaient à rétablir la peine de mort, estime pour sa part que le «message délivré par les lauréats se doit de respecter la cohésion nationale et l'image de notre pays». Avec de tels propos, dont la balourdise l'abaisse au niveau d'un Frédéric Lefebvre, M. Raoult fait accomplir un petit pas de plus dans l'autoritarisme à un régime disqualifié. Certes, s'agissant d'un simple troupier de la garde, le pas n'aura guère de portée et glissera sans doute sur une bouse, mais il en dit long de l'état d'esprit qui prévaut dans la mouvance du pouvoir. Aujourd'hui il s'agit de faire rentrer les têtes qui dépassent, taire les voix qui portent, et demain, on dotera chaque Français d'une muselière.

P-S. À lire chez Gwendal: Non le communisme n'est pas mort

15 commentaires:

jrunx a dit…

Serions nous deja en fin de democratie vers une derive pré-faciste??? Jrunx >>jrunx@yahoo.fr

peuples a dit…

Tiens Carla n'ets donc pas une femme puissante....

Mag a dit…

J'aime beaucoup "gaudillot", cela vous a un petit air de "caudillo" qui me paraît du meilleur effet dans le contexte
Mag

Le coucou a dit…

Jrunx,
pour le moment, nous sommes dans l'autoritarisme borné d'un autocrate, c'est déjà beaucoup. Quant à la démocratie, il faudrait déjà qu'elle ait débuté, pour s'achever…

Peuples,
j'ai l'impression qu'elle n'est pas du nombre… ;-)

Mag,
si toutes les propositions de M. Raoult se réalisaient, on verserait vite dans le caudillo (ce qui exige tout de même de disposer d'une armée de gaudillots).

Monsieur Poireau a dit…

Les écrivains, ça ferme sa gueule ou bien ça démissionne !
Sérieusement, ils sont tellement entourés de lécheurs qu'ils pensant le monde sous cette forme ?
:-))

babelouest a dit…

Qui du Coq et de sa (très)basse-cour, ou des Libres citoyens, fermera sa gueule le premier ?

Même les pires tyrans passent, et leur cercueil se referme comme les autres. Malheureusement, leur simple passage est synonyme de catastrophe, dont à chaque fois il faut se relever.

Mais le mur de Berlin est tombé. Un jour, c'est le mur de l'argent qui tombera.

lediazec a dit…

@ Le coucou. Sans nous être concertés, nous avons travaillé le même sujet. J'aime bien ton éclairage. Bonne journée. Pour moi ça va, j'ai pu pisser dans mon jardin en toute quiétude.

Nicolas a dit…

Il faudrait que je fasse une perle avec tous les blogs qui parlent de Raoult, ce matin (ou hier).

Le coucou a dit…

M. Poireau,
depuis hier, E. Raoult a dit mieux encore. Je l'ai entendu à la radio expliquer qu' «ON lui donne le Goncourt»… Je suppose que dans son esprit, c'est N. Sarkozy, c'est l'UMP, c'est la France, qui attribuent le prix. Du coup, on comprend mieux qu'il veuille faire de Marie Ndiaye une ambassadrice du Sarkozyme. :-))

Babelouest,
si les pires tyrans passent, alors notre despotique président devrait passer aussi… Et il ne restera plus qu'à réparer les dégâts.

Lediazec,
j'ai vu ça, et j'ai apprécié moi aussi ton regard. D'autant plus que ton détour par la Bekaa a éveillé chez moi le souvenir de Baalbek, où je suis passé un jour, à la rencontre de jeunes lecteurs.
Bonne journée et pisse dru!

Nicolas,
hop: du fil, des perles, au boulot!

Dr No a dit…

Encore une qui ne recevra pas la légion d'honneur ...

Le coucou a dit…

Dr No,
mais si, ne soyons pas pessimiste: la gauche reviendra peut-être? ;-)

BiBi a dit…

Cher Coucou,
On peut évidemment comprendre qu'un Homme politique ne parle pas de littérature ( encore que cet imbécile de Raoult ne le comprenne pas) mais dire - comme un certain Monsieur Goux - que l'écrivain n'a pas à être un "citoyen" n'est pas qu'une stupidité, c'est pire.
J'ai ecrit il y a quelque temps sur cette difficile question de l'ecrivain et de son rapport au Monde sur mon blog (http://www.pensezbibi.com/livres-de-lecture-poesie/cousin-singe-et-cousin-ange-1562 ) qui peut t'interesser puisque tu as écrit des livres. J'y rappelle qu'en se "servant" de Freud, on peut commencer à expliquer qu'un Génie en ecriture peut etre un arriéré mental et politique.
Je rappelais qu'un Flaubert etait un très grand ecrivain et qu'il etait un anti-Communard de premier ordre, que Voltaire avait ecrit des phrases indignes, que Shakespeare etait antisémite ( alors que Montaigne et Cervantès à la même epoque ne l'etaient pas)...
Oui Raoult est de la pire espèce : celle qui a peur de la littérature et qui applaudirait - si c'etait possible - à des autodafé.
Tout le Bien pour toi.

Le coucou a dit…

Bibi,
il y a des écrivains qui se veulent étrangers à toute préoccupation citoyenne et n'accordent d'importance qu'à leur œuvre.
C'est vrai aussi que l'on peut trouver chez les "gens de lettres", de sacrés réacs et même pire. Puisque tu parles de Faubert et de la Commune, citons un besogneux qui ne lui arrivait pas à la cheville, mais dont la hargne anti-communarde est bien connue, Dumas Fils, écrivant: «Nous ne dirons rien de leurs femelles par respect pour les femmes à qui elle ressemblent —quand elles sont mortes».
Je lirai ton article avec curiosité, merci. Bonne soirée!

Dr No a dit…

"la gauche reviendra peut-être"

La gauche ne peut pas revenir parce qu'elle n'est jamais partie : elle s'est liquéfiée sur place.

Ceci dit vu le malin plaisir que Sarko prend à retourner les alliés de la gauche, on ne peut jurer de rien pour une future légion d'honneur Sarkozienne

Le coucou a dit…

Dr No,
c'est ton point de vue, mais comme je crois qu'il existe une attente de la gauche dans le pays, je pense qu'elle reviendra. Le jour où elle aura retrouvé sa crédibilité en cessant de se déchirer.