vendredi 19 novembre 2010

Du blog politique au parapluie

Un billet de Mathieu demandait récemment aux blogueurs politiques à quoi servaient «tous ces billets sur le remaniement ?» Nicolas, lui a répondu en élargissant la question : à quoi servent les blogs politiques ?

L'un et l'autre se rejoignent avec la plupart de leurs commentateurs pour répondre : à rien ! C'est aussi mon avis et ce billet pourrait s'arrêter là, constatant que nous puisons tous plus ou moins largement dans le contenu des médias professionnels, à moins d'avoir la chance de disposer d'informations directes. L'essentiel est dit ailleurs.

Le plus souvent, nous reflétons les points de vue de citoyens lambdas sur l'actualité, que nous commentons en fonction de nos opinions. Nous participons à une sorte de super courrier des lecteurs, en liberté… Au mieux, nous constituons un bruit de fond de l'information politique dont les fluctuations d'ensemble peuvent revêtir une signification pour l'observateur attentif : la portée d'un scandale se mesure de plus en plus à son retentissement dans le web.

En fait, seuls les militants aguerris d'un parti, d'un syndicat, ou les blogueurs qui s'investissent à fond dans la politique me semblent bloguer avec un dessein cohérent, le blog formant une extension de leur engagement. Les autres, parmi lesquels je me range, traduisent plutôt leur frustration de citoyens d'être tenus à l'écart de la vie politique, sans compter ce je-ne-sais-quoi d'importance, dont parle très bien Nicolas pour lui-même, qui nous fait publier régulièrement nos billets.

Car la vraie question est plutôt là, que l'on parle politique, littérature, ou tricot : pourquoi blogue-t-on ? Sans doute par futilité, pour exister et s'admirer ? Pour se plier à un exercice quotidien d'écriture ? J'avoue apprécier ce moment un peu acrobatique, quand il faut se lancer sur un bout d'écran vierge, et trouver où tel début d'idée peu me conduire en quelques lignes.

Bloguer sur la politique ne sert donc à rien, disais-je… Et pourtant ! Il faudrait peut-être un jour s'arrêter un peu longuement sur le rôle obscur, mais pourtant ô combien méritoire du parapluitiste dans le sillage des grands de ce monde. Imaginez-le à la peine derrière les chefs d'états, ridicule et cependant pas complètement inutile. Nous sommes un peu comme lui —non que nous protégions qui que ce soit, mais l'information qui tombe dru s'amplifie sourdement sur nos blogs pour rebondir. De même que l'ouverture d'un parapluie avertit le météorologue d'une averse, la reprise de l'info par la blogosphère signale à la presse une intempérie politique à prévoir.
Source photographie Le Temps

20 commentaires:

Gildan a dit…

"...Pour se plier à un exercice quotidien d'écriture..."
J'aime beaucoup vos exercices quotidiens d'écriture, M. Le Coucou !
Tenez, par exemple, celui de ce soir est fort bien réussi !
:)

Gaël a dit…

très bon billet, et il en va de même pour teous les "catégories" de blogs même si certaines sont un peu mieux traitées par leur sujet (comme les blogueuses mode qui sont lues par les chaines de vetement) mais c'est vrai que l'important est d'écrire avant tout pour soi et puis si d'autres sont sensibles alors tant mieux

Nouvel Hermes a dit…

La question "A quoi ça sert? est une question infantile quand on sait que rien ne sert à rien et que this is not the question.
A quoi sert de parler, de donner sa voix? Quand dans les urnes on ne l'entend pas, autant la préciser sur un blog ou ailleurs.

jeandelaxr a dit…

Ça sert à quoi, tout ça, ça sert à quoi, tout ça ? Ne me demandes pas ! (C'est une chanson !)

Le coucou a dit…

Gildan,
merci, monsieur. Bonne journée.

Gael,
l'exercice peut être fait avec profit pour soi. Mais écrire avant tout pour soi, je n'y crois vraiment pas. On écrit pour être lu.

Hermes,
vu sous cet angle tu as raison, mais c'est lorsqu'on imagine qu'un blog peut influencer le cours des évènements que se plaçait la question.

Jean,
je connais pas… C'est vrai quoi, quelle curiosité inutile! :-)

captainhaka a dit…

Récurent questionnement sur l'influence supposée ou non de tel ou tel blog.
Quand un inconnu (comme moi) ouvre un blog, tout le monde s'en fiche et c'est normal, je fais de même pour les 250 millions de blogs répertoriés . Quand un personne connue ouvre un blog, là c'est différent. Le blog fera partie de ses moyens de communication en tant que personnalité et ceux qui s'intéressent à son domaine regarderont de plus près ce qu'il peut dire et penser.Son blog pourra être cité comme référence et qualifié d'influençant car la personne détient un rôle important.
La seule différence est que moi je peux dire des conneries sur mon blog, par contre un homme politique n'a pas intérêt :)

Nicolas a dit…

Je commente maintenant ce billet que j'ai lu hier soir et me rappelle que la dernière phrase "De même que l'ouverture d'un parapluie avertit le météorologue d'une averse, la reprise de l'info par la blogosphère signale à la presse une intempérie politique à prévoir." m'a trotté dans la tête un bon moment alors que j'étais seul à mon comptoir.

Le coucou a dit…

Captainhaka,
il me semble que le questionnement portait plutôt sur les blogs tenus par des gens, des militants ou non, ordinaires. Les blogs de personnalités politiques constituent une catégorie particulière —mais il est probable que leurs déclarations médiatisées ont plus de chance d'exercer une influence que leurs billets de blog.

Nicolas,
je crois que ton commentaire va me trotter dans la tête un bon moment !

solveig a dit…

Il semblerait donc qu'il faille ouvrir un parapluie avant d'écrire sur un blog ?
Outre le fait que ça porte malheur d'ouvrir un pépin à l'intérieur, parce qu'après on en a ...
( des pépins), ce n'est pas très commode de taper d'une seule main !

Comment ça j'ai rien compris ...
Mon père me disait déjà que les femmes ne comprennent rien à la politique !

Le coucou a dit…

Solveig,
je me demande quelle était la motivation de cet adage populaire… Parce qu'on risquait de casser des bibelots dans l'antichambre petit-bourgeois en déployant brusquement un pépin ?

Sinon, vous êtes libre d'interpréter ce passage à votre guise. Un texte finit toujours par appartenir au lecteur… Moi, je n'ai rien à ajouter, ni à commenter.

Nicolas a dit…

Le Coucou,

Ne vois aucune malice à mon commentaire, je me demandais juste à quel point tu avais raison...

Le coucou a dit…

Nicolas, je n'y ai pas vu malice, rassure-toi. :-)

regarderleciel a dit…

Parfois le météorologue parvient à prévenir le parapluie qu'il faut qu'il s'ouvre, c'est plus rare mais ça arrive ;-)

Epamin' a dit…

Ben moi, je trouve que ça sert à :
- rendre la politique moins inhumaine ou plus humaine, ça dépend de la tendance (hihihi!);
- offrir la possibilité d'échanger avec d'autres sur des sujets qui nous intéressent même si on est tout seul chez soi;
- écrire publiquement des choses qui nous tiennent à cœur quand on en a ras le bol et d'imaginer que quelques quidams (enfin, plus si quidam que ça, à force!) vont le lire;
- permettre à des ignares de mon espèce de se coucher moins bêtes le soir en matière de politique
Je trouve que ce sont là de très bonnes raisons pour alimenter un blog politique...

solveig a dit…

Bonsoir le Coucou

Je plaisantais, bien sûr dans mon intervention précédente... et ne sais pas du tout d'où vient cette superstition concernant l'ouverture du parapluie dans une maison.

Plus sérieusement, les forums politiques sont-ils utiles ?
Alors là oui, oui, OUI !!!
Ils permettent à ceux qui en ont le talent, d'exprimer ce que d'autres, moins doués pour la rhétorique, auraient envie de dire et de lire... chacun choisissant en fonction de sa sensibilité !... ils sont une soupape de sécurité, il n'est pas bon de ruminer ses rancoeurs, il faut les mettre en mots.
Pour ma part, je remercie ceux qui prennent la peine d'analyser les choses et je les lis avec plaisir, même si je suis parfois en désaccord.

Donc merci Coucou, continuez, surtout ne changez rien !

Le coucou a dit…

Regarderleciel,
je suis un grand consommateur de bulletins météo, alors je sais bien qu'en dehors du pays de la métaphore approximative, on sort plutôt son parapluie après les conseils de l'homme de l'art… C'est la photo qui m'a soufflé l'image, mais j'aurais pu aussi bien choisir un portier pensant qu'un événement sérieux se passe dans l'immeuble d'après le nombre de personnes s'engouffrant par la porte ouverte…

Epamin',
l'échange est assez limité, dans la mesure où il se fait surtout entre convaincus et tourne vite court entre partisans de bords opposés… Mais je me reconnais dans ta troisième proposition : écrire des choses qui nous tiennent à cœur quand on en a ras le bol… Et merci!

Solveig,
j'avais bien compris que vous plaisantiez ! Je trouve aussi assez juste l'interprétation du blogage comme soupape de sécurité… Ça doit être vrai dans beaucoup de cas, mais on peut aussi imaginer qu'il puisse enfoncer quelqu'un dans la rancœur. En tout cas, merci de cet aimable commentaire.

isabelle B. a dit…

si les grandes marques font appel à des community managers et des blogueurs pour faire du buzz sur leurs produits, on peut supposer qu'un groupe de plusieurs blogs en matière politique peut avoir le même effet boule de neige...dans tous les cas, on est pas blogueur pour être modeste :-)

Le coucou a dit…

Isabelle,
ma foi, peut-être as-tu raison? Côté blogs politiques et "produits", j'ai participé quelques mois durant à de la promo pour des journaux… J'ai l'impression qu'ils n'en font plus. Conclusion…

See Mee a dit…

Tiens, cela me fait penser au journal Vendredi : c'est grâce à lui que j'ai découvert les blogs politiques. J'ai trouvé intéressant de lire des commentaires sur le fait politique différents de ceux que l'on trouve dans la presse. Même que j'aime bien voir que ce sont des gens comme toi et moi, avec leur langage, leurs manies, leur réseau d'amitiés (des liens, bordel !).
Et puis, même si on a tendance à lire ceux avec lesquels ont est d'accord dans le fond, c'est justement dans les nuances que cela nous enrichit, les rebonds qu'il y a des uns aux autres. Les médias traditionnels parlent eux aussi tous de la même chose, mais font comme si leurs confrères n'existaient pas, ou juste pour citer celui qui a eu un scoop.
De plus, c'est comme cela que se construit une opinion, des valeurs : en se confrontant incessamment à celles des autres.

Le coucou a dit…

See Mee,
oui, il y a un certain intérêt à voir au jour le jour comment les citoyens ordinaires reçoivent l'information (mais fréquenter la presse en ligne plus les blogs politiques, dénote déjà un éveil pas si ordinaire que ça)… Avec le risque d'oublier un peu que tout le monde ne voit pas la politique ainsi en dehors de la grosse bulle où l'on serait vite enfermé.