mercredi 12 août 2009

La retraite des mères au régime minceur?

Au cœur de l'été, alors que bon nombre de Françaises sont plutôt d'humeur à siester qu'à se préoccuper de la rentrée et de ses galères, on apprend que Xavier Darcos, ministre du travail, se prépare à leur jouer un vilain tour. Il s'agit pour lui de tout mettre en œuvre afin que soient réformés au plus vite les avantages dont bénéficient les femmes salariées en matière de retraite.

Jusqu'à présent, une femme ayant élevé plusieurs enfants, qui, au moment de cesser son activité professionnelle, ne totalise pas le nombre de trimestres suffisants pour toucher une retraite à taux plein, se voit accorder une majoration de deux années de sa durée d'assurance.

Quand on sait que 66% des femmes se trouvent dans ce cas, de surcroît sans avoir gagné un salaire équivalant à celui d'un homme au cours de leur carrière, à emploi équivalent, on comprend qu'il s'agit d'une mesure de justice.
L'avenir d'un pays passe par ses enfants, n'en déplaise à un certain écolo-catastrophisme angoissé par la surpopulation mondiale. Il faut de jeunes bras pour remplacer ceux que l'usure de l'âge fait retomber, c'est une évidence. En attendant l'avènement du «Meilleur des mondes», c'est la femme qui joue le rôle essentiel dans ce renouvellement des générations.
S'il faut un homme pour procréer, il faut une femme pour accueillir le futur bébé, le porter jusqu'à la naissance. Et ce n'est pas une mince affaire. Pour la femme, il y a un avant et un après l'enfantement…
N'étant pas femme, ni ne l'ayant jamais été, même par inadvertance, je ne peux bien entendu guère m'étendre là dessus, mais il m'a néanmoins été donné d'observer que quelque chose se passe alors. La maternité prend la femme au corps et la fait entrer dans les réalités de la vie d'une manière autrement marquante qu'il en va pour l'homme avec sa paternité. Bref, la femme subit autant qu'elle offre, et ce n'était en aucune façon lui accorder un privilège démesuré que de lui rendre ces deux années à l'entrée de la vieillesse…

Ce qui chagrine M. Darcos, c'est la démarche d'un père qui a obtenu de la Cour de cassation de bénéficier de la même majoration que son épouse. La Halde, haute autorité de lutte contre les discriminations, avait fait auparavant une demande allant dans le même sens… Le gouvernement s'inquiète donc de l'alourdissement brutal du régime des retraites qui pourrait survenir, si tous les pères ayant élevé leurs enfants à un moment quelconque se mettaient à revendiquer cet avantage à leur tour… Là-dessus aussi, sur cette attitude d'hommes prêts à s'engouffrer dans une brèche de la législation, je ne sais trop que penser. Si cela doit conduire à ramener plus d'injustice encore dans le sort des femmes, ce ne sera pas glorieux!

Il reste à savoir si dans les négociations à venir entre le gouvernement et les syndicats, ces derniers sauront se montrer enfin en phase avec leur raison d'être, et barrer la route à cette régression.

P-S. À lire chez Zoridae: «Le sketch du sifflet - Jeune dans sa tête -»

17 commentaires:

αяf a dit…

En plein mois d'aout ! Il est pas en vacances lui ?

Le coucou a dit…

αяf,
non, selon toute apparence!

Fleche a dit…

C'est justement au mois d'août que passent les mesures les plus perverses. Celle là peut se vanter d'en faire partie !

MACAO a dit…

Après un passage catastrophique à l'enseignement il peut continuer avec le travail lui qui à "glandé" toute sa vie dans des séminaires!
Il est l'ami incontournable du prince!
Pauvre France!

Le coucou a dit…

Fleche,
attention: ce n'est pas encore fait, mais M. Darcos y travaille…

Macao,
à l'enseignement, il a montré qu'il est obstiné… On peut donc craindre qu'il ne lâche pas le morceau facilement.

romain blachier a dit…

excellent.je relaie

Le coucou a dit…

Romain,
merci !

Rimbus a dit…

salut Jean-Louis
bien qu'ayant 2 enfants, les projections des démographes me font frémir...
sinon, je trouve sain qu'un père mette en veilleuse son boulot pour élever son bébé, ce que j'ai fait durant une période de chômage. C'est un très bon souvenir !
(visiblement je n'ai pas de problème pour commenter)

Le coucou a dit…

Rimbus,
je comprends parfaitement ton point de vue, mais à mon avis il n'allège en rien le problème posé par la remise en cause des avantages des femmes salariées…
(C'est ton commentaire qui a tout réparé! Bravo! :-)) Mon: "merci", à Romain, s'était égaré dans les corridors du web, et je n'obtenais qu'un message d'erreur à toute tentative de répondre)

marsupilamima a dit…

Précision, si je n'en avais pas bénéficié de ces deux années, je serai chômedue, ce qui ferait grossir les chiffres de l'anpe, et vu qu'y zarrêtent pas de les faire baisser les chiffres du chômage en virant tout ce qui bouge, ses copains seraient pas contents
ps je rentre de vacances et ma première visite est chez le coucou (cela dit j'en ai entendu plein des coucous et des cigales et des mouettes et des goelands et des tourterelles et...)

Fleche a dit…

@u Coucou
Bien sûr cette mesure n'est pas encore actée, mais nous avons vu M. Darcos à l'oeuvre à l'Education Nationale. Il ne concerte pas réellement, il informe.

Le coucou a dit…

Martine,
je crois que vous êtes nombreuses dans le même cas!
Merci de venir aussitôt rentrée: allez hop! au boulot. :-))

Fleche,
c'est en effet à craindre!

Monsieur Poireau a dit…

Pas lu les commentaires mais je note que quand il s'agit des prix, on se dépêche de nous aligner sur le haut quand il s'agit d'avantages sociaux, l'alignement se fait sur le plus bas !
:-))

[A mon sens, Darcos profite surtout d'une aubaine, au même titre qu'un fait divers dans d'autres cas, pour nous sortir une grosse artillerie préparée de longue date…].

Homer a dit…

Je ne sais franchement pas quoi en penser...

babelouest a dit…

Darcos doit bien apprécier cet arrêt intempestif et malheureux de la Cour de Cassation. Mettre en difficulté des femmes, c'est sûrement un bon plan pour lui.
Quand mes enfants étaient encore relativement petits, la progression de la maladie de ma femme a fait que j'ai dû de plus en plus suppléer au ralentissement de sa mobilité : je me garderais bien de m'en targuer pour obtenir plus. Si un père est obligé de prendre totalement en charge ses enfants, c'est différent : cela n'empêchera pas que ce n'est pas lui qui aura supporté pendant et après les conséquences de la grossesse.

vint4ge a dit…

Je voudrais que ce claviez-là dise à nouveau coucou : http://4691.lapetition.be/

Le coucou a dit…

Désolé, je réponds encore en retard, mais mieux vaut tard…

M. Poireau,
tu dois avoir raison, le gouvernement et Darcos devaient mijoter ces ajustements depuis longtemps, et le jugement est une justification qui tombait à pic pour tenter de forcer la main aux syndicats…

Homer,
demande son opinion à ta compagne… ;-)

Babelouest,
nous partageons à peu près tous le même avis là-dessus, je crois. Sur la perception que peuvent avoir certains pères de cette opportunité, je ne sais vraiment que penser: chaque cas doit être particulier…