mercredi 19 août 2009

Fais-moi plaisir, chéri: vote à droite…


Yann Savidan et Nemo, encore lui, m'ont passé un curieux sujet de chaîne, imaginé par Mathieu, du fond de ses vacances dans une fournaise audoise. Cela doit sans doute expliquer le caractère brûlant de la situation que l'on est sensé envisager: peut-on vivre avec un conjoint qui ne pense pas comme soi? Yann campe «à la gauche de la droite»… Nemo est centriste, il a répondu en centriste, ce qui est somme toute logique, c'est à dire qu'il cohabite en harmonie avec une épouse de la famille politique à côté. Pour en savoir plus, il faut aller les lire…
La réponse de Nemo me semble typiquement centriste, comme du reste celle de son ami de la Banane Bleue, en cela qu'elle n'est pas hostile au compromis conjugal. Je crois que j'en aurais été incapable, dans la durée d'une vie de couple. La tentation d'assortir le difficilement conciliable ne s'est heureusement pas présentée, puisque la chance m'a fait rencontrer une femme de gauche, élevée par des parents de gauche: un petit monde des plus accueillants pour le jeune con de gauche que j'étais.
Prompt à m'emporter dans la défense de mes idées, j'aurais été incapable de serrer une main, fut-ce la gauche, à un type de droite sans m'empourprer. Je dois à ma belle-famille d'avoir appris qu'il y a des gens de gauche avec qui il vaudrait mieux ne pas se retrouver sur une île déserte, et des êtres de droite qui donneraient de l'agrément à la solitude partagée… Je crois donc m'être dépouillé de la carapace d'intransigeance qui résume la vie à un ordre manichéen, mais cela ne suffirait certainement pas à me rendre cette vie, d'autant plus précieuse que j'en voie l'horizon, envisageable en compagnie d'une sarkozyste… Et puis, comme je viens de le dire, le destin m'a si bien doté, en la personne de ma compagne, que je n'arrive même pas à imaginer ce que pourrait être une existence en enfer. La vie de ma femme est une bibliothèque romanesque en soi —de gauche, évidemment—, qui a rempli ma vie de gauche jusqu'à ce jour. Pourvu que ça dure! Le sujet de cette chaîne n'étant pas le Cantique des cantiques, je pense être arrivé au bout. Il ne me reste plus qu'à désigner les enchaînés suivants: Le-goût-des-autres, Eric, AnieDay, Martine, B.mode

10 commentaires:

Monsieur Poireau a dit…

Ce serait insupportable de vivre avec une femme complètement de droite ! Par exemple, je partagerais avec elle le gain de mon travail pendant qu'elle accaparerait toutes les richesses du couple pour acheter des actions et exploiter les travailleurs !
:-))

Le coucou a dit…

M. Poireau,
c'est bien mon avis! Mais tu te places dans le cas d'une femme au foyer. Suppose qu'elle soit…, trader…, et, heu… anarchiste… (on peut s'amuser, non?) Peut-être qu'il y aurait du palpitant dans la conjugalité? ;-)

Monsieur Poireau a dit…

Trader et anarchiste ? Bin, c'est pas déjà le critère de recrutement ? Ah bon… Je croyais !
:-))

Le coucou a dit…

M Poireau,
critère de recrutement, je ne sais pas… Mais il y en aurait quelques uns chez eux, je ne serais pas vraiment étonné.

babelouest a dit…

Les gens de droite partent sur une mauvaise base : l'aumône n'est pas la solidarité. Question de rang social.Pour un féru d'égalité, c'est rédhibitoire. Vivre toujours avec une femme qui aurait cette condescendance, ohhh non, à long terme, ce ne serait pas supportable, et même assez vite à mon avis. Il est fatal que ce distinguo apporterait des failles quotidiennes auxquelles on ne pense pas au départ, et qui se révèlent ensuite.

Une femme sarkozyste ? Malheureusement ce cas existe certainement, et ce doit être totalement imbuvable.

Le coucou a dit…

Babelouest,
d'accord avec toi sur le fait que la solidarité n'a rien à voir avec l'aumône et la charité, attitudes destinées à se donner bonne conscience au moindre coût, alors que la solidarité n'est pas ponctuelle, mais implique d'apporter soutien au delà du geste immédiat, si nécessaire.
J'ai l'impression que c'est surtout le regard porté au fil des jours sur les choses de la vie, à travers des prismes politiques incompatibles, qui doit être usant. L'aumône n'est qu'un détail, et n'est pas complètement réductible à la droite: on peut la retrouver dans bien des formes de secours, ou même en certains cas dans le bénévolat. Enfin, je connais quelques électrices de Sarkozy d'une parfaite dignité, beaucoup moins gênantes que d'anciens communistes passés au FN…

b.mode a dit…

Tribord amour ! http://ruminances.unblog.fr/2009/08/21/cherie-a-tribord-toute/

Mathieu L. a dit…

Pareil que toi : totalement incapable de me compromettre.

Très bon billet au passage.

Le coucou a dit…

Mathieu,
j'avais lu ça dans ton billet! :-)

Le coucou a dit…

b.mode,
évidemment, j'avais filé te lire dès réception de ton commentaire.