mardi 25 août 2009

Le retour de Nicolas 1er


Le Journal à le plaisir d'informer les Franchoises et les Franchois du retour de sa majesté impériale Nicolas 1er dans sa bonne capitale. Notre Bien-Aimé souverain semblait en pleine forme lorsqu'il reprit ce matin les mancherons de la charrue de l'état. Comme le journaliste du Journal l'avait en son temps relaté au lecteur, c'est dans une discrète chaumière de Gaule Méridionale que le Bien-Aimé et l'impératrice Lala s'étaient retirés en villégiature. Un choix qui en dit long sur l'admirable simplicité de mœurs du monarque, quand on songe que cet habitat ne bénéficiait même pas du tout-à-l'égout! Quoi qu'il en soit, le pays peut se réjouir, car Nicolas 1er nous revient dans une forme parfaite: l'on aurait vainement cherché ce matin sur son visage rayonnant la moindre trace du malaise dont il fut victime le mois dernier. Du reste, c'est avec son génie coutumier que Sa Majesté a ouvert le sillon de la rentrée politique…

Dès aujourd'hui, il a reçu au palais l'ensemble des barons de la banque franchoise, pour le désormais traditionnel goûter de remontrances instauré au début de son règne. C'est autour d'un thé au champagne frappé, accompagné de chaussons au caviar croustillants, que l'empereur rappela aux barons, ainsi que le veut la coutume, qu'ils doivent faire preuve de la plus grande pudeur en matière de rémunérations différées. Il convient, a-t-il notamment rappelé avec son didactisme habituel, de savoir adapter la tenue à chaque situation. Ainsi le Bien-Aimé a notamment recouru à la parabole:
«si j'ai un gros bonus qui me vient entre les jambes, est-ce que je sors en string? Non, bien sûr! Ça ferait jaser, alors je mets un kangourou… Eh bien, c'est comme ça qu'il faut faire»

Le Premier Sapir mange-couleuvre, en charge du tout dans le rien, qui participait au goûter, a donné plus de force encore à l'impérial propos en déclarant que lui même ne portait plus que des kangourous depuis sa nomination.

On me pardonnera de saisir ici l'occasion que m'offre l'évocation du Premier Sapir, pour publier un démenti énergique. En effet, une rumeur malveillante prétend que Le Journal, et donc votre serviteur, le journaliste, aurait livré à ses lecteurs une information mensongère. Nous aurions fait croire à la présence du Premier Sapir dans la capitale, à l'occasion d'une réunion de travail entre les barons de la banque et Mme le Sapir de la cassette impériale, alors que le Premier Sapir se prélassait en réalité en Italie.
Il est exact que ce dernier était absent, mais c'est bien lui qui avait ordonné la rencontre, afin que fût choisi d'un commun accord entre l'état et la banque, le cru de champagne et son millésime, destiné au goûter de remontrances. En effet, il était revenu aux oreilles de l'empereur, que lors du précédent goûter au palais, certains barons n'avaient pas apprécié la marque retenue et avaient laissé du thé dans leur tasse. On nous concédera, je pense, que la volonté de rechercher un large consensus gustatif avant la rencontre impériale, primait sur la présence ou non dans la capitale de son auteur. D'ailleurs, Télé-Nicolas fit bien pire en affirmant que le Premier Sapir assistait en personne à la réunion de travail, ce dont Le Journal s'est abstenu.
Vive l'empereur!
Le journaliste.

P-S petite pub personnelle, je rappelle aux lecteurs que les précédentes aventures de Nicolas 1er sont directement accessibles via la perle qui figure en marge du blog, cela grâce au génial Pearltrees
D'autre part, Circé nous propose un joli billet sur le départ d'Orléans de Fansolo, évoqué également par Eric Citoyen

16 commentaires:

jean a dit…

le journaliste est un branleur..comme l'empereur

Eric citoyen a dit…

Le journaliste sera pendu..comme lenainpreur

Eric citoyen a dit…

Bô billet de CIRCE en effet ... c'est la magie.

Monsieur Poireau a dit…

J'interromps ma lecture pour souligner :
«Dès aujourd'hui, il a reçu au palais l'ensemble des barons de la banque franchoise, pour le désormais traditionnel goûter de remontrances instauré au début de son règne. C'est autour d'un thé au champagne frappé, accompagné de chaussons au caviar croustillants, que l'empereur rappela aux barons, ainsi que le veut la coutume, qu'ils doivent faire preuve de la plus grande pudeur en matière de rémunérations différées.»

C'est trop bon, je suis mort de rire tellement c'est juste !
:-)))

[Je reprends…].

Monsieur Poireau a dit…

Le premier Sapir ne joue même plus son rôle de cruche ou de plante verte ! C'est un scandale qui fera du bruit dans le monde de la décoration [et des jardin !].
:-)))

[Sérieusement, j'ai peu entendu les médias mais le mot du jour répété a l'envi par les journalistes perroquets comme par les ministres potres-voix et les députés godillots de l'UMP, c'était détermination : Sarkozy est déterminé !!!
Qu'il fasse gaffe à son cœur quand même è].

:-))

Mlle ciguë a dit…

J'ai récupérer mon ordi hier soir -après plus d'un mois de réparation-, je recommence seulement à l'avoir en main, réinstaller mes gadjets et autres quand l'Homme me lit un passage du "Le Journal"... Je n'ai pas résisté, j'ai lu l'entiereté !
C'est un délice à chaque fois ! :-)

Le coucou a dit…

Jean,
si tu le dis…

Eric,
ben, voyons!
Pour Circe, je suis content que nous soyons du même avis.
(Tiens, j'ai découvert après coup ton propre billet à propos de Fansolo, via PMA, je vais le rajouter.)

M. Poireau,
Merci!
Déterminé, oui, oui! Déterminé à trépigner à la ville et à se bidonner au salon sans doute… S'il voulait réellement agir, le remède est tout simple: l'impôt sur le revenu à 90%. Pas besoin de loi spéciale, le vote du budget au parlement suffirait.

Mlle ciguë,
bonne nouvelle alors, tu vas te remettre au blog! Coïncidence: ton dernier billet parlait du malaise de N.Sarkozy… :-)))

Fabien a dit…

Notre bon mètre a aussi, en moins de dix minutes, modifié un pan de l'histoire de France :

http://menilmontant.numeriblog.fr/mon_weblog/2009/08/la-captation-dheritage-de-sarkozy.html

et transformé la Résistance en soumission…

Nicolas a dit…

Vive Pearltrees, vive premier.

hypos a dit…

@Monsieur Poireau
"Le Premier Sapir mange-couleuvre, en charge du tout dans le rien", c'est très rigolo aussi :)
Merci le coucou de nous faire rire (et c'est pourtant pas gagné !)

Mlle ciguë a dit…

Je compte bien y revenir certes, mais à petits pas...
(K'ès tu crois, moi ôssi je sais parler politique ! ;-)

Le coucou a dit…

Fabien,
je vais vite mesurer ça!

Nicolas,
vive vous… Dommage qu'il faille l'ubiquité d'un jeune internaute tombé dans la marmite à la naissance pour arriver à utiliser tous les outils du web quotidiennement!

Hypos,
on se surprend à rire même aux enterrements, alors… Je suis ravi de ton passage.

Mlle ciguë,
je n'en doute pas! Alors à bientôt! :-)

babelouest a dit…

Je suis inquiet : aucun de nos illustres morts pour la liberté ne s'est levé de sa tombe pour souffleter l'empereur (çui qui souffle comme un phoque, puis s'abat comme un chêne vermoulu).

Va p'têt' falloir que les vivants s'y mettent !

Le coucou a dit…

Babelouest,
c'est tard, je débarque… Laissons-les dormir, et garde la main dans ta poche, c'est mieux! :-)

Epamin' a dit…

Toujours le point précis, la phrase subtilement découpée, le tombé parfait, la perle au bon endroit: un vrai maître-couturier, notre coucou et il sait tailler de savoureux costumes...

Le coucou a dit…

Epamin,
merci, j'espère que les vacances ont été bonnes!