mardi 30 novembre 2010

Portez donc un sonotone® !

On reproche à Segolène Royal d'avoir annoncé sa candidature alors qu'elle avait déclaré sur France 5, je ne sais quand, qu'elle ne ferait «pas d'annonce intempestive avant» d'en avoir parlé à Martine Aubry. C'est le genre de reproche qui me fiche en pétard, parce qu'il est révélateur d'un esprit partisan grossier. Il suffisait d'écouter les propos de Ségolène Royal sur France Inter, ou leur transcription dans la presse pour savoir qu'elle avait dit : «Non seulement je l'ai consultée, mais j'ai consulté aussi Dominique Strauss-Kahn lorsque je l'ai vu le jeudi 18 novembre. Ça n'est pas une décision par surprise.»

J'ignore si les grincements à ce sujet, au sein du PS et chez ses sympathisants, viennent plutôt de tel ou tel camp, mais ils existent, en dépit de déclarations lénifiantes visant surtout à désamorcer l'impact de la déclaration de S. Royal. L'agacement est manifeste chez certains comme J. Lang, qui juge consternant que le PS soit «la proie d'ambitions purement personnelles» —venant de ce sac d'ambitions purement personnelles, il y a de quoi rire. Il doit être aussi à son comble mine de rien, chez les strauss-kahniens, encartés au PS comme simples admirateurs…

Les partisans de DSK, devraient pourtant cesser de déformer les propos de Royal s'ils espèrent que l'on essaiera éventuellement de soutenir un jour leur poulain. Ceci dans le cas où il condescendrait à se porter candidat aux primaires, à condition que le bon peuple de gauche se traîne à ses genoux en le suppliant —et où il gagnerait la partie. L'hypothèse est crédible puisque le bonhomme plaît aux libéraux et à la finance qui louent son intelligence, ce qui peut conduire n'importe quel simplet à se sentir grandi de faire un tel choix.

De toutes façons, Arnaud Montebourg avait ouvert le jeu en se déclarant candidat le premier, et si Hollande ou d'autres ne l'ont pas encore fait officiellement, leurs exercices d'échauffement occupent déjà les médias. Mme Royal prend sans doute le risque de s'exposer un peu tôt aux attaques des sarkozystes, mais elle évite du moins le piège de la marginalisation où l'on essayait de l'enfermer, au PS. Elle existera désormais davantage comme candidate à la candidature de poids, ce qui ne devrait pas tarder à faire enfin bouger les choses dans son parti.

Il devient urgent d'entendre davantage les leaders du PS sur ce qu'ils feraient une fois au pouvoir dans quelques domaines essentiels. Ainsi en est-il notamment de tout l'édifice social hérité du Conseil National de la Résistance, retraite, assurance chômage, sécurité sociale, que Nicolas Sarkozy veut mettre en pièces (si vous êtes abonné à Mediapart, il faut lire notamment un article de Laurent Mauduit à ce sujet, édifiant). DSK ne pourra pas faire l'économie de s'exprimer là-dessus s'il veut nos suffrages, et à priori, je fais davantage confiance à Ségolène Royal pour défendre ces acquis.

P-S : Rimbus a pris le maquis… Un Clin d'œil attend les amateurs de bal musette chez Christophe…

11 commentaires:

dedalus a dit…

Bah ça, je me contente de souligner l'existence béante du hiatus entre des partisans de Ségo qui nous présentent DSK en suppôt du grand capital et des "banksters", d'une part, et de l'autre une Ségolène qui fait du même DSK le meilleur premier ministre pour la France si elle venait à être élue (je sais, c'est de la politique fiction mais quand même), je me contente donc de taquiner le ségoliste là où ça le chatouille le plus et voilà donc pas que je me découvre ici estampillé "partisan de DSK" !

Bah ça ! disais-je. Moi qui n'ai eu de cesse que de vouloir que ce bon vieux PS penche vers sa gauche et une certaine modernité (l'écologie politique), pointant à chaque occasion que DSK, Delanoë, Hollande ou Royal c'était du pareil au même sur le fond, la même social-démocratie toute vieillotte et ramollie.

Ségolène vient de me donner raison. Voilà tout. D'ailleurs, pour le reste, je suis d'accord à peu près sur tout ce qui est écrit dans ce billet.

Non mais !

:-p

Gildan a dit…

Puisqu'il y a une précision importante dans ce billet : "...Si vous êtes abonné à M...", je fais un lien !
:^)

Le coucou a dit…

Dedalus, eh ! mais que serait le monde sans contradictions ? Une marais gigantesque, l'humanité la plus chiante de l'univers que pas une seule soucoupe volante ne prendrait la peine de visiter ! C'est vrai que l'idée d'un assemblage Segolène - DSK me fait tousser (quoique je vois bien ce qu'il y a de droitière chez elle, sans la résumer à ce travers).
Ne pas confondre lien et estampille : j'ai lu ton billet après avoir fait le brouillon du mien… Où donc caser cet éreintement de ma favorite, qui méritait tout de même le détour (j'aime bien conseiller aussi des avis opposés) ? Le premier paragraphe était déjà chargé…
Il y a chez Ségolène quelque chose qui la distingue des autres candidats et qui me séduit par dessus tout: la démocratie participative. Ce n'est pas encore ce dont je rêve, mais comme elle est la seule à en parler, je la soutiendrai encore…

Bonne soirée ! ;-)

Le coucou a dit…

Gildan, je n'avais plus le temps de chercher un équivalent à cet article en accès libre… Et je voulais avertir que c'était payant…

Gildan a dit…

@u coucou
Je sais bien, je sais bien !
:)

le-gout-des-autres a dit…

J'ai lu l'article de Mediapart.
Et si je ne suis pas surpris (c'était dans l'air depuis la sortie de Denis Kessler il y a deux ou trois ans sur le démantèlement du programme du CNR) je suis effrayé de voir dans quel silence, qui vaut quasiment acceptation de la part de l'opposition et des media, se déroule la mise à mort de la protection sociale française.
Bientôt la CAF, la Sécu, la CNAV, la vraie Mutualité auront disparu.
Ne resteront que des compagnies d'assurance privées préoccupées d'abord de leurs bénéfices demandant aux "assurés" de n'encourir aucun risque.
Des hôpitaux et des cliniques qui ne soigneront que ceux qui peuvent faire un chèque en sortant, et gros s'il vous plaît.
Des assurés qui ne sront assurés qu'à deux conditions: Avoir payé de lourdes cotisations et n'être pas malade.
Bref, nous aurons rejoint nombre de ces états qui seront passés de la barbarie à la décadence sans passer par la civilisation.
Et m... , tiens, je vais écrire une note là-dessus.

Epamin' a dit…

L'an dernier, à cette époque, on devait choisir entre se faire vacciner ou pas contre la grippe H1N1...
Cette année, pourrait-on proposer un vaccin contre la manipulation d'esprit, la partialité, le prosélytisme, la bêtise humaine, les abus des médias, les émissions stupides... ?
Je n'apprécie aucun personnage politique actuel mais les médias ne font vraiment rien pour qu'on puisse les apprécier...

Ces temps-ci, bien qu'étant d'un tempérament vraiment optimiste, j'avoue que certains évènements publics et professionnels commencent à grignoter ma bonne humeur... Qu'on se le dise!

Le coucou a dit…

Le-goût-des-autres,
je suis d'accord avec chacune de tes phrases, effaré que je suis par l'indifférence qui accompagne cette entreprise de destruction. Il y a pourtant là des motifs légitimes de foutre en l'air la classe politique entière pour sa malfaisance !

Epamin',
à la maison, nous sommes vaccinés à la foi contre les grippes (il faut) et contre la plupart des souches de manipulation, du moins je l'espère.
Où allons-nous si tu commences à t'énerver !

Epamin' a dit…

Hihihi! Ce que tu es drôle, mon ami coucou!

Monsieur Poireau a dit…

Comme je disais chez Nicolas, je suis dans un état assez grave : je pense qu'aucun candidat du PS n'a le moindre intérêt. Je ne crois plus que les urnes puissent changer quoique ce soit. La branche est pourrie, il va falloir couper…
:-)

Le coucou a dit…

Epamin' ah ? :-)

M. Poireau,
j'ai deux façons de voir, contradictoires: la politique, les politiques chez nous, sont à mettre au pas de la démocratie…
En attendant ce jour lointain, je fais avec ce qui se présente…