mardi 22 septembre 2009

Anti-sarkozysme primaire…

Si j'en crois Mathieu, ses lecteurs n'aiment pas l'anti-sarkozysme primaire… Pour ma part, je dois confesser que c'est un travers dans lequel je tombe volontiers, peu de personnages politiques m'offrent autant que le président, la possibilité de manifester la forte réprobation qu'ils m'inspirent, sans que je m'ennuie.
Et puis, cette expression «anti-sarkozysme primaire» est-elle autant chargée de honte qu'il y paraît? Elle est directement inspirée de «l'anti-communisme primaire» qui fut du dernier chic, tant populaire qu'intellectuel, dans l'après-guerre et au-delà, grosso-modo jusqu'à la chute du mur de Berlin. Les communistes, leurs compagnons de route, et toute une galaxie de leurs simples sympathisants, en stigmatisaient quiconque s'opposait à eux avec entêtement, ou dénonçait le régime soviétique de l'URSS. On sait largement aujourd'hui que ces opposants, pour la plupart, n'avaient pas tort, même si tout n'était pas à rejeter, loin de là, dans l'idéal communiste. C'est pourquoi je pense ne pas avoir à rougir de mon anti-sarcosysme primaire, d'autant qu'il me vaut de bons moments d'amusement.

Comment rester insensible au fait que nous avons en Nicolas Sarkozy un homme venu frapper à notre porte, et qui, une fois reçu dans la maison républicaine dont il a désormais les clefs en poche, s'y vautre partout à son aise? Comment ne pas voir les deux caractéristiques principales de son action: se servir, lui et ses amis, et régler ses comptes ensuite.
Pour le premier de ces reproches, parmi de nombreux exemples, je me bornerai à évoquer la suppression de la publicité dans l'audiovisuel public, mis simultanément à la diète. À qui cela profite-t-il, sinon à ses amis intimes du privé? Ceci a déjà été suffisamment dit par d'autres pour qu'il vaille la peine d'insister…
Sur le second reproche, il suffirait d'évoquer la hargne impudique avec laquelle il poursuit son rival d'hier, Dominique de Villepin, allant jusqu'à peser de son poids présidentiel dans le procès intenté à ce dernier. Peut-être a-t-il de bonnes raisons de vouloir abattre l'ancien Premier ministre? C'est possible, tout comme il serait possible que son propre rôle soit moins net qu'il n'y paraît, tant cette affaire Clearstream est glauque. Par contre, une chose est certaine, c'est que l'attitude de Nicolas Sarkozy contre D. de Villepin, s'apparente davantage à la vendetta qu'à la quête de justice.
D'où vient qu'avec ce président, la vie publique semble désormais se dérouler chez nous comme dans un film policier?

De la même manière, il n'est pas absurde de se demander si la décision de supprimer l'institution du Défenseur des enfants, ne cache pas un désir de revanche. Deux femmes, titulaires successives de cette fonction, ont à diverses reprises contrarié la politique du gouvernement dans l'expulsion des sans papiers. Quelle meilleure sanction imaginer que la suppression pure et simple de l'institution, alors même que l'actuelle titulaire est à peine parvenue à la moitié de son mandat?

P-S. Un billet à lire sur la grippe A chez Dr No, qui sait de quoi il parle… Et pour sa rentrée de blog, Martine nous propose de découvrir deux romans…

20 commentaires:

Marc a dit…

Ouais d'accord, mais après ??? Parce que jusqu'à maintenant, l'anti-sarkozisme primaire c'est pas très payant côté élections... et à ce rythme, c'est déjà mort pour 2012.

babelouest a dit…

Pour passer au secondaire, pourquoi ne pas se payer un bon tohu-bohu hercynien ? Façon d'éliminer quelques trilobites, quelques requins, etc...

Jusqu'à présent, on a vu les "à pied", instits, facteurs, employés de ceci ou cela ; on a vu les fourches à fumier, les cuves à lisier, celles à lait.... quand les goudronneuses de l'Equipement viendront arroser les plates-bandes des préfets, on va rire !

Le coucou a dit…

Marc,
après, je ne sais pas… Je ne suis pas Jeanne d'Arc, et je ne prétends pas sauver la France en boutant N. Sarkozy hors de l'Élysée à moi seul. J'espère simplement que le PS retrouvera sa raison au plus vite… J'exprime une opinion, des humeurs, pas grand chose de plus.

Babelouest,
l'Equipement s'occupant des préfectures, ce serait amusant… Mais plutôt étonnant. On verra peut-être avant ça les blogueurs déverser virtuellement leurs billets sur la pelouse de l'Élysée.

marsupilamima a dit…

bah de toutes façons, y a pas d'antisarkozysme secondaire
et un grand merci pour la citation!

Aliciabx a dit…

Personnellement, je fais de l'anti-sarkozysme primaire et sans vergogne.
Trop de valeurs sont foulées dans ce pays. Je ne peux donc pas applaudir.
Si une loi est bonne, je le dis mais je ne le dis pas souvent, il y en a trop peu.
Et il y a trop de lois, tellement que les députés ne savent plus ce qu'ils votent.

David75 a dit…

L'anti sarkozyste primaire n'existe pas, c'est un point de vue de journalistes et bien entendu de la majorité.

La majorité quand elle était dans l'opposition se comportait exactement de la même manière, elle pratiquait de l'anti Mitterrand ou Jospin primaire.

En réalité tout cela est normal, dans l'opposition on s'oppose quasiment de manière systématique.

Le problème c'est que c'est le bordel à gauche "des oppositions des gauches" n'est pas audible et divisée donc facilement manipulable, et pour preuve elles se mangent le nez depuis 2002. Elles se détruisent elles mêmes.

Homer a dit…

Le syndrome Sarkozy, devrait-on l'appeler, touche la population qui ne suit pas ou ne comprend pas la politique. Même si les réflexions intellectuelles lues sur les blogs rassurent sur le niveau de certains, ceux qui votent ont-ils une alternative, et votent-ils pour de bonnes raisons?
Oui, Sarko est un profiteur, il abuse de sa position pour ses amis, pour lui-même, détruit sans reconstruire et laissera un pays en ruine à son successeur. Qu'importe: il en aura profité.
Mais à l'aube de 2012, l'opposition n'a encore rien à offrir, rien de concret. Aucun homme ou femme fort(e) qui pourrait plaire à la population qui "vote dans le vide". Car ce sont eux qui font basculer une élection de 49 à 51%...

Le coucou a dit…

Martine,
c'est un plaisir…

Aliciabx,
à président primaire, l'opposition qu'il mérite…
Les députés passent leur temps à voter des lois,
c'est leur rôle…, mais avec Sarkozy, cela se fait à une cadence anormale, dans la précipitation, pour obtenir des textes non seulement choquants, mais mal foutus et souvent inapplicables.

David,
bien sûr, toute opposition a toujours harcelé le pouvoir en place sans faire dans la dentelle. Je crois cependant que N. Sarkozy aura suscité les moqueries et l'hostilité, plus qu'aucun autre président. Il est le premier à devoir compter avec internet, il faut dire…

Homer
tu as raison, et ce ne sont pas les blogs qui pourront entraîner la chute électorale de N Sarkozy. Y contribuer, oui, dans le meilleur
des cas. Mais pour le chasser vraiment du pouvoir, il n'y a qu'un PS fort et cohérent, au sein d'une opposition crédible dans son ensemble qui peuvent y parvenir.

le-gout-des-autres a dit…

Ote-moi d'un doute, le-coucou: Tu ne serais pas en train de soupçonner Nicoléon d'user de sa position pour assouvir des vengeances personnelles ou punir les coupables de petites vexations ?
On n'ose, vue la grandeur du personnage, penser une chose pareille !
Cela dit, il y eut des hommes d'état petits.
Le nôtre n'est pas petit: Il est bas...

Nicolas a dit…

Moi, je m'en fous, je suis antisarkozyste secondaire.

BA a dit…

http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/09/23/accidents-du-travail-le-gouvernement-et-la-majorite-envisagent-de-taxer-les-indemnites-journalieres_1243970_3224.html#xtor=RSS-3208

Conclusion : les salariés qui sont victimes d’accidents du travail sont des salauds de privilégiés.

Les salariés qui sont victimes d’accidents du travail touchaient des indemnités journalières, et ils ne payaient pas d’impôts sur ces indemnités ? Ah, les salopards !

Heureusement, Jean-François Copé et Eric Woerth vont supprimer les avantages de ces privilégiés !

Jean-François Copé et Eric Woerth savent frapper les vrais privilégiés !

Le coucou a dit…

Le-gout-des-autes,
tu n'avais pas le même soupçon? Je crois que NS n'a jamais digéré la superbe et le mépris de DdV à son égard… Ceci dit, c'est assez désespérant qu'il faille s'émouvoir d'un combat de fauves…

Nicolas,
s'il y a une couche tertiaire, je suis des trois…

BA
encore un bon pas vers la justice sociale, nous irons loin, tu verras!

BA a dit…

Le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer s'est déclaré mercredi "mal à l'aise" face au projet de l'UMP, son parti, de fiscaliser dès 2010 les indemnités journalières versées par la Sécurité sociale aux salariés victimes d'accidents du travail.
"Je suis mal à l'aise avec cette proposition et je serai plus à l'aise quand il y aura eu une concertation avec les partenaires sociaux et un débat à l'Assemblée nationale", a-t-il déclaré sur LCI.

"Un accident du travail, c'est un cadre particulier, une dimension spéciale de notre protection sociale des salariés au travail", a fait valoir M. Accoyer.

http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jnT9XasEzRqF2Ubmzghf2oc_t1Sg

le-gout-des-autres a dit…

BA: Tu ne crois pas que Mr Accoyer s'est aperçu que le même traitement lui pendait au nez ?
Comme aux députés, aux sénateurs, au conseillers, etc...

Le coucou a dit…

BA,
comme Sarkozy a confirmé la mesure aussitôt ou presque, on peut penser que c'était parfaitement orchestré, l'annonce de JF Copé ayant simplement préparé les esprit…

Le coucou a dit…

le-gout-des-autres,
tu veux dire que les revenus des élus ne sont pas taxés? Tu m'étonnes…

pazmany a dit…

Je veux bien qu'on arrête de faire de l'anti sarkozysme mais que la gauche arrête aussi de s'auto-flagellée. Mais la meilleure manière de critiquer le gouvernement c'est de proposer une politique alternative.

Le coucou a dit…

Pasmany,
il faut les deux: propositions fortes et opposition franche!

romain blachier a dit…

beau billet! i linke

Le coucou a dit…

Romain, merci! :-))