lundi 14 septembre 2009

Brice Hortefeux doit-il démissionner?


L'affaire Brice Hortefeux va-t-elle retomber comme un soufflé raté que l'on flanque à la poubelle, internet en l'occurrence, avant de refermer soigneusement le couvercle? C'est possible, après que soient montés au combat les meilleurs conseillers du monarque, dont les paroles pèsent davantage que celles du Premier ministre lui-même. C. Guéant comme H. Guaino ont en effet défendu avec virulence l'honneur du Ministre de l'intérieur, accablant internet et les internautes, par qui le scandale serait arrivé, de leur mépris. Pour parfaire l'opération de réhabilitation du ministre, le Président de la Licra en personne est intervenu pour délivrer un brevet d'honnête homme à M. Hortefeux. La voix de la ligue contre le racisme et l'antisémitisme, donnant son avis dans cette histoire, c'est tout de même quelque chose! Sauf que son président, Patrick Gaubert, ancien membre du cabinet de Charles Pasqua, ancien euro-député UMP, peut être légitiment suspecté de complaisance à l'égard d'une personnalité appartenant à sa famille politique.
Sur le fond de l'histoire, on peut certes laver Brice Hortefeux de tout soupçon de mauvaise intention à l'égard son jeune interlocuteur (et d'ailleurs admirateur) arabe. Les paroles prononcées n'en exprimaient pas moins une sorte de soupçon méprisant envers la population arabe de notre pays. Un quelconque Tartampion, fut-il ministre, a parfaitement le droit de penser et dire cela dans l'intimité. Mais on ne parle plus d'intimité dans le cadre d'une réunion de militants politiques, en présence de caméras officielles… Et c'est là que l'on est fondé à rappeler les propos tenus par M. Hortefeux au mois d'Août, à la suite du dérapage verbal du Préfet Paul Girot de Langlade: «Je ne tolérerai jamais que des propos racistes ou discriminants soient tenus dans notre pays par un représentant de l'Etat
M. de Langlade est aujourd'hui suspendu, et l'on apprenait récemment qu'il sera prochainement mis à la retraite anticipée, sans prime… Ce qui est valable pour un préfet ne le serait pas pour un ministre, sous prétexte qu'il est un proche du Président de la république?
En 1981, Alain Bombard fut Secrétaire d'état auprès du ministre de l'Environnement du gouvernement Mauroy entre le 22 mai et le 23 juin de la même année. Un passage en étoile filante… Alain Bombard (pour qui j'avais énormément d'estime), avait commis la faute de songer à interdire la chasse à courre, et de le faire savoir. Les jaquettes rouges eurent sa peau de ministre en un rien de temps… Il serait temps d'avoir de la mémoire et de se souvenir que la vie politique est une lutte où l'on ne fait pas de cadeau.
source image

P-S. Sur PMA, vous trouverez une Perle qui rassemble les principaux articles sur l'affaire Hortefeux… À lire et à voir sur Le jour et la nuit, l'histoire d'Ali Ziri.

43 commentaires:

jeandelaxr a dit…

Coucou le Coucou !

POISON-SOCIAL a dit…

J'aimais bien Bombard, quand j'étais gamin.
Sûr que la mer a été moins dure avec lui que les chasseurs à courre.
:)

mtislav a dit…

(la taille des caractères est pratiquement idéale)

A la question posée, je réponds oui. Lui, doit savoir pourquoi (je viens de visionner la vidéo sur Le Jour et la Nuit que tu mets en lien, rien que pour ça...)

Le coucou a dit…

Jean,
cui cui! :-))
Poison,
son "Naufragé volontaire" m'avait fait rêver alors que j'étais gamin, moi aussi. Puis j'ai eu la chance de le rencontrer plus tard, avant qu'il se lance dans la politique.
Mtislav,
(merci du renseignement)
Il me semble que sa démission s'impose (ou plutôt qu'elle devrait lui être imposée)

HERMES a dit…

J'avais totalement oublié ce qui est dit dans le dernier paragraphe! Une piqure de rappel est toujours bienvenue... sutout en ces temps de peste foudroyante en pays franchois!

BA a dit…

Quoi qu'il arrive, ce scandale a bien failli être étouffé par la chaîne de télévision PUBLIC SENAT.

Un membre anonyme de PUBLIC SENAT a transmis la vidéo au site LE MONDE.FR qui l'a aussitôt mis en ligne.

Ce scandale marque une étape dans la lutte contre la censure et contre l'auto-censure des médias traditionnels.

Pour lutter contre la censure et contre l'auto-censure, aujourd'hui, il n'y a qu'internet.

babelouest a dit…

Bieb sûr, BA, c'est bien pourquoi les politicailleux l'accablent de tous les maux : avec les moyens limités des internautes, ce réseau porte atteinte à leur autorité. Celle-ci ne saurait être qu'absolue et omniprésente.

Internet, çà fait désordre !

Accentuons le désordre ! Le simple fait de révéler les hauts faits de ces messieurs-dames est déjà pour eux une défaite. Alors, réclamer une démission, quelle horreur chère duchesse ! Comment ce peuple qu'on veut servile peut-il se permettre de telles goujateries à notre égard ? Fi, nous les ferons bastonner par nos gens..... après que ceux-ci eussent posé leurs livrées afin de ne point les souiller !

A la Lanterne, les acteurs du N.O.M.

Le coucou a dit…

Hermes,
eh oui, on oublie ce genre de choses, d'autant plus que, si ma mémoire est bonne, l'affaire fut réglée en peu de temps et que les soutiens manquèrent à Bombard. À cette époque là, internet était dans l'œuf…

BA,
il y a internet, c'est un fait, mais comme cela me paraît fragile, devant l'hostilité grandissante des politiques (et pas seulement à droite)!

Babelouest,
nous sommes d'accord, et je te fait à peu près la même réponse que pour BA, à ceci près que je crois qu'il est important, pour justifier pleinement l'indépendance d'internet, de ne rien taire, certes, mais de ne pas dire n'importe quoi…

b.mode a dit…

Le MRAP quant à lui va porter plainte pour "diffamation à caractère raciste". Voyons comment la justice va s'arranger pour tirer Brice de Clermont de ce mauvais pas...
http://www.lexpress.fr/actualites/2/le-mrap-porte-plainte-contre-brice-hortefeux-accuse-de-racisme_786769.html

Homer a dit…

Ils auront beau essayer d'étouffer le truc (surtout ce jour avec toutes les lois qui s'entassent et qui n'attendent que de passer), il ne faut pas jeter ces propos dans les oubliettes: quand on est homme d'Etat, on fait gaffe à ce qu'on dit.
Certains le paient cher. A son tour. Qu'il n'y ait pas deux poids, deux mesures.

le-gout-des-autres a dit…

Vu mon âge canonique, je ne suis pas autrement surpris du sort réservé à la bévue de Mr Hortefeux.
Ce n'est pas la première fois que ce sont ceux qui dénoncent le scandale qui sont jetés aux chiens.
"Malheur à celui par qui le scandale arrive" est manifestement compris de travers par tous les puissants...

BA a dit…

- La censure et l'auto-censure sont monnaie courante dans les médias traditionnels.

- Quand quelqu'un travaillant dans les médias traditionnels veut contourner la censure, il fait passer l'information censurée sur internet (en l'occurence, LE MONDE.FR)

- Internet est le dernier média existant qui échappe à la censure.

- Nous allons donc assister à une offensive généralisée de l'UMP pour contrôler internet (c'est-à-dire : pour soumettre internet à la censure).

- Les discours de Jean-François Copé, Henri Guaino, Patrick Devedjian, Eric Besson, etc. sont la preuve que la tentative de reprise en main d'internet est LA bataille que nous allons devoir livrer.

babelouest a dit…

Comme le rappelle BA, Internet est NOTRE bataille. Dernier exemple en date : le site de la ligue ODEBI, opposée à la loi HADOPI, est comme par hasard bloqué par un déni de service distribué, justement le jour du nouveau vote de la loi. Lu sur ZDNet ce matin.

Stef a dit…

Exact, la vie politique ne fait pas de cadeau, mais même si ce n'est qu'une plaisanterie au départ, elle est délivrée par l'ancien ministre du record de reconduite à la frontière, ce qui est tout un symbole... Je n'ai pas envie de débattre à nouveau de préference nationale à cause de ces gens là... On peut dire et ceci avec de moins en moins de soupçon, que certains au gouvernement sont raciste !
C'est pourquoi il doit démissionner.

Eric citoyen a dit…

NON ! c'est sarkozy qui doit démissionner !

C'est le vrai responsable.

Bésitos

Suzanne a dit…

Avez-vous demandé à Georges Frêche et à Manuel Valls de démissionner de leur fonction ?

Didier Goux a dit…

Suzanne, arrêtez de faire du mauvais esprit ! D'abord, qui vous a autorisée à débouler, comme ça, en plein Conseil de la Résistance, hmm ?

POISON-SOCIAL a dit…

Qu'ils sont drôles, ces deux là, toujours en bande.

Suzanne a dit…

Poison social : et à nous deux, on ne peut même pas être une bande de cons, au vrai sens du terme.

J'aime bien le Coucou, il est poli, attentif, et je suis souvent d'accord avec ses interventions.

Qui, parmi ceux qui demandent la démission de Hortefeux, s'est indigné des propos de Valls et Frêche ?
Soit on trouve que les élus, les responsables, les ministres ne doivent jamais faire de déclarations racistes, même sous forme de blague, soit on saute sur l'occasion pour virer les larrons qui nous gênent, et seulement ceux là.
Pourfendre le racisme, ok, mais si c'est avec une épée rétractile...

Ferocias a dit…

Le scandale a eu lieu dans la blogosphère mais les gens regardent TF1.
(tiens je mets déjà au passé?)

Raphaël Zacharie de Izarra a dit…

MEDIAS DE L'INSIGNIFIANCE

L'affaire Brice Hortefeux qui agite actuellement les cervelles ramollies de "l'abrutiblique française" est révélatrice de l'extrême nullité de nos journalistes à la botte des Dupont de la pensée (ceux qui vont acheter la lessive vantée dans les encarts publicitaires de leurs journaux prétendument d'information).

Un non-événement (une simple blague entre amis dans la sphère dirigeante) fait la une de toutes les rédactions de ce pays peuplé d'eunuques mentaux pleins de frilosité humoristique, gavés de vérités escargotiques...

Et risque même de se terminer au tribunal correctionnel !

Dans cette France de poltrons endormis par la soupe aux navets journalistiques, ce pays d'avachis du ciboulot, cette terre de tradition gauloise aseptisée par l'air du temps où les citoyens dévirilisés, sans cesse flattés, infantilisés par la féminisation généralisée des esprits sont devenus de minables procéduriers, nos hommes politiques ne peuvent même plus plaisanter entre amis sans que des vendeurs de pseudos-scandales relayent "l'information" et que de tristes théoriciens de la loi ne prennent ombrage du sens de l'humour de ces "criminels" !

Qu'elle est loin la France grasseyante, provinciale, saine, bon enfant et pleine de virilité de de Gaule quand ce dernier se permettait de dire que les français étaient des veaux sans que cela ne provoque de grands tremblements de plumes dans les rédactions de presse !

De nos jours les médias -qui sont surtout des faiseurs de fric- ont besoin de toujours plus de pigeons obèses et castrés de l'esprit pour picorer leurs grains insipides qu'ils servent pour accompagner les publicités de poudres à laver le linge.

Raphaël Zacharie de IZARRA

babelouest a dit…

@ Raphaël Zacharie de Izarra
Quand un ministre d'Etat fait un commentaire devant des télévisions officielles, telles que Public Sénat, une telle boutade n'est PAS un non-évènement.

Il aura fallu que le petit peuple d'Internet, celui qui veut être démocrate, s'émeuve, pour que ladite chaîne d'informations condescende à diffuser cet épisode. Cela n'a rien d'un bourrage de crânes médiatique, bien au contraire.

Pour nombres d'internautes, l'Etat français joue dangereusement avec la légalité, avec la constitutionnalité, avec la légitimité. Ceux qui décident sont-ils des criminels ? C'est à une Justice impartiale, au-dessus des mêlées, de nous le dire. A tout le moins, des questions se posent. Veuillez en tenir compte.

Suzanne a dit…

Bon, il n'y a aucun blogueur antiraciste qui me répondra : "moi, je ne regarde pas si le type qui fait des blagues racistes est de gauche ou de droite, quand un député de gauche traite des gens de sous-hommes ou ne veut pas trop de noirs ou d'arabes sur la photo, ça m'indigne tout autant, d'ailleurs je l'ai écrit dans mon blog ici et là..."

Personne ?

choule[bnkr] a dit…

sauf que 99% des gaulois sont d'accord avec ce qu'a dit Hortefeux. Il peut donc dormir tranquille.

babelouest a dit…

@ Suzanne
Dazibaoueb s'est profondément ému des paroles d'un certain Valls, qui s'obstine à se prendre pour un homme de gauche. Ce n'est qu'un exemple. C'est à ses productions qu'on reconnaît l'homme, non à ses grandes phrases sous-tendant l'appartenance à une problématique famille politique.

Le racisme, les racismes sont ce qu'ils sont, personne ne peut se dire exempté d'en tenir compte. N'oublions pas que l'un des racismes les plus ordinaires qui soient s'appelle le machisme : il ne manque pas d'adeptes, merci !

Suzanne a dit…

Ok, Babeloued (je ne connaissais pas Dazibaoueb), mais à ceux qui interviennent sur ce blog et qui réclament la démission, personne ne demande aussi la démission des socialistes tout aussi racistes ? Ils ne sont pas ministres, évidemment, mais ils ont été élus, et vous voteriez encore pour eux, alors ?

mtislav a dit…

En ce qui me concerne, j'aurais du mal.

Le coucou a dit…

B.mode,
l'affaire n'est peut-être pas terminée, en effet, mais sans la volonté d'en découdre des chefs de file de l'opposition, le flop ! est presque assuré.

Le-gout-des-autres,
hem…, je suis du même avis, sans oublier que la formule de" l'honneur jeté aux chiens" sortait de la bouche de F. Mitterrand et visait la presse.

BA,
il faut s'attendre à une sérieuse prise en main d'internet avant 2012, mais il reste à savoir si cela est réellement possible dans une «démocratie» occidentale.

Babelouest,
je n'étais pas au courant, pour ODEBI —d'ailleurs je ne connais pas encore cette ligue—, mais je débarque, il est vrai… Je vais donc suivre ton conseil de lecture.

Stef,
d'accord, et on verra bien…

Eric,
Nicolas Sarkozy est hors d'atteinte, il faut être réaliste.

Suzanne,
voyons… J'ai souhaité la démission de J. Lang, et même de ce brave M. Rocard, mais j'ai l'impression que pour G. Frêche, je suis passé à côté… J'aurais dû le faire, en effet… Quoique extérieur au PS, je dois être malgré moi impressionné par son poids et ses capacités de nuisance…

Didier,
Conseil de la Résistance dans un monde angélique alors, puisque nous papotons sabotage du gouvernement sous le regard de l'ennemi…

Poison,
tous les deux sont des trolls de bonne compagnie! Compare avec le commentaire de Raphaël, ci-dessous, dont je sais pas encore que faire…

Suzanne,
merci pour vos égards… Sur la démission d'Hortefeux, par contre, nous ne sommes pas sur la même longueur d'onde. Il s'agit en effet d'une énorme gaffe révélatrice, qui pourrait permettre d'affaiblir N. Sarkozy, au moins passagèrement.

Ferocias,
tu dois avoir raison, mais il me semble que les chaînes de télévision sont parfois contraintes d'aborder des sujets plus ou moins imposés par internet? En fait, je n'en sais rien: je ne regarde plus la télévision depuis longtemps.

Raphaël,
c'est le billet de ton blog que tu me colles là. J'aurais préféré qu'il y reste et que tu assumes seul les injures qu'il contient. D'habitude, je ne conserve pas ce genre de logorrhée, mais comme il s'agit de généralités visant surtout les gens de mon espèce, et que Babelouest t'a déjà répondu, je le garde pour préserver la cohérence des commentaires. Pour mordre avec un début d'efficacité, tu devrais t'inspirer des commentaires de Suzanne…

Babelouest,
merci de la réponse à Raphaël.

Suzanne,
un responsable politique qui fait des blagues racistes devrait être sanctionné quel que soit son étiquette. Et je crains bien de n'avoir pas écrit une seule ligne sur G. Frêche… Je vais vérifier.

Babelouest,
je passe…

Suzanne, pareil… J'espère avoir répondu, et j'ajoute que je suis bien content de ne plus habiter la région de Montpellier.

Le coucou a dit…

Mtislav,
j'aurais du mal moi aussi, mais je considèrerais malgré tout l'intérêt général (selon mon point de vue), ou je m'abstiendrais, ce que je n'ai encore jamais fait.

Le coucou a dit…

Homer,
je t'ai oublié, mes excuses! Les lois sont pleines de surprise, comme celle qui va conduire à sauver la scientologie de l'interdiction… Quant aux deux poids, deux mesures, ils caractérisent malheureusement le pouvoir sarkosiste…

Suzanne a dit…

le Coucou : je considèrerais malgré tout l'intérêt général (selon mon point de vue)

Alors, le racisme (enfin, la lutte contre lui) n'est pas une composante essentielle de l'intérêt général ?

Le fond de ma pensée, évidemment, c'est que tout ce foin après les exploits de Hortefeux, c'est de l'indignation politicienne avec des larmes de crocodile. Qu'on réprouve, qu'on maudisse, qu'on pleure, qu'on exprime haut et fort ses opinions humanistes et antiracistes, ok. On condamne tous les racismes, c'est entendu.
Mais qu'on demande sa démission, c'est une demande, un acte politique, non ? On s'engage en tant que blogueur. Si on demande aussi que Valls ou Fraîche démissionne d'un parti pour lequel on vote, tout est logique. On combat le racisme, on ne veut pas de raciste au pouvoir, quel que soit le degré de ce pouvoir.

Par contre, si on a l'indignation sélective, c'est que le racisme, au fond... on gueule pour la forme, comme ça, mais le plus important, la seule chose importante, c'est de faire feu de tout bois pour lutter contre la bande à Sarko.

Le coucou a dit…

Suzanne,
la lutte contre le racisme doit être une composante de l'intérêt général. Dans les faits, ce n'est pas le cas. Ainsi, sanctionner G. Frêche aurait dû s'imposer au PS, et il me semble que beaucoup de militants de sa région et au-delà étaient indignés de ses dérapages. Si cela n'a pas été le cas, c'est qu'il pèse lourd localement et que par intérêt "on" a préféré oublier au plus vite.
Maintenant, le cas de B. Hortefeux est sensiblement différent, en cela qu'il avait énoncé lui-même, pour le préfet Langlade, la règle selon laquelle un représentant de l'état ne peut tenir des propos racistes impunément. Il y a deux aspects, me semble-t-il, dans l'attitude de la blogosphère de gauche à son égard: l'indignation antiraciste plus ou moins virulente et sincère —selon la blessure que l'on ressent dans son être ou ses convictions, selon l'idée que l'on se fait d'un humour iconoclaste—, et la volonté de porter le fer contre le pouvoir, dès lors que c'est possible. Ce n'est pas pour rien que l'on peut observer une certaine complaisance pour M. Hortefeux dans le monde politique en général, ému par l'adversité "populaire" qui frappe un des siens comme par surprise. Et ce n'est pas pour rien non plus que tant de citoyens se sont saisis de cette opportunité de peser sur la vie politique, d'essayer de perturber et le pouvoir et le jeu des complicités qui entoure celui-ci.
Ce n'est donc pas de l'indignation sélective, c'est un tout.

Suzanne a dit…

Le coucou: "Il y a deux aspects, me semble-t-il, dans l'attitude de la blogosphère de gauche à son égard: l'indignation antiraciste plus ou moins virulente et sincère —selon la blessure que l'on ressent dans son être ou ses convictions, selon l'idée que l'on se fait d'un humour iconoclaste—, et la volonté de porter le fer contre le pouvoir, dès lors que c'est possible."

Eh oui. D'aucuns diront que c'est de bonne guerre, d'autres que ce type de guéguerre les incline un peu plus à verser dans le "tous pareils, tous pourris", voire à dire, comme choule[bnkr] plus haut "presque tout le monde le pense et ne le dit pas".

Je note que la discussion, qui avait pourtant commencé dans l'harmonie (tout le monde semblait d'accord quand il s'agissait de démissionner le ministre) s'est un peu vidée de ses participants quand j'ai demandé qui avait critiqué sur son blog les responsables socialistes également racistes. J'en conclus que les critiqueurs de racisme de droite sont borgnes de l'oeil gauche, qui sait.

Suzanne a dit…

Et pour répondre à la question du titre du billet, oui, je crois que ça va finir en eau de boudin, que ces petites vidéos où l'on voit des élus bourrés, des élus qui font des gestes obscènes, qui se la pètent façon populo graveleux, qui versent dans la grossièreté de comptoir, vont se multiplier, se banaliser. N'est-ce pas ce qu'on demande, des dirigeants à la bonne franquette, avec leur franc-parler et leur franc-penser ? Tout le monde y court, à droite comme à gauche. Il va rester, Brice Hortefeux. Il ne sera pas repris dans le prochain remaniement, c'est tout, on l'oubliera un peu, beaucoup, il fera le coup du coquillage tranquillement roulé sous la vague, en attendant la marée d'après.

babelouest a dit…

"N'est-ce pas ce qu'on demande, des dirigeants à la bonne franquette, avec leur franc-parler et leur franc-penser ?"

Je ne crois pas, Suzanne. Un élu du peuple, tout aussi bien qu'un haut fonctionnaire, se doit de faire honneur à son mandat ou à sa fonction. Question d'éthique. Nous savons très bien que la mode actuelle chez eux est de surjouer une attitude populacière, mais çà ne prend pas. Ou je me trompe vraiment, ou les citoyens en auront assez de ces grimaces où des personnages bardés de diplômes et de culture (en théorie) s'encanaillent avec volupté. Personnellement, il y a longtemps que cela me met mal à l'aise. Je me sens ridiculisé par leur attitude. Pas vous ?

Suzanne a dit…

Babelouest :
Un élu doit.. oui.
Mais "ça ne prend pas" : non seulement ça prend très bien, mais c'est ce qui prend le mieux. Si ça ne prenait pas, pourquoi le feraient-ils ?

"Je me sens ridiculisé par leur attitude".

C'est limite si on n'est pas en colère d'avoir honte pour eux.

POISON-SOCIAL a dit…

Pour ce qui est de Valls, pour moi il est loin d'être de gauche, et je ne manque jamais une occasion de lui taper dessus, car je connais sa sale besogne à Fleury Mérogis (la ville, pas la prison). Pour ce qui est de propos racistes de sa part, je ne suis pas au courant, ses agissements le sont déjà assez comme ça.
Mais bon, j'irai me renseigner, et le cas échéant, je ne le raterai pas.
Quant à l'autre, là, Frèche, connais pas...

jeaude a dit…

très chere suzanne bien sur frèche et valls mais ne pas confondre amputer d'une jambe et en.....

Le coucou a dit…

Suzanne,
c'est justement parce que les choses risquent de tourner en eau de boudin que ça vaut la peine de se remuer et d'essayer de faire des vagues, des fois que le brise-lames serait emporté…

Babelouest,
j'aimerais bien que tu aies raison, sur le fait que la majorité des citoyens sont en quête de dignité. Certains jours on pourrait en douter.

Suzanne,
la plupart d'entre eux se foutent de notre opinion tant qu'elle ne menace pas leurs prérogatives.

Poison,
moi aussi, j'ignore ce que l'on peut reprocher à Valls en matière de racisme. Il est vrai qu'il ne m'intéresse pas.

Jeaude,
personnellement, je n'ai envie d'enjamber aucun des personnages en cause.

babelouest a dit…

Coucou (et les autres) :
Je retrouve une citation de l'Express :
Le député-maire socialiste d'Evry affirme vouloir lutter contre le "ghetto" et les "communautarismes". Dans une vidéo diffusée quelques jours plus tôt, Manuel Valls avait demandé qu'on rajoute "quelques blancs, quelques white, quelques blancos" dans une brocante de sa ville, ce qui avait déclenché une polémique.

Voilà, je pense que cela revient à la mémoire de certains. Pour Frêche, je connais mal. Ceux de sa région sont sans doute mieux au courant.

Le coucou a dit…

Babelouest,
ah, voilà! Je comprends mieux les rapprochements… Merci de la précision. Quant à Frêche, il a fait tellement de dérapages, qu'il y a de quoi remplir des pages de Google!

Azoulay a dit…

Je pense également qu'il devrait démissioner pour ses propos.Cette impunité totale est nauséabonde.
J'ai ecrit un eptit article la dessus.

http://david.azoulay.over-blog.com/

Le coucou a dit…

Azoulay,
merci, je lirai ton article dès que possible!