samedi 12 septembre 2009

La chaîne des cartes postales, et le reste…

Tout le monde, ou presque, a vu un jour Gaël, l'aimable écureuil des blogs, déposer de ci de là un commentaire furtif, ou bien s'installer pour éplucher un billet comme une pomme de pin… Eh bien, voilà déjà cinq jours que Gaël m'a collé un sujet de chaîne qu'il a imaginé, et cinq jours que je cherche des cartes postales dans mon courrier anciennement urgent. C'est l'objet du devoir, la carte postale, et les règles n'en sont pas compliquées:

1— rappeler le principe de la chaîne,
2— mettre trois ou quatre (ou plus) cartes postales,
3— les commenter si tu le souhaites,
4— passer la balle à ton voisin.

Le point 1 réglé, me voilà dans l'embarras pour la suite… Je dois en effet avouer qu'à la maison, nous ne conservons pas les cartes postales. De plus, et j'aurais dû commencer par là, depuis quelques années, nous en recevons très peu…
Au péril de ma vie, car je n'avais pas non plus de masque à poussière sous la main, j'ai pourtant fouillé mes divers tas rébarbatifs de courrier, bravant le risque de suffocation, et celui de tomber sur une bafouille douloureuse, comme un rappel du Trésor Public… J'ai exhumé la carte Péruvienne ci-dessous, laquelle représente le détail d'une «toile en laine de camélidé au décor anthropo-zoomorphe».
J'aime beaucoup l'Amérique latine en général, où je n'ai jamais mis les pieds, et le Pérou en particulier, parce qu'une partie des racines de mon épouse sont là-bas.
Le commentaire clos, il me faut passer la balle, et ce sera à Bérénice, M. Poireau, et Le goût des autres…


D'autre part, et cela n'a plus rien à voir avec les cartes postales, j'informe les lecteurs qui l'ignoreraient encore que Google a déverrouillé le blog Sarkofrance ce matin. Sans fournir d'explication, semble-t-il… C'est une excellente nouvelle, longue vie à Sarkofrance!

Enfin, j'avais plus ou moins en tête l'idée de revenir sur l'affaire Hortefeux, et pour cela reprendre à ma façon les propos laissés en commentaire par BA, sur mon billet d'hier. BA voit deux scandales là-dedans: d'abord, les propos racistes de Brice Hortefeux, dont à peu près toute la blogosphère parle. Ensuite, la tentative de censure de Gilles Leclerc, patron de la chaîne Public Sénat, d'où proviennent les images. Je me serais plutôt attardé sur ce dernier aspect, car il illustre parfaitement le risque de mise sous tutelle de l'audiovisuel public qui nous pend au nez, sous le régime de Nicolas Sarkozy… Néanmoins, ce billet risquerait alors de devenir trop long, et BA résume parfaitement les choses dans ses commentaires, que je vous invite à lire…

11 commentaires:

Gaël a dit…

aire de l'archéologie pour retrouver une carte pré-colombienne en voilà une saine activité :)

merci de cette contribution et de toutes les gentillesses à mon égard

BA a dit…

Jean-Marie Le Pen soutient Hortefeux.

http://www.leparisien.fr/politique/le-pen-soutient-hortefeux-11-09-2009-635465.php

Nicolas a dit…

Le Coucou,

Arrête d'être aimable avec Gaël.

Le coucou a dit…

BA,
le contraire aurait été surprenant!

Nicolas,
Gaël est sympathique. Tu voudrais que je le traite en civet d'écureuil? Je n'aime pas ça, le civet, surtout d'écureuil.

Le coucou a dit…

Gaë, du coup j'ai oublié de te répondre… Tu résumes la situation à la perfection: c'était de l'archéologie, sauf que je n'y ai pas été au pinceau pour fouiller les strates… :-)))

Ferocias a dit…

Une carte précolombienne?
Ah oui ça me parle ;)

POISON-SOCIAL a dit…

Nicolas a raison :)))

BA a dit…

Les 3 censures.

- 5 septembre : un cameraman de la chaîne PUBLIC SENAT filme Brice Hortefeux en flagrant délit de racisme anti-arabe. Gilles Leclerc, le patron de la chaîne PUBLIC SENAT, visionne la séquence. Gilles Leclerc comprend que cette vidéo est un scandale d'Etat. Gilles Leclerc ordonne de ne pas diffuser le séquence à l'antenne. C'est le premier acte de censure dans cette affaire.

- 10 septembre : un membre anonyme de PUBLIC SENAT fait fuiter la vidéo censurée en direction du site Le Monde.fr qui la met aussitôt en ligne. La censure de Gilles Leclerc a été contournée grâce à internet. Des centaines de milliers d'internautes regardent la vidéo.

- 11 septembre : la vidéo a été vue par 700 000 internautes. Gilles Leclerc comprend que le scandale ne pourra plus être étouffé. Gilles Leclerc accepte finalement de diffuser la vidéo sur sa chaîne PUBLIC SENAT le 11 septembre à 18 heures (soit 6 jours après les faits !).

Toujours le 11 septembre : alors que toutes les télévisions parlent de la vidéo diffusée sur internet, un vaillant petit village sarkozyste résiste. Dans son journal de 13 heures sur TF1, le sarkozyste Jean-Pierre Pernaut ne dit pas un mot sur la vidéo. C'est le deuxième acte de censure dans cette affaire. Des téléspectateurs de TF1 écrivent à la chaîne pour se plaindre. Le médiateur de TF1 leur répond qu'il va demander à Jean-Pierre Pernaut de parler de la vidéo dans son journal de lundi 14 septembre. On verra si Jean-Pierre Pernaut obéit.

- 12 septembre : la chaîne de l'Assemblée Nationale (LCP) est présidée par un autre Leclerc, Gérard Leclerc. Lui-aussi est sarkozyste. Lui-aussi muselle l'information sur sa chaîne. Lui-aussi ordonne de ne pas diffuser la vidéo sur sa chaîne. Aujourd'hui, la chaîne LCP n'a toujours pas diffusé la vidéo. C'est le troisième acte de censure dans cette affaire.

A lire :

http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/medias/medias__pouvoirs/20090912.OBS0903/video_dhortefeux__les_journalistes_de_la_chaine_parleme.html

Le coucou a dit…

Ferocias,
si cette image devait parler à quelqu'un, c'est bien à toi!

Poison,
non, tu as tort ! ;-)

BA, merci (s'il te plaît : raccourcis tes commentaires!)

BA a dit…

La majorité met en cause internet dans l'affaire Hortefeux.

http://www.lexpress.fr/actualites/2/la-majorite-met-en-cause-internet-dans-l-affaire-hortefeux_786438.html

Le coucou a dit…

BA, je vais lire de ce pas…