dimanche 27 juillet 2008

Vive le Service Public

Oui, vive le Service Public, mais lequel ? C'est la peau de chagrin. Alors que nous allons bientôt perdre la Poste que le gouvernement s'apprête à privatiser, l'été aidant, je me suis intéressé au service de la météorologie nationale, Météo-France… Quel service nous fournit-il directement, cet organisme public entretenu avec l'argent des contribuables, et qui est donc notre propriété ? Eh bien, un service réduit à sa plus simple expression. Le citoyen lambda que je suis peut ouvrir sa fenêtre et vérifier que sur internet, le site de Météo-France est en adéquation avec le temps qu'il fait, et obtenir des prévisions pour la journée du lendemain, point. Nous sommes Dimanche, je veux savoir s'il fera beau mardi : je dois payer —soit au coup par coup, en appelant un numéro surtaxé pour obtenir un code, soit en prenant un abonnement… Vous trouvez normal, vous, qu'un service public soit si pingre avec ses usagers et propriétaires ? Moi non. Par curiosité, je me suis intéressé aux services publics météorologiques de quelques uns de nos voisins… En Suisse, l'organisme météo de la Confédération, offre de nombreux services gratuits très utiles et, aujourd'hui par exemple, des prévisions jusqu'à Vendredi. La Suède présente apparemment un bulletin prévisionnel jusqu'à Mercredi. En Italie, la pluie et le beau temps sont affichés d'aujourd'hui Dimanche à Vendredi. En Grande Bretagne, si la Royal Meteorological Society s'adresse peu aux particuliers, elle renvoie en revanche au Met Office qui permet d'obtenir des prévisions régionales sur cinq jours. Le site officiel de l'Allemagne fournit quant à lui des bulletins d'informations couvrant semble-t-il quatre jours. Il n'y a que l'Espagne pour pratiquer la même pingrerie que notre service national : deux jours.
Allemagne
Met office
Suède
Suisse
Espagne

1 commentaire:

France a dit…

Bonsoir, la poste pour moi est perdue depuis fort longtemps. Mon facteur ne passe jamais mais je me débrouille bonne soirée à toi