samedi 30 janvier 2010

La censure du No Sarkozy Day ne passera pas!

Depuis la publication de ce billet, l'origine de la censure du groupe a été identifiée. Cela rend ce texte erroné dans les faits, mais non dans son esprit, car les motivations de la personne ayant procédé à la censure demeurent une source d'interrogations et de soupçons. On trouvera à la suite du billet, que je ne supprime pas, par égard pour les commentateurs, le communiqué des organisateurs du No Sarkozy Day…

Le groupe du No Sarkozy Day a été supprimé hier soir, sans avertissement ni explication. Il paraît que ce n'est pas la première fois que ce genre de chose se passe sur Facebook. On peut, au minimum, imputer cette disparition aux responsables français du site: ils doivent estimer qu'ils peuvent tout se permettre. Leurs motivations dans ce cas précis n'en restent pas moins sujettes à interprétations. Éliminer d'un clic de souris un groupe fort de plus de 360 000 membres n'est pas chose anodine. On imagine que la personne responsable de l'exécution y réfléchit à deux fois… Quelqu'un l'a fait, pourtant.

Une première explication vient à l'esprit: c'est une besogne de supplétifs de l'UMP. Des sympathisants, ou des adhérents de ce parti, dénonçant jour après jour le groupe aux régulateurs du site, en arguant que serait publié sur sa page des contenus illicites. Ils auraient pu agir individuellement, par dépit, mais la possibilité d'une action concertée et planifiée apparaît tout de même plus vraisemblable.

Ce dernier cas de figure fait alors irrésistiblement penser à un acte de censure initié par Nicolas Sarkozy et son entourage, dès lors que le succès croissant du N.S.D. leur apparaît comme une menace crédible. L'Élysée a-t-il du temps à perdre pour se soucier de bâillonner les contestataires? La réponse est oui, c'est parfaitement possible.

M. Sarkozy a transformé la république en un régime dont la tête veut et peut décider de tout: du refus de la relaxe de Dominique de Villepin par la Justice, au coûteux raccordement de la villa de sa belle-famille au réseau de tout-à-l'égout. On sait qu'il va faire surveiller nos ordinateurs, on sait que préfets et responsables de l'ordre public savent qu'il peut leur en cuire de laisser des citoyens le conspuer, on sait qu'il défend la pelouse de ses amis… On sait en résumé que le crime de lèse-sarcozy est inscrit dans les édits implicites du chef de l'état.

Alors oui, même hypothétique, l'intervention de l'Élysée dans la censure du groupe No Sarkozy Day est parfaitement réaliste. On ne prête qu'aux riches.
Accessoirement, cet incident de parcours permet de mettre face à leurs contradictions les défenseurs de la pseudo-démocratie française. Est-ce la marque d'une démocratie, cette censure d'un mouvement de protestation populaire? Évidemment non ! Il est donc permis d'espérer que tous ceux qui, au non de la démocratie, firent la fine bouche au départ du No Sarkozy Day, vont à présent le rejoindre.

Peu importe que cette censure ait été exigée par le président, ou qu'elle soit simplement l'effet de la complaisance de gestionnaires à l'égard du pouvoir, nous ne nous laisserons pas intimider. Le droit de manifester n'a pas encore été aboli dans ce pays, et par conséquent les entraves à la préparation d'une journée de protestation anti-Sarkozy apparaissent illégitimes.
Un nouveau groupe a été créé sur FaceBook, où les adhésions sont attendues, nombreuses.
Faisons du 27 mars 2010 : une journée pour dire NON À SARKOZY !
Inscrivez-vous, encouragez vos amis à s'inscrire!

Un communiqué des organisateurs du No Sarkozy Day:
« La censure est venue de l'intérieur
Vendredi 29 janvier peu après 20h40, le Groupe Facebook « No Sarkozy Day 27 mars 2010 » disparaissait subitement de nos écrans, et les publications de ce Groupe sur nos fils d’information avec.

Devant l’instantanéité de la chose, nous avons très vite pensé à une indisponibilité technique de notre groupe.

Puis les minutes et les heures passant, nous fûmes convaincus d’un acte de censure sur ce Groupe, forcément dû à une action externe.

Notre premier instinct fut de crier notre révolte de voir disparaître ainsi l’outil de Rassemblement et de Cohésion de ce formidable élan citoyen et démocratique qu’est le No Sarkozy Day… 365 000 membres réduits au silence, effacés, instantanément… ça fait froid dans le dos !

Toute la nuit d’hier, et toute la journée de samedi, nous avons oeuvré à inviter nos contacts, activer nos réseaux, pour remonter un nouveau groupe.

Vous avez été nombreux à vous mobiliser avec nous, pour relayer l’information de la disparition du Groupe Facebook des plus populaires du moment !
Nous vous remercions chaleureusement de votre implication sans réserve, et de vos nombreux témoignages de soutien !

Le Groupe No Sarkozy Day 27 mars 2010 n’avait pas pu être effacé d’un instant sur l’autre. C’était une certitude…
La disparition du Groupe No Sarkozy Day sur Facebook n’était pas due à un problême technique du Réseau Facebook, ou autre intervention externe…
Et nous devons faire notre mea-culpa de l’avoir pensé trop fort, trop vite…

Après 24 heures de travail sans repos, nous avons du nous rendre à cette évidence :

Le ver était dans le fruit.

Un des administrateurs du groupe a trahi la confiance que nous lui avions accordée, pour user d’une astuce très simple consistant à rendre le groupe inaccessible.

« Rien ne nous protège contre l’orgueil de certains. Et c’est essentiellement pour cela que la lutte est difficile. » (parole d’indien).

Nous remercions, du fond du cœur, encore une fois, toutes celles et tous ceux qui nous ont soutenus pendant ces dernières 24H00.

Nous tenons à nous excuser auprès de vous tous, de cet incident qui nous a tous profondément choqués.

Le Groupe Facebook « No Sarkozy Day 27 mars 2010 – Objectif 1 million » est à nouveau accessible !

L’aventure continue.

L’équipe du No Sarkozy Day»

12 commentaires:

Nicolas a dit…

Autre solution: les créateurs du groupe l'ont eux-mêmes supprimé pour créer du buzz et faire le ménage, le précédent étant bancal car il a changé de nom en cours de route.

lol a dit…

@Nicolas:
Non, ce n'est pas ce qui est dit sur le site no-sarkosy-day.fr.
Ils demandent que l'on dénonce cette censure auprès de facebook

BA a dit…

Marie Antoinette "étonnée du peu d'indépendance que M. de Villepin accorde à la justice" (vidéo).

Invitée du Journal Inattendu de Harry Roselmack, Marie Antoinette a réagi aux suites du procès Clearstream.

Interrogée sur la réunion évoquée par Dominique de Villepin, qui aurait eu lieu après le procès à l'Elysée, Marie Antoinette s'est dite "étonnée du peu d'indépendance que les médias et Dominique de Villepin attribuent à la justice française".

http://www.rtl.fr/fiche/5932517662/carla-bruni-sarkozy-etonnee-du-peu-d-independance-que-m-de-villepin-accorde-a-la-justice-video.html

Catherine a dit…

Nicolas sauf votre respect ce que vous dites n'est pas exacte ; Le groupe, en fait, a été vidé de son contenu ce qui n'est pas possible pour des administrateurs ou créateurs en quelques instants (ce hacking n'a même pas prit une heure)

Nicolas a dit…

Catherine,

sauf votre respect, votre commentaire est imbitable.

Gularu a dit…

Ba moi j'ai accès au groupe... ils ont peut-être remis le compte en activité ?

http://www.facebook.com/group.php?gid=280340015994#/group.php?v=wall&ref=mf&gid=19735765963

Le coucou a dit…

Nicolas,
je ne vois pas l'intérêt d'une telle démarche: les inconvénients sont plus importants que l'avantage du buzz…

Lol,
en effet, et puis un mouvement d'opposition se doit d'être honnête, ou ce serait à désespérer!

BA,
elle ne doute de rien… C'est beau l'amour, non?

Catherine,
on m'a en effet expliqué toute la difficulté qu'il y aurait à supprimer un groupe aussi important sans être un administrateur de Facebook même.

Gularu,
de quel groupe parles-tu? Parce qu'un nouveau No Sarkozy Day a été recréé aussitôt…

Le coucou a dit…

Gularu,
j'ai testé ton adresse et en effet, on arrive sur un groupe de 665 927 membres… Étonnant!

Philippe a dit…

De toute évidence, le compte a été rétabli et les 360 000 membres sont toujours là.... Tout cela est bien étrange....

Le coucou a dit…

Philippe,
on connaît la réponse depuis ce matin, et j'ajoute un rectificatif à ce billet.

Monsieur Poireau a dit…

Ce n'est pas clair cette histoire. Surtout en l'absence du nom et des motivations du censeur intérieur !
:-))

Le coucou a dit…

M. Poireau,
j'avais oublié ton commentaire ici, mes excuses!
Oui, on aimerait bien savoir qui et pourquoi, mais d'après ce que l'on m'a dit, le coupable n'est pas réellement identifié, juste soupçonné…