mardi 2 septembre 2008

Clavier : une affaire mal tempérée

Je ne sais pas si cela est vrai, mais on raconte que dans son entourage professionnel, Nicolas Sarkosy est jugé arbitraire, despotique, et qu'il ne fait pas bon avoir raison contre lui. Comme c'est aussi l'image que l'on se fait de sa personne, vu de loin, ça pourrait bien être exact. Si ce billet revient sur ce drôle de petit bonhomme, c'est bien entendu en raison de sa dernière foucade : le limogeage de Dominique Rossi, Contrôleur général de la sécurité intérieure en Corse. Vous me direz qu'il y a des choses plus graves, et que d'ailleurs, les blogs en parlent peu, laissant ce sujet aux grands médias. Possible, mais je suis toujours choqué de voir à l'œuvre le bon plaisir d'un autocrate, et d'ailleurs je ne suis pas le seul. On sait que ce policier s'était rendu coupable d'un double outrage à l'égard du Consul Sarkosy : tolérer l'invasion de manifestants dans le jardin de l'acteur Christian Clavier, et s'être abstenu d'en informer personnellement le consul. Christian a été obligé prévenir son ami Nicolas lui-même. Nous avons un président qui ne badine pas avec le respect dû à son clan. Son sang n'a fait qu'un tour : allez, Mam, tu me vires Rossi ! Il n'a pas cherché à savoir si la manifestation s'était déroulée sans dégât ni violence grâce au discernement du contrôleur, il ne s'est pas non plus attardé sur les états de service de M. Rossi, son parcours professionnel impeccable, non : les corses ont piétiné les plates-bandes de son pote Clavier. C'est comme s'ils avaient pissé sur la pelouse de l'Élysée, sous sa fenêtre. Et puis, vous voulez comparer les états de service ? Qui connaissait M. Rossi à part Nicolas Sarkosy et Mam, hier encore ? Christian Clavier, toute la France voudrait dîner avec lui, enfin la France qui a du goût, je veux dire, et ça fait du monde ! Vous avez vu le nombre d'entrées de ses films ? Que des chefs d'œuvres ! Si on publiait les rapports administratifs de M. Rossi, combien croyez-vous qu'il s'en vendrait, hein ? Une dizaine d'exemplaires au maximum. Christian Clavier, je vais vous dire, c'est l'honneur de la France, pétant d'humour, subtil. Des bons flics, il y en a plein les rues, suffit de les envoyer en Corse.
Rue89
Nouvel Obs
P.S. (20h22) Tout le monde ne voit pas les choses ainsi… Voyez par exemple par ici, le blog de Luc Mandret


2 commentaires:

Dominik Vallet a dit…

Pour diner avec Clavier, je laisse ma place. Je préfère encore Rossi (peut-être parce qu'il se prénomme Dominique...) ;o)

Le coucou de Claviers a dit…

Moi aussi, et qui sait s'il ne chanterait pas mieux que Tino, au dessert… ;)