dimanche 26 septembre 2010

Ne pas confondre solution et fellation


Non, elle ne portait pas le prénom qui est ce soir sur tant de lèvres, mais celui presque banal de Charlotte. C'était une jeune femme de noble famille, sans doute trop strictement éduquée pour connaître les ressorts de la félicité masculine en détail. À l'époque, les bandes dessinées cochonnes et les vidéos pornos n'existaient pas, et il ne semble pas que le marquis de Sade ait fréquenté sa famille.

Quoi qu'il en soit, disons la chose sans détours : si Charlotte avait administré une bonne fellation au héros du rébus de ce jour, l'Histoire de France aurait suivi un cours très différent de ce qu'il fut. Espérons que le futur musée de M. Sarkozy nous éclairera sur ce qui put se passer dans la tête de Charlotte durant le quart d'heure critique où tout se décida. Pourquoi, en présence d'un grand homme en son simple appareil, fit-elle le choix de le vider par le haut plutôt que par le bas? Malgré des archives plus faciles à consulter que les documents sur l'attentat de Karachi, le mystère reste entier.

À moins que le professeur Castor puisse nous en apprendre davantage sur cette question, nous en resterons là. D'ailleurs, il ne faut pas confondre fellation et solution, car c'est pour avoir donné l'unique bonne réponse à un rébus difficile, que l'éminent docteur Fidel Castor est cité dans ce billet. On se lève pour l'acclamer, merci !

source image (détail)

5 commentaires:

fidel a dit…

J'enb suios telllement émur que mes doigtes en trembentt, merci à vous coucou ;)

Gildan a dit…

Il "mat gelé" ce rébus !
;^)

Mlle ciguë a dit…

Je viens de lire la définition de "inflation". C'est ici
Simple, efficace, j'adore !

Omnibus a dit…

Je trouve que Dati a raison. Sans connaître les tarifs en usage, j'estime qu'exiger "une rentabilité de 20 à 25% pour une fellation quasi-nulle", c'est du vol.

Monsieur Poireau a dit…

Sais-tu pourquoi les Castors ont la queue plate ?
:-)))