mardi 21 septembre 2010

Question de conscience

Éric Woerth vit des moments difficiles. Il n'est pas le premier Français un peu connu à se retrouver comme ça, dans une situation inconfortable. Jeanne d'Arc, par exemple, tourmentée par l'évêque Cauchon, n'a certainement pas apprécié son lynchage ecclésiastique. Charles Baïhaut, ministre des Travaux publics en 1886, qui écopa de cinq ans de prison dans le scandale de Panama, n'était sans doute pas à la fête durant les jours qui précédèrent sa démission. Al Capone à Alcatraz devait aussi l'avoir amère, mais je m'égare: celui-ci n'était pas Français, ni même un personnage politique. Et il n'avait personne d'honorable pour le soutenir, à la différence de C. Baïhaut, dont on raconte qu'il fut un bouc-émissaire… Jeanne avait le soutien inconditionnel de Dieu, elle se sera éteinte serrée dans ses bras brûlants.

Mais M. Woerth, lui, doit se sentir bien seul, penserez-vous, quand il fait des cauchemars de bûcher ou de geôle, à six dans huit mètres carrés? Pas du tout ! Éric Woerth a «sa conscience pour lui», il ne sort jamais sans sa conscience, et par conséquent ne craint rien, sinon que Sarkozy lui tombe sur la tête.

Parce que M. Woerth est un peu un type dans le genre de la môme d'Arc : il «bénéficie du soutien du président de la République». Dans les jardins du pouvoir, le Président ne paraît jamais sans son P majuscule, c'est une sorte de dieu. Un dieu avec un d ordinaire, car sa toute puissance ne repose pas sur des millénaires de foi, mais sur une Constitution d'une petite cinquantaine d'années seulement… Ça change beaucoup de choses.

Tenez, supposons que les soupçons visant M. Woerth dans l'affaire Bettencourt se révèlent un jour exacts… La campagne électorale de M. Sarkozy, aurait donc été financée illégalement. Le Président pourrait bien se retrouver ancien président à la barre des accusés!

Mais pour que cela arrive, il faudrait qu'Éric Woerth reconnaisse avoir touché un gros chèque destiné à la propagande de Nicolas Sarkozy. M. Woerth a pour lui la conscience de M. Sarkozy qui sait que M. Woerth a conscience de leur intérêt commun à rester conscients d'une étroite interdépendance .

P-S: c'est la semaine des beaux et belles au bois dormant: après Balmeyer qui s'étire, voici que M. Poireau a réveillé Mlle Ciguë«Liberez Stéphane Taponier et Hervé Ghesquière» d'Isabelle B. est traduit en trois langues… Il y a des vieux sur le perron de Christophe !

7 commentaires:

Gildan a dit…

Que fera-t-il si finalement il est lâché par celui dont il pense avoir le soutien ?
...

Le coucou a dit…

Gildan,
il ne sera pas lâché sans garanties…

Nicolas a dit…

La conscience ? C'est quoi, ça, encore ?

toff de aix a dit…

La science des cons...pirateurs?

Le coucou a dit…

Nicolas,
c'est la petite voix qui t'a rappelé de jeter un coup d'œil par ici ;-)

Toff,
en quelque sorte…

isabelleb a dit…

merci pour le lien ! ( au fait je dors pas, je flemmarde un peu pour être en forme pour la manif :-)

Le coucou a dit…

Isabelle,
de rien ! (J'espère qu'il y avait du monde ! )