mercredi 29 septembre 2010

Les petites incommodités du blogueur

Dadavidov tient le blog : «Saint-Pierre-des-corps, c'est où ça?». Pour moi, c'est là-haut, au milieu à gauche, une gare où s'arrêtaient longuement les trains de nuit que je prenais autrefois. C'était aussi un lieu important pour tous les gens qui s'intéressent à la littérature pour la jeunesse. Il y avait une équipe de critiques particulièrement actifs et brillants dans ce domaine… J'en parle au passé parce que je ne suis plus vraiment l'actualité du livre pour enfants, et j'ai tort, puisqu'à Saint-Pierre-des-corps va se dérouler la 40 ème édition d'une Quinzaine du Livre Jeunesse (23 septembre)…

Je parle de Dadavidov parce qu'il m'a passé le relais d'une chaîne amusante, imaginée par Disparitus : exposer mes cinq «petites incommodités de blogueur». Allons y :

1 —garder un titre de blog purement local, par fidélité à mon village qui a suscité sa naissance, alors que personne ici n'a plus rien à fiche de ce que je raconte désormais.

2 —écrire mes billets en fin de journée, quand j'ai oublié toutes les idées qui me sont passées par la tête depuis le matin. Cela se traduit souvent par quelques mots jetés hâtivement sur l'ordinateur, qui vont copuler avec l'air du jour et accoucher de petites phrases plus ou moins mal élevées… C'est un peu stressant d'espérer le moment où se dessine le minimum de cohérence permettant de lâcher la note dans le monde.

3 —je fais lire mes billets à mon épouse avant de les publier… J'adore quand elle me dit : «Monsieur Moi-Je a encore frappé !» ou bien: «C'est d'un pâteux !» Quelques fois, rarement, elle sourit ou elle rit franchement, alors je me sens mieux.

4 —avoir oublié de répondre aux commentaires. Je me sens impoli et en même temps, quand j'ai perdu de vue le contenu du billet en discussion, cela prend un peu l'allure d'un devoir ingrat. D'un autre côté, j'aime bien aussi recevoir des commentaires, c'est la preuve qu'il y a quelqu'un dans la maison. Parce qu'un blog, sans cela, c'est un peu comme une baraque hantée: les compteurs vous disent qu'il y passe des ectoplasmes, mais tant que vous n'en voyez aucun dans la fenêtre sur l'au-delà, vous avez du mal à y croire. (voyez aussi le n° 5)

5 —comme Dadavidov, je suis souvent embêté de ne pas pouvoir parler de mon entreprise.
C'est une sorte de règle morale que je me suis fixée au début : ici c'est la politique frivole, le reste c'est important, il serait indécent de mélanger. Bref, comme toutes les règles strictes, c'est débile et incommodant. Parce que sur le blog à côté, les fantômes sont rares, et plus rares encore ceux qui y font tinter leurs chaînes en commentaires. C'est très incommode de ne pas savoir sur quel blog danser.

Le moment est venu d'ajouter quelques maillons à la chaîne, je me demande ce qu'en diront: Hermes, Toff, Trublyonne, Mathieu, Céleste, Éric, et Marie ?

9 commentaires:

Gildan a dit…

Je ne la connais pas mais...ton épouse me fait rire, je l'adore!
;^)

Monsieur Poireau a dit…

Mon incommodité du moment : retrouver comment mettre le blog dans ma journée, j'y arrive plus. Ça pourrait se caser le soir mais vers 22h30/23h, la fatigue me rappelle la nécessité du sommeil !
:-)

dadavidov a dit…

La section Jeunesse de la bibliothèque est très active (animations, concours, lectures...) et c'est toujours un plaisir d' emmener les enfants ;-)))

Disparitus a dit…

oui, le regard de l'épouse peut être une épreuve du genre "t'as que cela à faire ?"

dedalus a dit…

MOI JE disposais aussi de 2 blogs, l'un pour la politique, l'autre pour tout le reste. Et, oui, c'était tout à fait incommode. Surtout que le politique était né d'une peur que ça n'arrive, puis avait prospéré sur la colère que ce soit arrivé, avant de s'échouer sur la désespérance de n'y pouvoir rien, sinon de constater jour après jour que se produisait précisément tout ce que j'avais anticipé et qui avait justifié ma crainte. C'était vain. Tenir ce blog ne me soulageait de rien. J'ai cessé de l'alimenter, parlant de tout et de rien sur l'autre blog, y compris de politique mais autrement. Seulement, s'est éteint alors, peu à peu, jusqu'à l'envie de bloguer. Cela revient, par à-coups, et c'est bien mieux comme ça. Bien moins incommode.

Nicolas a dit…

Bordel ! Erreur 503. Commentaire disparu. Je disais que je rebondissais sur le point 5 comme Dedalus : j'aime bien avoir plusieurs blog, différents mais de même ambiance, virevoltant de l'un à l'autre.

Le coucou a dit…

Gildan,
merci pour elle, mais je me demande si moi je te remercie…

M.Poireau,
dur, en effet… Tu essayé 5 heures du matin? ;-)
Ceci dit, on est sujets à des cycles, les rythmes changent régulièrement, non?

Dadavidov,
j'ai jeté un coup d'œil sur le site de la bibliothèque, c'est en effet très actif.

Disparitus,
nous faisons un peu la même chose, ça aide…

Dedalus,
il me semble comprendre assez bien, et je me dis qu'il viendra aussi un moment où je me lasserai, d'ailleurs cela m'arrive quelquefois et le billet n'est plus qu'un exercice…

Nicolas,
ah, toi aussi, ça t'arrive ! Le fait d'avoir plusieurs blogs m'amuse aussi par moment, enfin surtout les deux principaux, mais je suis incapable de les faire vivre tous quotidiennement, comme toi… Pour le troisième, par contre, je rame (mais j'ai une vidéo geek en préparation: il ne me manque plus que le son, eh eh !).

toff de aix a dit…

salut cher cocou,
je réponds en retard, mais j'étais en déplacement professionnel à Paris(donc sans le net...)
allez, pour faire court : un blog ça va, deux bonjour...
J'écris depuis bien longtemps, mais le blog c'est un exercice de style nouveau pour moi : j'ai longtemps hésité à me lancer!
Ecrire est ma psychanalyse, vraiment : ma plus grande peur, serait de me lasser ou de décourager pour je ne sais quel futile motif "manque de fréquentation" ou autre.. Je suis content quand quelqu'un vient commenter, partager (ou essayer de le faire) ce que j'ai balancé sur ma page, mais le plus important pour moi c'est que je sois satisfait de moi-même. En terme de qualité d'écriture, je peux passer des heures à perfectionner un billet..du moins à essayer. En fait, je suis purement égoïste!
Autre écueil : rester anonyme, ou pas?J'ai eu pas mal de critiques à dessus. Quelques unes de mes connaissances savent que j'écris, ils connaissent même mon blog, mais très peu en fait... je préfère entretenir un relatif anonymat, quitte à distiller par-ci par-là quelques touches sur ma vie privée (histoire d'appâter le chaland!) mais à mon sens ça donne plus d'attrait au contenu.
En tout cas merci pour la citation

Le coucou a dit…

Toff,
tout cela est fort bien, et clair, mais, mais… ce n'était pas une simple citation, mon cher. Ou alors, une citation à comparaître avec tes réponses devant la blogosphère : c'est le sens d'une chaîne…