vendredi 3 octobre 2008

Blues sous le vent

L'actualité politico-économique me fiche le bourdon et me donne envie de parler d'autre chose que de l'un des sujets sarkoziens du moment —Dieu sait pourtant que cet homme est une mine : il y aurait eu au minimum un billet à consacrer au fait que nous avons appris de son gourou, Henri Guaino, un simple conseiller sans légitimité démocratique, que le président hésitait à respecter les critères de Maastricht sur les déficits publics. Et le même conseiller du président estimait qu'il n'y avait plus lieu de consulter le parlement européen sur l'affaire, l'exécutif ayant seul son mot à dire en période de crise. Tout cela est scandaleux, quand on se souvient que notre pays est déjà endetté lourdement, pour plusieurs générations peut-être, mais bon, j'avais envie de changer de sujet, d'autant qu'un peu partout dans la blogosphère, les coups de barre désordonnés du capitaine Sarkozy et les manœuvres aléatoires de son équipage sont à l'affiche, même à droite.

J'avais un projet personnel amusant, sur lequel je souhaitais écrire quelques pages, un projet né de la tentative de Stephane Rousson de traverser la Manche en dirigeable à pédales, dont je vous parlais l'autre jour. Enthousiasmé par cette merveille écologique, mon épouse et moi avions aussitôt conçu tout l'intérêt qu'elle pouvait présenter pour nous, qui vivons à la campagne, séparés par une vallée profonde de Claviers, notre village perché sur la colline en face… En ces temps de carburant hors de prix, monter chaque jour chercher son pain, frise le gaspillage. Il y aurait bien le vélo, me direz-vous, mais les trois ou quatre kilomètres en lacets grimpent sec pour un fumeur… Or donc, l'idée nous vint que nous pourrions mettre en notre pré un dirigeable attaché à son petit poteau, disponible pour m'élever dans le ciel clavésien tous les matins, puis rallier en quelques coups de pédales innocents la place de l'Aire, juste en face de la boulangerie… Oui, mais voilà : l'échec de l'entreprise de M. Rousson, qui achoppa à des vents contraires le repoussant vers son point de départ, me donna à réfléchir. Et je me vis, surpris par une risée traîtresse en pleine traversée, suspendu au dessus de la vallée du Riou, et pédalant comme un damné pour contrer la dérive de mon engin. Je risquais fort d'aller chercher mon pain à Fayence à 19 kilomètres de chez moi, ou même pire : de me retrouver à survoler la Corse, au risque d'être abattu à la chevrotine par un indépendantiste analphabète ayant confondu le Claviers peint sur l'enveloppe de mon dirigeable avec Clavier, l'ami du président. Voilà pourquoi, ayant renoncé à la construction de ce bel engin, je me trouve privé d'un sujet propice à toutes sortes de développements et à de belles illustrations photographiques.

Il y a toutefois dans mes notes, quelque chose dont je n'ai pas encore parlé, un oubli que je regrette d'autant plus qu'il me semble constituer un contrepoint aux affaires de poursuites de blogueurs abusivement intentées par des élus, comme le cas de FanSolo, dont il était question ici, avant-hier encore. Mon attention et celle de pas mal de monde avait été attirée au mois d'Août, par dedalus, sur l'existence d'un blog ouvertement antisémite, ce qui constitue non seulement une offense à la dignité humaine et aux droits de l'homme, mais aussi un délit pur et simple. Or, lorsque j'ai retrouvé cet après-midi la note que j'avais rédigée à ce sujet, j'ai constaté que l'adresse du blog incriminé (pas de lien, vous le trouverez chez dedalus, si vous le souhaitez) est toujours valide malgré les appels à réagir ! Les Serge Grouard de droite et les Alda Pereira de gauche, auraient été mieux inspirés d'user de leur influence pour stopper la divulgation de propos semeurs de haine plutôt que chercher à museler de simples contradicteurs.

4 commentaires:

martine silber a dit…

ces envies volantes ont un côté sapeur camembert, assez réjouissant.
Quant aux blogs antisémites, peut-être faut-il les signaler à la presse? j'ai encore des amis de par le monde....

Scheiro a dit…

J'ai lu que Dedalus et ceux qui ont commenté à la suite de son post, avaient signalé le blog antisémite dont ils parlent à Blogger. Je pense que Blogger qui est régit par la législation US ne bougera pas parce que pour cette entreprise, le fait d'exprimer des propos antisémites ne constitue pas un délit. Je pense que Martine est plus apte à agir que l'équipe de Blogger.
Par contre, j'hésite à inciter les représentants de la loi à intervenir dans ce genre d'affaires, parce que je ne peux pas me plaindre de vivre dans une société hyper-sécurisée [cf. Edvige] et signaler ces conneries verbales, aussi abjectes soient-elles, à la police.
De plus en parler c'est lui faire de la pub et c'est certainement ce que ce fdp espère. Pour cette raison je ne suis pas allé lire son blog: je ne veux pas lui donner cette satisfaction. Tout comme je ne cliquerai jamais sur le torchon de que l'autre fdp de Sinet à mis en ligne, pas même par simple curiosité.

Le coucou a dit…

Martine: eh oui, sapeur-pilote de deuxième classe Camembert ! Pour le blog antisémite, c'est vrai comme le dit aussi Scheiro que la presse aurait plus de poids, sans doute…
Scheiro : mon dégoût de ce genre de site est également la raison pour laquelle je n'ai pas mis de lien vers lui. Toutefois, il fallait bien que quelqu'un le repère et le signale. C'est le mérite de dedalus.

Scheiro a dit…

Voici la solution au problème que représente la découverte d'un site qui appelle à la haine raciste:
Point de Contact un site gouvernemental.
Je crois que c'est le moyen le plus approprié dans ce cas, qu'en pensez-vous Martine et Jean-Louis ?