lundi 27 octobre 2008

Des intellos de droite et du racisme.

Chez quelques blogorrhéiques de droite on voit souvent fustigé l'antiracisme naturel aux idées de gauche. Comme il ne s'agit pas de se déclarer soi-même raciste —ils se veulent au-dessus de ça, en principe—, il n'est question dans leurs articles que de dénoncer les intentions racoleuses de la boboïtude, qui veut voir du racisme partout afin d'occuper le devant de la scène. De fait, il est arrivé plus d'une fois qu'une agression soit abusivement qualifiée de raciste. Ce genre d'erreur me semble pourtant, de loin, moins préjudiciable à la société que la propension contraire de la droite à vouloir étouffer hypocritement toute affaire où le doute n'est pas permis. Les manifestations de haine intercommunautaires pourrissent lentement la vie publique. Je me suis pour ma part engagé contre le racisme, lorsqu'en 1971 un gamin nommé Djilali Ben Ali fut assassiné à la Goutte d'Or par un adulte… J'ai oublié les circonstances exactes, ou plutôt, je crains de les rapporter imparfaitement, avec le recul des années. Toujours est-il que ma femme et moi écrivîmes à cette époque un petit bouquin destiné aux enfants, qui eut quelque écho et nous entraîna dans une sorte de tour de France du racisme ordinaire. L'histoire racontait très simplement les déboires imaginaires d'un gamin et son père, immigrés algériens de la première génération. Nous avions souhaité dédier le livre à la mémoire de cet enfant. Notre éditeur refusa, jugeant que publier un roman antiraciste pour la jeunesse (du reste sans aucun point commun avec l'événement à la source), était en soit assez provocateur. Dans le contexte des années 70, ce n'était pas entièrement faux et la décision d'éditer le texte témoignait déjà de sa part d'un certain culot. Il nous accorda de citer en exergue un fragment du "Marchand de Venise", afin de rappeler au lecteur qu'antisémitisme et racisme sont monstres siamois… Pourquoi revenir sur des choses aussi anecdotiques? Disons que j'y vois une illustration de mon propos… Parce que lutter contre le racisme ou l'antisémitisme, toujours présent comme un vieux truc ranci dans la mentalité franchouillarde, n'a jamais été de soi. Il y faut de l'effort et une attention vigilante à ces discours d'une partie de la droite qui ne renoncera jamais à dévaloriser l'idéal républicain de fraternité.

Sources (lointaines) chez Didier Goux, et NLF

Aujourd'hui, j'ai lu avec plaisir Abadinte , Police, et les trouvailles de P.M.A

56 commentaires:

Marc a dit…

oui bien vu ! Les arguments du torchon NLF, qui souligne le vote communautaire des noirs, oublient juste un "petit détail" qui est l'histoire de la minorité noire aux USA, soit l'esclavage, la ségrégation et la marginalisation.

Scheiro a dit…

Le problème c'est qu'à force de ne vouloir voir, côté gauche, le bien et, côté droite, le mal, vous en arrivez à dire n'importe quoi, Jean-Louis. Vous me décevez bcp parce que, même si je ne partage pas vos convictions, je ne vous pensais pas aussi superficiel. Vous révélez votre faible connaissance de l'histoire politique, ne serait-ce que la politique interne à la France. Je suis loin d'être un expert en la matière, je me considère même comme un parfait ignorant, mais je constate que, globalement, j'en sais tout de même un peu plus que vous. A moins que vous ne soyez de mauvaise foi, prêt à passer sous silence des choses dont vous avez parfaitement connaissance.

Par exemple, l'antisémitisme est apparu dans les rang de la gauche bien avant que la droite réactionnaire s'en empare: "Pour Toussenel, pionnier du socialisme français, la responsabilité de la misère ouvrière et de la décadence française incombe au “juif roi par le capital, en possession de tous les privilèges qui formaient autrefois l'apanage de la royauté”. C'est également lui qui introduit une corrélation entre “le règne du juif” et “l'impuissance parlementaire”, donnant à ses attaques une force qui nourrira bien des discours et des actions d'extrême-droite."

Au début des années 80, peu après l'époque à laquelle votre éditeur vous a refusé un livre sur le racisme, est sorti "Hospitalité française" de Tahar Ben Jelloun. Vous n'avez qu'à le lire, Jean-Louis pour constater que les travailleurs immigrés se plaignent en premier lieu du PCF et de ses militants racistes dont une partie passera, par la suite, au FN, un parti balbutiant en cette période surtout en comparaison du PCF.

Mais repportez-vous, aussi, aux papiers signés de la main de Bruce Chatwin, à ses enquêtes menées à Marseille, en 1974, telle que "La très triste histoire de Salah Bougrine" et vous comprendrez vite que ce ne sont pas des gens de droite qui se plaisent aux ratonades, mais des ouvriers qui votent à gauche et qui craignent que les immigrés leurs "otent le pain de la bouche". Mais ça, vous le savez parfaitement, n'est-ce pas? Alors pourquoi faire croire que la gauche ne s'est pas souillée dans ces affaires haineuses et nauséabondes?

Ce que, moi, je ne sais pas, c'est si vous croyez vraiment aux âneries que vous racontez ou si vous cherchez à régler un compte personnel avec la droite. Ce qui est certain, c'est que votre stratégie n'est pas la bonne car trop peu crédible. Vous ne pourrez convaincre que de plus ignorants que vous ou des gens d'aussi mauvaise foi que vous. Je ne sais pas je n'arrive pas à trancher. Une chose est sûre c'est que vous avez perdu ma confiance, vous me semblez bien trop hypocrite.

Le coucou a dit…

Bon Scheiro, ce n'est pas un billet qui prétend résumer l'histoire du racisme et de l'antisémitisme en France! Vous avez beau jeu de prétendre que la connerie est également partagée, qui pourrait dire le contraire? Oui, il y a eu à une époque pas si éloignée des attitudes racistes de la part de municipalités et de militants du pc. Néanmoins, je pense que depuis la fin de la guerre d'Algérie, c'est surtout dans la mouvance de l'extrême droite que s'est cristallisé le racisme —avec des apports populaires venus du PC, c'est possible (entre parenthèse, je ne suis pas de ceux qui voient dans les électeurs FN des braves gens égarés, mais bien des héritiers "spirituels" de la France collabo). Je connais "Hospitalité française", pour votre information, et je pense par ailleurs que vous allez à la pèche préférentiellement des références qui vous conviennent. Enfin, je vous reproche de lire trop vite, en diagonale ; par exemple le bouquin dont je parlais a été publié en 1973. Quant à me passer de votre confiance, Scheiro, je parviendrai à m'y faire.

Nicolas a dit…

Le titre du billet est parfait pour décrire la réponse de Scheiro : c'est génial, rien à ajouter. Il est beau. On intellectualise le racisme pour le justifier.

Bravo.

BBL a dit…

De quelques biais dans votre article, qui me laissent à penser que vous employez exactement les procédés que vous dénoncez :

« Comme il ne s'agit pas de se déclarer soi-même raciste —ils se veulent au-dessus de ça, en principe— » > les partisans de droite sont donc nécessairement racistes, même s‘ils refusent de le déclarer parce qu‘en plus ils sont arrogants et snobinards (se veulent au dessus de tout ça….)
« il n'est question dans leurs articles que de dénoncer les intentions racoleuses de la boboïtude, qui veut voir du racisme partout afin d'occuper le devant de la scène » > ah bon ? On n’a pas du lire les mêmes articles, et pourtant je reviens tout juste des endroits que vous indiquez. Auriez vous lu les articles en diagonale ? Qui a parlé de « racoler » et « d’occuper le devant de la scène » ? N’était-il pas plutôt question de mettre en cause quelques préjugés qui sous-tendent le discours de nombreux individus contemporains (bobos, intellos gauchistes…mais il n’est pas dit non plus que tous les bobos, intellos, gauchistes….sont influencés par ces préjugés et ces réflexes faciles, ni qu’ils sont forcément les seuls concernés ….) Ou vous vous en tenez à ce qui est dit, ou vous tombez dans des procès d’intention que vous jugez par ailleurs détestables m’a-t-il semblé ?
« De fait, il est arrivé plus d'une fois qu'une agression soit abusivement qualifiée de raciste »  > et alors ? Quel rapport avec la choucroute, ce n‘est pas non plus ce qui est en cause il me semble ?
« Ce genre d'erreur me semble pourtant, de loin, moins préjudiciable à la société que la propension contraire de la droite à vouloir étouffer hypocritement toute affaire où le doute n'est pas permis «  > C’est vous qui le dites, non seulement vous ne le démontrez pas mais en plus, ça ne peut en aucun cas servir d’argument dans cette pseudo-discussion virtuelle, étant donné que ce n’est pas vraiment ce qui est en cause ici et que ces propos, s’ils vous feront sans doute paraître sympathique, n’ont, encore une fois, rien à voir avec la choucroute ! Il n’est pas dit, dans l’article que vous liez, que les gauchistes voient du racisme partout (même si cela a pu être dit ailleurs) mais qu’ils sont beaucoup plus sensibles aux préjugés de race qu’ils semblent en avoir conscience !!
« Les manifestations de haine intercommunautaires pourrissent lentement la vie publique »  > platitude peut-être destinée à vous attirer des sympathies, mais qui ne vient pas ici non plus à l‘appui d‘un quelconque raisonnement ou d‘une quelconque démonstration….
« Je me suis pour ma part engagé contre le racisme, lorsqu'en 1971 un gamin nommé Djilali Ben Ali fut assassiné à la Goutte d'Or par un adulte… »  > exercice d’auto-justification destinée sans doute à vous rassurer sur votre identité de gentil non-raciste, comme si on vous avez accusé de quelque chose … Faudrait voir à sortir de ces réflexes de culpabilisation qui vous empêchent de sortir de vous-même et de voir le monde autrement que comme une scène où s’expriment votre vie intérieure et se jouent vos problèmes de conscience … vous n’auriez jamais dû tourner le dos aux curés, vous voilà bien maintenant, avec votre culpabilité et cette demande permanente de salut pour votre âme…
« Notre éditeur refusa, jugeant que publier un roman antiraciste pour la jeunesse (du reste sans aucun point commun avec l'événement à la source), était en soit assez provocateur » > suite de l‘auto-justification et tentative pour vous convaincre que vous appartenez bien, identitairement à cette catégories de personnes que vous semblez idéaliser, que sont les résistants et les progressistes….
« Pourquoi revenir sur des choses aussi anecdotiques? » > oui, pourquoi ?
«  Disons que j'y vois une illustration de mon propos… » > si votre propos consiste à dire que vous êtes un gentil non-raciste résistant et progressiste, cela peut sans doute passer pour une tentative de démonstration…
«  Parce que lutter contre le racisme ou l'antisémitisme, toujours présent comme un vieux truc ranci dans la mentalité franchouillarde, n'a jamais été de soi »  > les combattants maintenant, n‘oublions pas les valeurs de la lutte, de l‘effort et les progrès sociaux durement acquis (encore de quoi culpabiliser un peu ceux qui seraient tentés de penser autrement…ou de penser tout court…)
« Il y faut de l'effort et une attention vigilante à ces discours d'une partie de la droite qui ne renoncera jamais à dévaloriser l'idéal républicain de fraternité » > ah bon, la droite est contre les idéaux républicains ??? La fraternité est une valeur spécifiquement socialiste ???

Bon je sais, je vous fais aussi quelques procès d’intention au passage… mais c’était juste parce que j’avais 5 minutes à perdre ce soir, pour tenter de montrer que vous n’échappez pas non plus aux raccourcis faciles, aux préjugés stigmatisants, aux faux arguments, au subjectivisme, à la mauvaise foi, aux déterminismes socio-culturels (et particulièrement religieux) dont vous vous pensez exempt….
Rien de grave….juste de quoi relativiser un peu les positions et croyances identitaires de chacun d’entre nous….

Le coucou a dit…

Nicolas, merci!

BBL
Plus le temps de vous répondre ce soir. Vous avez mal lu, ce billet n'est pas une réponse à l'article de NLF. J'ai précisé que ce dernier en est une source lointaine. C'est à dire, qu'au moment d'écrire mon billet, vite et trop tard, je me suis "inspiré" de sa lecture remontant à plusieurs heures, sans prétendre le commenter.

BBL a dit…

D’accord pour les sources lointaines (je n’avais pas saisi le terme « lointaines » dans le sens que vous précisez maintenant) mais hormis les accusations de « hors sujet », je maintiens que votre billet est quand même farci de préjugés et de faux arguments que vous dénoncez par ailleurs…Et manifestement sous-tendu par de purs réflexes identitaires non ?
Mais bon, au final, je m’en fous un peu. C’était juste pour dire…. Les discours et positionnements socio-politiques, ça relève quand même beaucoup des mécanismes de repérage identitaire et de réassurance narcissique je trouve ..

Marc a dit…

@ BBL : la déconstruction systématique des discours et l'analyse des motivations profondes peut être un exercice salutaire mais malgré le longueur du développement, le résultat de l'excercice me semble ici un convenu ! Donc en résumé fustiger certaines attitudes anti-antiracistes serait forcément un mécanisme de repérage identitaire et une réassurance narcissique.
C'est oublier que les discours se construisent aussi sur une expérience concrète de l'éthos des gens divers et variés que l'on côtoit de près ou de loin chaque jour. Je les connais bien tous ces gens des assemblées de quartier qui veulent bloquer tous les accès menant ou venant de quartiers moins favorisés ou plus bigarrés, je sais bien ce qu'ils disent aussi des écoles de ces quartiers. Eh bien je peux témoigner que le préjugé social (je ne veux pas dire "raciste" à la légère) est fortement ancré. Je les connais sur le terrain ces anti-antiracsites qui veulent se claquemurer dans leur petit quartier favirisé en fermant le plus d'accès possible. Héroïsme quand tu nous tiens ...

Marc a dit…

je voulais écrire "le résultat de l'exercice me semble un peu convenu"

bbl a dit…

Marc, relisez, je n'ai jamais dit que "fustiger certaines attitudes anti-antiracistes serait forcément un mécanisme de repérage identitaire et une réassurance narcissique".
J'ai dit que ce billet n'apportait aucun véritable argument pour défendre la thèse de l'auteur (qui après rectification et prise en compte des sources lointaines semble se résumer à ceci : ceux qui trouvent que les gauchistes en font trop avec le racisme sont des fachos de droite racistes qui ne veulent pas se l'avouer !!), et qu'il se contentait de réassurer l'auteur sur ses propres intentions...
En fait je dis juste que cet article ne déconstruit pas du tout le discours qu'il dit cibler, puisqu'il tape ailleurs et à côté !!! Rien de plus ...

Marc a dit…

oui BBL vous avez bien raison de ne pas vous laisser faire et de recadrer, la déformation des propos est une chose si courante !
En fait quand j'ai lu le billet sur NLF, ça m'a rappelé les réactions du blog de la revue hebdo "Valeurs Actuelles" sur lequel j'ai joué un temps la provoc pour m'amuser en tenant des discours très à gauche. En fait ces gens avaient tout à fait le style NLF. Pas des gens racistes non, simplement grotesques.

Marie-Georges Profonde a dit…

Je suis d'accord avec Nicolas. Vous dites les choses de manière suffisamment subtile pour déjouer ce faux procès d'"antiracisme démago" fait à la gauche et votre titre est parfait !

Scheiro a dit…

Quant à la question communautaire que fustige les gens comme le Coucou, ça me fait sourire, venant d'un type qui appelle les socialistes "ma famille".

Je suis d'accord avec Marc, ces mecs là sont bons pour faire des discours sur les blogs et dans les meetings, mais, dans la réalité, ce sont les 1ers à appeler la police si un type à l'allure étrangère traverse leur quartier résidentiel.

Encore une fois, discuter avec des types d'aussi mauvaise foi, qui passent leur temps à essayer de se convaincre qu'ils sont meilleurs que leurs voisins, c'est perdre son temps.

BBL, tu fais bien de mettre le Coucou face à ses contradictions, mais, au final, ça ne changera pas gd chose. Parce qu'il se trouvera tjs une excuse, pour justifier ses manquements à la logique discursive et n'apportera que des pseudo-arguments qui ne tiendront pas plus la route que les précédents. Et quand il se sentira complètement coincé, il rentrera dans son trou et fera comme si rien ne s'était passé.
Ces gens haïssent les curés et pour cause! Ils sont directement en concurrence avec eux, simplement parce qu'ils se veulent les champions incontestés du sermon et cherchent en permanence à faire des leçons de moral. Rien d'étonnant à ce qu'ils se reconnaissent parfaitement dans les discours de la Royal, la mère-supérieure ;-))

Marc a dit…

L'avantage (ou le problème, c'est selon) avec Nicolas c'est qu'il illustre parfaitement le repérage identitaire que décrit BBL.
Mais il devrait commencer par à apprendre à lire car pour voir dans le message de Scheiro (et ceux qui connaissent nos précédents comprendront que je n'ai pas le moindre intérpet à prendre sa défense) une intellectuation du racisme, il faut être un peu... disons embrouillé.

Scheiro a dit…

...leçons de morale... les rois du catéchisme laïcard !

Marc a dit…

oops je voulais écrire "intérêt", "intellectualisation"

Scheiro a dit…

Merci, Marc, pour la caution. C'est bien parce que je lute contre les préjugés faciles de ces énergumènes qui passent leur temps à essayer de jeter l'opprobre sur ceux qu'ils considèrent comme leurs adversaires - sans même prendre la peine de les connaître - que je consacre une peu de mon temps à rédiger qqs lignes sur des blogs hyper-partisans et quasi-sectaires.

Scheiro a dit…

Dire que ces gens se présentent comme des gens "ouverts", "progressistes", "humanistes"... c'est à se tordre de rire.

Marie-Georges Profonde a dit…

@Scheiro : "Préjugés faciles" ?! Depuis le début vous ne citez aucune source concrète et vous dénoncez une meute d'"intellos de gauche" ou de "médias", vous parlez de "gens", "rois" et autres "énergumènes" invisibles et groupés. C'est plutôt cela qui est à se tordre de rire ! Pour moi, le préjugé se niche précisément dans ces termes désignant des masses imaginaires unicérébrales.
Commencez par réagir à un propos concret d'un auteur lu quelque part dans la presse (cette phrase est plutôt est le reproche que j'adresse à NLF au sujet de son article) et nous pourrons peut-être discuter sur quelque chose.

Scheiro a dit…

Vous vous êtes parfaitement reconnus Georgette, sinon, vous ne seriez pas en train de m'interpeler. Mais, encore une fois, vous faites semblant de ne pas comprendre - c'est votre seule ligne de défense - et ceci simplement parce que je ne chante pas vos louanges, seule mélodie que vous aimez entendre vous et les gens qui vous ressemblent.

Marc a dit…

Mais c'est un vrai truc de ouf ici !
je ne suis pas vraiment d'accord avec Scheiro dans son interprétation des motivations du Coucou, mais quand il fait l'historique du racisme de gauche, on ne peut pas dire qu'il ne cite pas de source ccncrète.
MGP comment pouvez-vous écrire : "vous ne citez aucune source concrète" ?? Y aurait-il là aussi quelque brouillard cérébral à dissiper ?

balmeyer a dit…

Le débat peut être passionnant, entre contradicteur de bonne foi, je l'ai déjà ressenti comme excitant.

Scheiro, il est dommage, et je dis ça en toute sincérité, que vous adoptiez une posture systématiquement hautaine, méprisante, par rapport à vos contradicteur. Si cet "effet de manche" a sa justification dans les débats "sur les blogs", il décourage franchement d'en savoir plus.

C'est une sorte de fin de recevoir par rapport à votre interlocuteur, qui n'est pas si différente de la figure du gauchiste persuadée d'être dans la vérité, figure que l'on peut parfois dénigrer avec raison.

Je dis ceci car il m'est arrivé d'avoir ce genre de conversations et d'en tirer un vrai profit intellectuel, avec des blogueurs "de droite", ou réactionnaires, ou conservateurs. Ces derniers s'avéraient peut-être plus obstinées, plus patients, peut-être plus bienveillants...

Le coucou a dit…

Bonjour ! Je réponds tard, veuillez m'excuser…
D'abord, comme je l'ai brièvement indiqué hier soir, ce billet n'était pas une réponse à l'article de NLF, bien qu'il m'ait été indirectement inspiré par sa lecture et celle des commentaires qui l'accompagnaient. Pour moi, l'article en question, certes rédigé avec talent, ressemblait davantage à un pamphlet qu'à une réflexion susceptible d'alimenter un débat profitable. En particulier le jeu paradoxal sur l'inversion théorique des votes blancs / noirs (je l'évoque de mémoire) m'a semblé très artificiel. Mais bon, j'ai dû lire trop vite… Mon propos, de dernière minute ainsi que je l'ai dit, était plus modeste. Il visait, après l'entrée en matière polémique que certains me reprochent, à m'arrêter un instant sur le fait que la lutte contre le racisme et l'antisémitisme ne coule pas de source, même si cela devrait être le cas. Loin de moi l'affirmation de prétendre que la droite serait globalement raciste! Je suis d'accord que cela n'aurait aucun sens. L'extrême droite l'est, raciste et antisémite. Au passage, j'attire votre attention sur l'information de la demi-journée selon laquelle des skinhead néo-nazis projetaient un attentat contre B. Obama. Cela me permet de préciser ma pensée : aujourd'hui, c'est particulièrement à droite, une certaine droite, que l'on trouve le racisme —qu'il concerne aussi les milieux populaires ne change rien au constat. Et c'est à gauche que se trouvent les militants de l'anti-racisme. D'une façon plus "soft", c'est également à droite que l'on constate une propension à minimiser l'importance des actes de racisme, et à gauche que l'on s'en émeut le plus. Dans l'exemple du bouquin dont je parlais, que mes contraintes ont rendu elliptique, j'aurais dû mentionner l'inquiétude, les hésitations qui ont accompagné sa rédaction et son édition, pour mettre en lumière que dans un contexte tendu choisir de dénoncer le racisme est inconfortable. Et j'aurais aimé poursuivre avec ces trop rares exemples, infiniment plus probants, de personnes isolées intervenant pour mettre fin à des actes racistes… Je voulais donc parler de la société d'aujourd'hui, de la droite et de la gauche d'aujourd'hui, et non faire une incursion dans l'Histoire, Scheiro! Je ne trouve pas qu'un blog —du moins celui-ci—, soit le lieu idéal pour faire assaut d'érudition enrubannée d'imprécations. Vous gâchez ce que vous pouvez avoir à dire de pertinent, éventuellement, par l'écœurement devant tant de violence.
En tout cas, merci de votre intérêt, chacun par son nom et sa participation. Merci Nicolas, BBL, Scheiro, Marc, Marie-Georges, Balmeyer !

bbl a dit…

"Cela me permet de préciser ma pensée : aujourd'hui, c'est particulièrement à droite, une certaine droite, que l'on trouve le racisme —qu'il concerne aussi les milieux populaires ne change rien au constat. Et c'est à gauche que se trouvent les militants de l'anti-racisme".
Mais la question est de savoir si le militantisme antiracisme sert bien la cause qu'il défend, ou s'il entretient au contraire le préjugé de race... On peut bien légitimement poser la question sans être accusé de vouloir étouffer la réalité du racisme non ??

Le coucou a dit…

Évidemment, oui, on peut! Encore un exemple : à l'épicerie, un jour, une brave dame achète le journal, lit un titre de la Une à propos des revenus de je ne sais plus quel "people", et s'exclame: "encore un juif!". Fallait-il laisser les témoins se rengorger éventuellement avec elle sur le même registre? Je l'ai apostrophée et mise dans l'embarras, sans avoir l'impression de contribuer ainsi à fortifier l'antisémitisme. Ne pas lui laisser l'illusion que opinion était "normale", partagée par tout le monde.

balmeyer a dit…

BBL > la critique de l'antiracisme est pertinente, je trouve, lorsqu'elle attaque cette volonté de trouver "des slips sales" chez chacun ; l'expression est d'Ygor Yanka dans un article sur Pierre Assouline.

Il y a un réel abus de "procès d'intention" qui conduit vers un politiquement correct lorsque, inquisiteur, on cherche derrière chaque réflexion ou début des motivations racistes.

Cette critique est salutaire, mais souvent, hélas, elle s'insurge contre des simplifications ("le bien est à gauche, le mal est à droite", "parler de races c'est être raciste") tout en pratiquant elle même des simplifications outrancières ("les antiracistes sont tous des mongolitos bisounours").

Mais bon, je parle de ceci en ayant surtout des blogs en tête, il ne faut sans doute pas généraliser.

Canard a dit…

Bonjour,

" Au passage, j'attire votre attention sur l'information de la demi-journée selon laquelle des skinhead néo-nazis projetaient un attentat contre B. Obama."

ça devait être une terrible menace... Bon, c'est vrai, c'est un gros préjugé de ma part, mais j'imagine mal des skinhead néonazi consituer une véritable menace (organisée et "intelligente", je veux dire) vu que ça m'a l'air d'être des espèces de bœufs complètement abrutis... Mais bon, vous voyez, mes préjugés... (et je n'ai pas lu non plus l'information)

Bon, sinon, à part ça, j'ai lu ça il y a quelques temps, un petit extrait

"How progressive a person seems to be on the surface bears little or no relation to how prejudiced he or she is on an unconscious level--so that a bleeding-heart liberal might harbor just as many biases as a neo-Nazi skinhead."

source.

BBL a dit…

Je suis bien d'accord avec vous Balmeyer, mais il n'était pas question pour moi de dire que "parler des races, c'est être raciste", j'avais plutôt en tête l'article de NLF auquel je supposais que Le Coucou adressait ici une réponse.
Aussi me semblait-il que NLF soulignait le paradoxe inscrit dans le fait de voter pour un homme noir, du fait de sa couleur et des représentations qu'on lui associe, au nom de l'anti-racisme...
Je trouvais donc que le billet du Coucou se contentait de stigmatiser les partisans de la droite, supposés racistes non déclarés, en évacuant les questions posées par le paradoxe ainsi ciblé (ne fait-on pas appel à des préjugés faciles pour lutter contre les préjugés etc....)
Mais le Coucou a recadré ses intentions, puisqu'il dit qu'il ne cherchait pas à répondre à cet article par lui lié....
Après, je ne me sens pas obligée non plus de me justifier en permanence sur mes positions, racistes ou anti-racistes, et à vrai dire, je trouve assez curieux que beaucoup se sentent aujourd'hui sommés de le faire... C'est quoi ce climat d'inquisition ?

balmeyer a dit…

BBL > pas d'inquisition de mon côté, je parlais d'une manière générale.

Quand je dis : "parler des races, c'est être raciste", je parle d'une polarisation qui se créé systématiquement à tort ou à raison sur certaines conversations.

Canard a dit…

"Mais le Coucou a recadré ses intentions, puisqu'il dit qu'il ne cherchait pas à répondre à cet article par lui lié...."

Qu'est-ce que ça change, les intentions?

Canard a dit…

(non, je reformule, ça de l'importance, les intention? Si oui, dans quelle mesure?)

Le coucou a dit…

BBL, je n'ai sommé personne d'expliquer sa position. Le lien était peut-être en trop, mais je renvoie toujours aux points de départ de mes billets, même flous… Vous vous êtes exprimé (fort bien), parce que vous le souhaitiez, j'imagine? Et je partage l'avis de Balmeyer sur le fait qu'il est difficile sur les blog d'échapper la polarisation avec ce type de sujet.
Canard, espérons que la dangerosité des skinhead est à la mesure de leur QI. Quant à mes intentions, elles n'ont guère d'importance, en effet. Le lecteur fait ce qu'il veut d'un texte…

BBL a dit…

Canard : je me fous des intentions profondes du Coucou !! Mais c'est la perspective dans laquelle il inscrit son billet qui importe : si le billet est une réponse à des arguments avancés ailleurs (chez NLF), je ne trouve pas qu'il le fasse de façon pertinente et en avançant de réels contre-arguments... Dans une autre perspective, ses propos prennent un autre sens, et ma critique portera éventuellement sur autre chose...Ca me paraissait plutôt évident mais bon ...
Balmeyer, j'avais compris que vous ne n'attendiez pas de justification de ma part, c'était aussi une réponse générale :-) on va peut-être arrêter de répondre chacun à des attaques qui ne nous sont pas directement adressées peut-être :-) Ca en dit long sur le climat ...

Canard a dit…

Ok, d'accord, expliqué comme ça, je comprends parfaitement (non, effectivement, ce n'était pas évident pour moi...).

Qui vous a sommé de justifier ses positions?

Canard a dit…

("je comprends parfaitement", non, mieux...)

BBL a dit…

Canard : décidément il faut tout vous exliquer :-) Mais effectivement il y tellement d'interprétations possibles ....
Personne ne m'a sommée de rien, du moins je ne me sens sommée de rien (c'est ce que je précise dans le comment précédent), mais à lire les blogs et à entendre les conversations D'UNE MANIERE GENERALE, j'ai vraiment l'impression que l'anti-racisme est devenue une injonction profonde, que chacun doit chercher à se justifier en permanence, y compris en accusant les autres ... C'est insupportable je trouve, et ça bouffe toutes les discussions sur le sujet (le repérage ou la réassurance identitaire éclipsant bien souvent les arguments...)
Le Coucou : pour être plus claire donc, je ne me sentais pas obligée de me justifier ici, mais j'ai eu le sentiment, en lisant votre billet, que vous oui ... Ce n'est que mon interprétation...

Canard a dit…

AAAH Ok! Mais ça m'effraie ce genre de choses... ça veut dire alors qu'avec certaines personnes (tout le monde n'est pas comme ça, quand même?), il faudrait tout justifier, tout expliquer, ou presque tout?

Cette injonction à l'anti-racisme, un peu comme les non-fumeurs et les sportifs fanatiques qui voudraient obliger tout le monde à faire du sport par exemple? (pff, quelle bande de petits tyrans...)

Le coucou a dit…

Canard, ne faite donc pas d'amalgame ! Je suis antiraciste, mais fumeur et profondément allergique aux messes sportives.

BBL a dit…

Ce que je trouve particulièrement insupportable, ce sont surtout les tentatives pour culpabiliser les autres de façon à prendre le pouvoir sur eux... Dès fois je me demande si certains militants ont d'autres objectifs que de prendre le pouvoir sur les autres, en les obligeant à des examens de conscience ... Or l'Ethique, il me semble, concerne d'abord ce que l'on doit exiger de soi-même...

Canard a dit…

Mais enfin, moi aussi je fais des amalgames? Ah, fichtre, non, pas ça :))
(et en plus je posais une question ;)

C'était pour faire un lien dans la chose, pour que je puisse mieux comprendre ;))

BBL,

"Ce que je trouve particulièrement insupportable, ce sont surtout les tentatives pour culpabiliser les autres de façon à prendre le pouvoir sur eux..."

Les gens ne savent pas voir quand ça arrive? Ou bien c'est quelque chose de difficile à repérer, ou bien il y a des gens qui sont plus susceptibles d'être mis sous pouvoir?

"Or l'Ethique, il me semble, concerne d'abord ce que l'on doit exiger de soi-même... "

Je suis bien d'accord :))

Canard a dit…

(enfin, "je suis bien d'accord", comme si je savais ce que c'est l'Ethique ou en avais une idée précise... Non, pas du tout, évidemment... , ok je sors, :))

Scheiro a dit…

Une posture systématiquement hautaine? Je ne me vois pas, mais je veux bien vous croire, Balmayer. Je sais que si j'arrivais à prendre le ton - dépassionné? - qui vous caractérise, j'aurais moins de difficultés à me faire entendre et certainement plus d'amis. Ce n'est pas un effet de manche, c'est une manière de dissimuler la violence de mes propos. Parce qu'en réalité, je ne suis pas trop civilisé, j'ai du rater pas mal de cours d'instruction civique lors de ma scolarisation.
Mais, pour tout vous dire, Balmayer, c'est surtout que je n'aime pas qu'on me serve des discours prémachés, faits de faux arguments mille fois ressassés, des choses que vous n'avez pas besoin d'entendre, tellement on vous a matraqué le crâne avec de pareilles conneries, au cours de votre existence. Je méprise les interlocuteurs qui se contentent de vous balancer les pires clichés en guise de répartis dans une discussion, c'est à dire des "idées" qu'ils n'ont pas pensées, mais ramassées ici et là, dans les poubelles qui leurs tiennent lieu de monde référentiel. C'est comme si, au restaurant, on vous servait des boites de Canigou ou du surgelé avarié en guise de repas. Je veux bien partager un repas avec un blogger qui ne sache pas cuisiner, mais je ne peux pas bouffer de la merde mille fois réchauffée qu'on essaye de me faire passer pour une recette délicieuse comme le font beaucoup de bloggers, trop persuadés que leurs interlocuteurs ne détecteront rien. C'est ça qui me rend grinçant, Balmayer. Vous me comprenez?

bbl a dit…

Hey Canard, je crois que vous me rappelez quelqu'un qui s'exprimait un peu comme vous ... Diantre !!!

Canard a dit…

Hey BBL, d'abord, quand tu t'adresses à moi, c'est "Sa Majesté le Canard, m'autorisez-vous à vous adresser la parole? Quel est le protocole?"!

Canard a dit…

Non, vous devez confondre, je pense...

Scheiro a dit…

C'est bien ce que je prétends BBL, faire de la politique c'est s'arroger une parcelle de pouvoir sur l'autre. Comme on n'est pas sûr d'y parvenir tout seul on se regroupe en parti pour essayer d'avoir le fameux pourvoir, tant pis si on ne le détient pas tout tout seul.

Mettons que A. sois pour Obama et que le Coucou soit pour MacCain; quand MacCain sera proclamé président des USA le Coucou dira, non, le Coucou pensera "A. je l'ai bien eu". Mais pour en arriver là, il faut qu'il soit bien sûr que A. soit pro-Obama. Alors par 1000 moyens détournés - ie le racisme, attribut de la droite - il cherchera à se renseigner. Pour le Coucou, si tu n'es pas de droite tu es de gauche, et, même au centre, tu es centre-droit ou centre-gauche. Pour cette catégorie de personnes, la vie est simple: elle s'articule de façon binaire 0/1. Mais comme c'est évidemment trop plat comme système, ces personnes mettent en compétition le 0 et le 1 avec la grande question à la clef: qui des 2 va commander? Jamais dans la cervelle ne germera l'idée qu'il puisse y avoir une infinité de grilles au travers desquelles d'autres lectures du monde sont possibles. Que tout ne se résume pas à la simple opposition Blanc/Noir, Riche/Pauvre, etc. Mais ça c'est déjà trop compliqué et surtout on risque de s'y perdre. Alors comme ces gens sont avant tout grégaires, ils s'en tiennent aux choses les plus simples à comprendre, celles pour lesquelles ils sont sûrs qu'elles ne diviseront pas le troupeau. Le Un et le Multiple ;-))

bbl a dit…

Ah non, v'la aut'chose ! Il faut que je tombe sur les protocollants maintenant :-) Après l'anti-racisme, le pro-tocole, c'est trop fort pour moi, je raccroche !!

BBL a dit…

Non point de multiple Scheiro : le un et le deux, ça suffit amplement : un troupeau, unifié donc, A si tu veux, et un autre troupeau, opposé au premier et face auquel il peut se reconnaître comme appartenant à la classe des B. > la base du mécanisme identitaire quoi !!
Mais pour les prises de pouvoir, je pensais à des choses bien plus pernicieuses encore que celles que tu évoques ... Le pouvoir par culpabilisation : les pousser à se reconnaître comme mauvais et à vous reconaître comme bons, et leur indiquer ensuite ce qu'ils doivent faire et même penser pour se racheter !!! C'est vieux comme le monothéisme non ?

Canard a dit…

Pardon? Vous osez mettre l'anti-racisme fanatique et sur le même plan que MON protocole? Diantre, je ne me pensais pas à ce niveau de souhait de pouvoir, mais enfin, j'assumerai, j'assumerai!

Bonne soirée :-))

PS: vous avez effectivement raison, vous faites bien de le noter (sans quoi je ne m'en serais pas rendue compte aussi "vite" ;))

Scheiro a dit…

Avant de raccrocher, BBL, notez bien que "Des intellos de droite et du racisme" est le seul billet, depuis des lustres, sur le blog du Coucou où il n'est pas question de Sarkozy. Si DSK a un problème avec les femmes, il me semble que le Coucou souffre d'un sérieuse sarkonévrose. Mais bon, de nos jours cette pathologie est encore plus courante que n'importe quel autre dysfonctionnement psychosociologique... ça finira par s'arranger... ça ne semble pas très grave...

bbl a dit…

Euh ... qu'est ce que j'ai bien pû vous faire réaliser si vite Canard ?? Moi aussi je m'étonne de mon pouvoir (et je ne sais même pas de quoi en plus...) :-)
Scheiro, mince, je culpabilise maintenant : on devrait peut-être permettre au Coucou de sortir plus souvent de sa sarkonévrose si j'ai bien compris, au lieu de ça, on l'encourage même pas sur ce billet!!
Bonne soirée à tous

Scheiro a dit…

Bon, je crois qu'il est temps de lever le camp, le Coucou et repartit à l'attaque de ses éoliennes. Je viens de me rendre compte qu'il est de nouveau en selle, un chrysanthème entre les dents. Quel combattant... le Che sur son vélib !

Canard a dit…

Mais... le binaire, c'est tout un langage... non?

Canard a dit…

Enfin, une base de calcul mathématique, plutôt qu'un langage (ou alors un langage informatique lol, bref, je ne sais pas, un truc qui m'a l'air bien compliqué comme ça, voulais-je dire...)

(la base binaire utilisée par les ordinateurs?)

Le coucou a dit…

Bonsoir à tous, moi je ne suis plus là…

Marie-Georges Profonde a dit…

Scheiro, avec tout ça, je ne peux plus rien dire : si je réagis c'est parce que je "me reconnais" dans vos propos injurieux et cela a l'air de prouver quelque chose pour vous. Grand bien vous fasse. Au moins aurez-vous jubilé, semble-t-il, à m'appeler Georgette depuis le début. Qu'est-ce qu'on rit.
Marc, j'ai relu le billet de NLF (j'ai précisé que je parlais du billet de NLF pour les sources...) et je maintiens : aucune source, juste des généralités floues. Mais libre à vous de vous exclamer que j'ai la berlue.
Bonsoir tout le monde.