samedi 14 mars 2009

Dix Français, quatre optimistes

Les sondages sont décidément des sources inépuisables d'étonnement. Il y a par exemple ceux qui nous décrivent l'inexorable descente de la popularité du président. Il ne peut donc pas couler à pic, plutôt qu'à petits points?
Cela permettrait peut-être aux médias et à l'opposition de réclamer à Nicolas Sarkozy la dissolution de l'Assemblée Nationale? Le billet d'hier de Piratages s'étonnait que personne n'évoque cette éventualité. On peut toujours rêver
Mais revenons aux sondages, car il y en a un autre qui prétend qu'aux yeux de 4 Français sur 10, Nicolas Sarkozy et Olivier Besancenot sont les plus crédibles pour changer le pays. Besancenot, on voit bien ce qui changerait avec lui…, mais N. Sarkozy! Étonnant, non? Cela démontre tout de même que 6 autres Français se méfient du président…
Et les raisons de se méfier ne manquent pas, avec tout ce que le bonhomme a réussi à démolir en si peu de temps. Il y a des gens comme ça. Vous les appelez en plein hiver pour réparer votre chauffage, et ils vous foutent le bazar dans toute la maison, dévissent, démontent, purgent… Résultat: ils s'en vont à la nuit tombée en vous laissant des fuites partout, du givre sur les vitres, et la chaudière en panne. Vous aimeriez bien vous passer de leurs services pour la suite, mais non, ils promettent de revenir demain, presque menaçants.
Je me demande si les quatre Français sur dix qui ont foi dans le président sont fortunés. Cela pourrait expliquer, mais je doute qu'il y ait autant de riches chez nous, si l'on rapporte cette proportion à l'ensemble de la population. Ne comptez pas sur moi pour faire le calcul, je m'en fiche. Les quatre en question feraient bien de s'interroger sur ce que Nicolas Sarkozy pourrait encore bricoler pour déglinguer la maison? Tiens, mettre à l'ordre du jour cette proposition de loi d'une partie de l'UMP qui voudrait rendre les études universitaires payantes, à l'américaine. Il aime beaucoup les solutions américaines, notre président: études à crédit, santé à crédit, relance à crédit…

PS. Grande nouvelle! Le Très-Haut a certainement dit à Mitslav: lève-toi et blogue! car le voici de retour parmi nous…

6 commentaires:

Marie-Georges Profonde a dit…

Peut-être que les optimistes pensent que les "solutions américaines" rendent forcément le pays plus riche, puisque les États-Unis sont riches, cqfd. Peut-être envient-ils aussi l'ampleur de la crise là-bas, ou la défaillance du système de soins, qui sait. On ne sait pas trop bien ce que ces gens espèrent pour le pays, finalement.
C'est donc le Très-Haut qu'il faut remercier pour Mtislav ? Me voilà bien !

Le coucou a dit…

Marie-Georges, est-ce qu'ils sont encore riches, les USA? Oui, sans-doute, à première vue. Je ne sais pas si les 4 chevaliers de l'optimisme sont les mêmes pour Besancenot et Sarkozy: en ce cas, leur vision du changement doit être difficile à interpréter, en effet.

le-gout-des-autres a dit…

Ce que je trouve remarquable avec la précision sondagière, c'est qu'a chaque nouveau sondage, notre énervé perd 6 points et se retrouve immuablement avec 4 point de plus que lors du sondage précédent.
Encore quelques baisses de ce type et il va se retrouver plébiscité avec 100% d'opinions positives.

Le coucou a dit…

le-gout-des-autres, en fait, on peut se demander si les divers instituts de sondages ne sont pas à l'affut des hésitations de l'opinion, au coup par coup, exclusivement pour satisfaire les attentes de leurs clients: pour celui-ci de droite, il faut du positif, pour cet autre de gauche, trouvons du négatif…

mtislav a dit…

Merci Coucou. C'est plutôt le Très-Bas qui m'inspire (c'est pour être tiré vers le haut !).

Le coucou a dit…

Mtislav, voilà pourquoi vous manquiez dans le paysage, élégamment lucide.