lundi 8 juin 2009

La victoire en perdant


Le taux de participation aux élections européennes a donc été de 40,48% (chiffres du ministère de l'intérieur), soit 59,52% d'abstention.
Cela n'empêche pas Nicolas Sarkozy et son UMP de crier victoire. Ils ont certes gagné en termes de sièges, mais de quelle victoire s'agit-il?
Comment M. Sarkozy et les siens pourraient-ils trouver dans ces résultats de quoi légitimer leur politique de destruction du pays? Avec une abstention frôlant les 60%, et un total des listes de gauche ou antisarkozystes atteignant 51,9%, on peut même dire que le pays leur dénie toute légitimité.
L'abstention est toujours une erreur, dont ceux qui se désolent trop tard du succès de la droite peuvent mesurer aujourd'hui les effets désastreux.
Les luttes de pouvoir pour le pouvoir sont une faute, dont le PS récolte le fruit amer. Je n'aimerais pas être à la place de ses dirigeants. Ils vont devoir surmonter le choc, certes, mais aussi envisager une sérieuse mise à bas de leurs méthodes politiques. Pour reconstruire, il vaut mieux toujours commencer par démolir les murs pourris. Avant de nous rendre l'espoir. Le temps est compté, il reste à peine trois ans…

12 commentaires:

mtislav a dit…

Jack Lang le soir de la fête de la musique. Des charades tous les jours, c'est dur.

Le coucou a dit…

mtislav,
mais tu te débrouilles comme un chef, côté charades!

HERMES a dit…

Je vais être méchant (ce que je déteste): tu n'as pas pris la mesure du pouvoir médiatique, tu n'as pas vu que ce n'était plus "Big brother is watching you" mais " You watch big Brother (TF1 §Co). Le PS ne s'est pas, ou mal, adapté aux médias quand ce sont eux qui dominent. La gauche est en coma dépassé er ne revivra que par quelqu'un de plus jeune, consensuel et unanimement accepté.Mais il faudra être rusé car les puissances du Dieu Argent veillent... Oublions tout et tous derrière un nouveau nom (Montebourt, peillon...?°
La semaine prochaine vous aurez le prochain étage de la fusée sarkoziste. Je vous souhaite bien du courage. Ce sera de pire en pire. Il deviendra Causcescu. Je crois que je vais changer de blog pour m'adapter à l'ère nouvelle.
Pour toi, il restera la beauté de l'imaginaire, des arbres, du soleil qui joue entre les collines, qui se couche mais qui renaît. Pour moi aussi. La conscience d'être là où on doit être sauve de tout. Amitiés.

Le coucou a dit…

Hermès,
j'aime bien tes commentaires, presque aussi élégants que tes billets. Pour le reste, non, je n'ai pas vu le pouvoir médiatique à l'œuvre, j'ai cessé de regarder la télé brutalement; un jour où, à la maison, nous avons décidé de ne plus subir un tel déferlement de merde. Mais je connais sa puissance. Sur l'avenir du petit Big brother, je crois encore qu'il faut garder la tête froide et ne pas imaginer que nous fonçons dans une farce tragique à la Roumaine. Il a suffisamment de pouvoir comme ça pour défigurer notre société durablement sans violence apparente.

martine s a dit…

On en a connu des défaites de la gauche...trop et plein. Les syndicats aussi n'arrivent plus à changer et à recruter . Ce qui m'inquiète c'est que ceux qui n'ont pas voté sont les plus désespérés. Et qu'il n'y a aucune solidarité.

Homer a dit…

Arrêtons de s'appesantir sur l'abstention: comment s'en surprendre alors que Maastricht est passé à 51% et que le traité de l'Europe n'a pas fait l'objet d'un référendum? Les Français ont été mis à l'écart de l'Europe, c'est tout. Et l'abstention de ceux-ci n'enlève rien au résultat, c'est juste l'échantillon de ceux qui s'expriment qui diminue.

Le coucou a dit…

martine,
oui, les vents de défaite passent comme tout le reste. Les abstentionnistes seraient les plus désespérés? Cela doit être en partie le cas, mais il y a aussi une masse d'indifférents à tout, amorphes de toujours…

Homer,
c'est ta façon de voir. Pour moi, l'abstentionnisme est pourtant une maladie honteuse de la citoyenneté. On peut être écœuré de l'Europe et trouver le moyen de soutenir ses idées malgré tout, ou voter blanc…

FalconHill a dit…

Je suis d'accord avec le fait que si le pouvoir médiathique était vraiment efficace, le oui l'aurait emporté à 80% pour la constitution européenne.
Et totalement d'accord sur le fait que c'est tout sauf une victoire pour l'UMP. Aucune réserve de voix, abstention record... Non, c'est faible 28%. Cela étant, 17%, c'est encore plus faible...

(mais en 99', un petit gars eu fait 12%, et trois ans après il était numéro deux d'un gouvernement et commençait son ascension vers l'Elysée...)

Bonne journée

Flèche a dit…

Homer a raison sur le fond, les Français et bien d'autres ont été mis à l'écart. En fait l'Europe se fait sans l'assentiment réel des peuples.
Reste que l'abstention je suis profondément contre. Quand on ne sait pas pour qui voter, on vote blanc mais on vote.

Le coucou a dit…

Falcon,
voilà: les médias ne peuvent rien quand un courant profond de rejet traverse le peuple. Là, j'ai l'impression que c'était encore un rejet populaire de l'Europe…, et des partis qui ont déçu.

Flèche,
l'Europe des marchands et des financiers rebute, c'est un fait, au point qu'on ne voit pas ce qu'il lui arrive de faire bien… Et sur l'abstention, nous sommes d'accord: il faut voter blanc pour manifester clairement son opposition globale. Mais on rejoint l'arlésienne de la prise en compte du vote blanc, souvent évoquée, toujours refusée.

Monsieur Poireau a dit…

Bon, zut, ça annule presque mon commentaire précédent !
Je trouve dommage que les médias ne soulignent pas plus que quand les électeurs s'expriment en masse comme pour le projet de constitution et qu'on leur claque le bec par voie parlementaire, il est assez logique que les électeurs se découragent.
L'actualité n'a vraiment plus aucune mis en perspective, c'est assez grave…
:-))

Le coucou a dit…

M Poireau, ouille! j'avais oublié ton commentaire d'ici! C'est vrai que les médias auraient fait leur boulot en effectuant ces rapprochements entre l'abstentionnisme des électeurs d'aujourd'hui et le mépris de leur verdict d'hier!