lundi 22 juin 2009

Nicolas 1er parle à Servailles


Monsieur le maréchal du Sénat,
Monsieur le tambour-major de l'Assemblée,
Monsieur le Premier Sapir mange-couleuvres,
et puis vous, mes loyaux sénateurs et députés,
et vous aussi, mes sapirs ordinaires, chacun par son rang et son sexe, les femmes et les grands enfants d'abord,

C'est la première fois que je viens causer devant vous, comme qui dirait dans votre salle à manger. Oui, je sais, y en a que ça dérange: on m'a dit que les trois bouseux de l'opposition sont pas là, mais entre nous, on s'en fiche, hein? Y a plus de cent ans qu'aucun chef d'état ne s'était adressé directement au petit personnel Franchois, vous vous rendez compte? Le bon Saint Henri qui connaît ces trucs là sur le bout du doigt, m'a dit que la fois d'avant c'était Charles Antoine Naboléon. Ça tombe bien, parce que Naboléon, il était président au début, puis il a fait empereur des Franchois, tout comme moi. Maintenant que l'empire est bien installé dans les têtes, on va pas faire de chichis plus longtemps, pas vrai? Si j'ai fait le trajet jusqu'ici, c'est pour mesurer l'importance que vous m'attachez, à moi et à mon rôle historique.
Vous avez de la chance de m'avoir, vous savez! Parce qu'il faut pas se cacher derrière son petit doigt, je l'ai déjà dit: la crise est là, ça va continuer, mais les distributions d'huile de foie de morue aux pauvres aideront à la faire glisser. C'est une mesure sociale très importante, qui coûtera cher, malheureusement. Pour la financer, j'ai demandé à Mme le Sapir de la cassette et de la garde-robe de lancer un emprunt national: chaque Franchois prêtera à la cassette l'équivalent de la moitié de son salaire mensuel, la déclaration fiscale faisant foi. Les appels d'emprunt arriveront dans les boîtes aux lettres dès la fin de l'été.
Je peux vous annoncer aussi que je n'ai pas attendu les résultats des élections œuropéennes pour penser à l'environnement: vous aurez bientôt à voter le RDR, remboursement de la dette radioactive, ainsi que la TVCM, taxe sur les vents corporels et méthane. Cette dernière nécessitera la distribution généralisée de compteurs-suppositoires actuellement en cours de fabrication. Le coût du compteur sera, m'assure-t-on, amorti en l'espace de trois mois.
Enfin, mes chers sujets, je ne résiste pas à vous faire remarquer l'harmonie qui règne désormais dans les médias de l'empire, sous la houlette de Mme le Sapir de la Bien Parlance. Le journaliste du Journal n'écrit que de belles choses instructives, le calme et l'ordre sont la marque de Télé Nicolas 1er. Ce n'est pas chez nous qu'on verrait un directeur de la radio mettre au placard un journaliste qui l'a vexé six mois plus tôt, comme ça vient de se produire en France! Chez nous, c'est nickel: un journal, une télé, un seul discours, le mien.
Mesdames et messieurs du Sénat et de l'Assemblée,
C'est mon avenir que les Franchois nous ont confié.
Nous y veillerons!
Vive l'empire!
Vive moi!

14 commentaires:

Monsieur Poireau a dit…

Tu sais quoi ? C'est mieux que le vrai !
:-))

[N'oublions pas que les franchois les mieux munis sont naturellement exemptés. Etant déjà chargés d'or, on ne peut tout de même pas leur demander d'effort supplémentaire…].

Filaplomb (éditeur de bonnes nouvelles) a dit…

Vite, Philippe Val cherche à poste à monsieur Pommier !
S'il ne l'a pas viré pour raison personnelle, voilà qui est, pour le moins, lamentable de la part d'un directeur, ne pas savoir gérer l'affectation des postes…

Nicolas a dit…

Toujours en forme, le Coucou !

C'est le billet que je voulais écrire ce matin (avec mon style...) mais je n'ai pas réussi !

Nicolas a dit…

Tiens ! Hop... Surveille ton compteur...

martine horovitz silber a dit…

quel style!il n'en fallait pas moins (bon j'ai pas regadé, trop de sarko, c'est trop

MACAO a dit…

Si Servailles m'était compté à un prix fou !!
Il y a des applaudissements qui font mal aux oreilles, et une presse encore plus nulle;heureusement que tu existes "mon coucou" sinon il faudrait............merci.

babelouest a dit…

Toujours pas réaliste, le monarque ! Au lieu de compteurs à vent, il aurait dû prévoir des moulins à vent ! Le matin sommeilleux et venteux, pour chauffer le café il n'y aurait pas eu mieux. Cela aurait soulagé.... non, pas ce que vous pensez ! la facture de gaz!

Le coucou a dit…

M Poireau,
Merci.
C'est vrai, j'ai oublié qu'il a précisé qu'il n'augmentera pas les impôts.

Filaplomb
Il faut dire que personne n'aurait imaginé qu'il aurait l'audace de faire ça, alors que ses fesses n'ont même pas encore chauffé le fauteuil directorial!

Nicolas,
Merci, c'est sympa, mais heureusement que ton billet était là pour me résumer l'essentiel
du discours! :-))

Martine,
moi aussi, je n'ai pas regardé, ni écouté. Seulement lu le texte du discours, après coup…

Macao
Oui quelque chose comme 5000€ la minute, il parait…
Bah! pour les applaudissements, fallait pas l'écouter, tu n'aurais pas eu mal…
bonne journée ;-)

Babelouest
Ah, effectivement, cette solution mériterait aussi d'être étudiée! As-tu pensé à écrire
à l'Élysée?

Monsieur Poireau a dit…

Zut, j'avais oulié de m'abonner aux commentaires !
Ci fait…
:-)

Nicolas a dit…

Bordel, Poireau ! Avec le nouveau machin blogger, il n'y a plus besoin de mettre un commentaire pour s'abonner !

Monsieur Poireau a dit…

Nicolas : mais oh ! Je mets un commentaire si je veux d'abord !
Ca me distrait de ce foutu formulaire html à mettre en forme et qui ne veut pas !
:-)))

Le coucou a dit…

Tiens, j'avais oublié de me désabonner jusqu'à ce soir! Bon, y a de la bière au frais, mais laissez pas le frigo ouvert…

Nicolas a dit…

Ne te désabonne jamais des commentaires à ton propre blog, tu risques de louper des trucs graves...

Le coucou a dit…

Nicolas, je plaisantais, mais quand je bosse, je ne suis plus les mails de près…