lundi 26 avril 2010

Souviens-toi de Karachi


Nicolas en fait justement la remarque sur PMA: la presse nationale remet enfin à la Une l'affaire du Karachigate… On ne peut pas dire que les médias nationaux aient rechigné à traiter du sujet, puisqu'une grande partie de ce que le public en connaît a été révélée par leurs articles, de Libération au Monde et à Mediapart, en passant par l'AFP. S'agissant cependant d'un événement susceptible de mettre en cause de hautes personnalités politiques, au point de bouleverser la république si les faits soupçonnés étaient avérés, on regrette que les médias aient manqué de pugnacité.

Souvenons-nous qu'aux USA, lors du Watergate, le Washington Post n'avait pas hésité à aller jusqu'au bout d'une vérité qui emporta Richard Nixon… Ce n'est pas pour rien que chez nous, le suffixe «gate» a fini par être accolé au nom de Karachi, en référence à l'attentat dans lequel périrent 14 personnes dont 11 techniciens Français.


Les blogs, parmi lesquels le coucou, ont beaucoup parlé de ce scandale depuis juin 2009, soutenant sans défaillance les familles des victimes en lutte pour que justice soit faite. Malheureusement les blogs ne sont pas la presse, ce ne sont pas eux qui ont la capacité de mettre le président de la république et son gouvernement en difficulté, en prenant l'opinion publique à témoin de leurs manœuvres d'obstruction à la vérité.

Notamment, la non-divulgation des pièces classées «secret-défense», alors que les autorités prétendaient que tous les documents avaient été transmis à la justice.

Les mois, les années passants, force est bien de constater que le pouvoir sarkozyste a peur de cette affaire de corruption. Par son attitude, il accrédite de plus en plus les soupçons portés sur M. Balladur, premier ministre à l'époque où furent versées, paraît-il, des commissions occultes conduisant à l'attentat de Karachi. Soupçons sur M. Balladur et son entourage, lequel s'étendait à M. Sarkozy, son ministre du budget d'alors…

En juin 2009, j'écrivais ici: «c'est sans doute pour cela que tant de gens serrent les fesses»… Aujourd'hui, on les serre peut-être jusqu'à l'Elysée?

Les lecteurs qui ignoreraient encore les détails de cette affaire, ou les auraient oubliés, pourront lire avec profit les articles publiés sur le site des familles de victimes de cet attentat (également en lien dans la marge du blog). Il est aussi possible, désormais, de suivre ces familles sur Twitter

Source photo

P-S Olivier a trouvé 7 bonnes raisons de bloguer… Arf est monté dans un drôle d'escalier, on peut lui tenir la main pour redescendre… Avant ou après «La dorade aux mille bouches», chez Balmeyer, je vous recommande la lecture de «Mn (IV), chez Xavier Fisselier… Enfin, See Mee nous dit tout sur la nouvelle revue de blogs internationale de Wikio
P-P-S J'ai oublié de signaler que Martine a retrouvé un ordinateur, la voici donc de retour avec ses savoureuses critiques théâtrales…

Ce billet vous a intéressé ? Vous pouvez le recommander :
Wikio


12 commentaires:

Gildan a dit…

Moi, j'ai toujours des billets de 75 euros dans mes poches quand je vais aux meetings politiques!!!
;^))
C'est rigolo, (enfin pas toute cette histoire, loin de là), mais j'ai revu il y a deux ou trois jours " Les hommes du président" avec Robert Redford. Excellent !
G.Dasquié est le Redford du jour !
;^)

Le coucou a dit…

Gildan, supposons que tu es dans un meeting politique, envoie donc un billet de 75 euros par ici… "Les hommes du président", c'était bon en effet, et j'aime bien Redfort en général…

HERMES a dit…

Concernant le Karachigate je ne suis jamais intervenu. Me disant que ça serait récupéré comme "rumeur du net" tant qu'il n'y aurait pas de pièces à conviction.
C'est la différence entre les blogs et le vrai journalisme: j'assassine suffisamment les journalistes pour reconnaître ceux qui font honneur à leur profession.
C'est à la presse de faire ce travail d'enquête dont nous ne sommes pas capables. Mais c'est à nous de ne pas lacher le morceau et de pousser la presse à redevenir un pouvoir critique et non un réseau de courtisans.
Bonsoir, je fais ma valise!

Le coucou a dit…

Hermes, il y a un travail d'enquête, et en effet, la presse peut seule le faire (je n'ai jamais dit autre chose), mais surtout une pression à exercer pour que les documents essentiels soient présentés enfin à la justice. C'est une affaire de pression dans laquelle l'opinion publique peut jouer un rôle.
(Alors encore en voyage, veinard!)

Darladirladada a dit…

Rappelons quand même l'excellent reportage de SPECIAL INVESTIGATION de Canal+ sur le sujet voici quelques mois.

romain blachier a dit…

Juste te signaler , toi qui est féru de débat public, le lancement d'un blog collectif autour des départements et des réformes territoriales www.lesdepartements.org

BA a dit…

Le ministre de la Défense Hervé Morin faisait partie du clan Balladur-Sarkozy à l'époque (1993-1995).

Tu m'étonnes que le ministère de la Défense cache certains documents concernant l'attentat de Karachi !

Tout le clan Balladur-Sarkozy est mouillé dans ce Watergate français !

Le clan Balladur-Sarkozy (1993-1995) :

- le Premier ministre Edouard Balladur,

- son directeur de cabinet : Nicolas Bazire,

- le ministre du Budget Nicolas Sarkozy,

- le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy : Brice Hortefeux,

- le ministre de l’Intérieur Charles Pasqua,

- le ministre de la Défense François Léotard,

- le directeur de cabinet de François Léotard : Renaud Donnedieu de Vabres,

- le conseiller de François Léotard : Hervé Morin.

Gildan a dit…

Renaud Donnedieu de Vabres, je l'avais oublié lui...Chevalier de la Légion d'honneur, l'année dernière...
Eh ben!!!
Jolie liste de BA.

marsupilamima a dit…

Merci pour la mention, suis super fière d'être citée en même temps que balladur et consorts, héhé. Par ailleurs, en ce qui concerne le travail de la presse sur le karachigate, une enquête, c'est long, parfois très long. Aucun journal français n'aurait eu les moyens de mettre deux types à plein temps comme pr le watergate. En outre, les journalistes doivent être sûrs de leur coup avant de publier, les procès en diffamation sont un des moyens les plus sûrs pour couler un journal vu l'énormité des sommes généralement demandées. Et c'est encore plus vrai aujourd'hui car aucun journal n'a les reins assez solides financièrement pour résister à un procès. Alors, c'est un travail de fourmi et ça finit par sortir mais avec du temps. Les blogueurs ne sont ps à l'abri, mais c'est encore rare...

Le coucou a dit…

Darladirladada, rappelons, rappelons…

Romain, merci, je vais regarder cela dans la journée…

BA, l'équipe au complet… Je ne voyais pas l'utilité de les citer tous, mais pourquoi pas…

Gildan, qu'il ait fait partie de l'équipe de campagne de Balladur ne signifie pas qu'il était obligatoirement au courant de tout… C'est ce qui est un peu embêtant avec cette affaire.

Martine, vos précisions sont d'importance, merci! Nous avons tendance à être très sévère avec la presse Française, à cause de sa complaisance servile avec le pouvoir, quand on la compare à l'américaine. Vous faites bien de nous rappeler cependant qu'il y a des réalités financières, derrière l'investigation journalistique.

Xavier a dit…

Décidément... je me trouve bien idiot, je suis passé à côté de toutes vos allusions à mes textes.
J'ai horriblement honte. Je ne lis malheureusement pas tous vos billets, veuillez m'en excuser...
Je vous remercie encore.
Xavier

Le coucou a dit…

Xavier, mais c'est quelque chose qui m'arrive tous les jours! Aucune importance, et j'aime beaucoup vos billets (quand je les lis, ce qui n'est malheureusement pas régulier).