jeudi 10 mars 2011

Bouchez-vous les oreilles, ouvrez la bouche

Hier soir, Nicolas constatait dans un billet qu'il n'écoute plus la radio, pour diverses raisons. Pour ma part, je fais une grosse consommation de voix radiophoniques, qu'elles emplissent simplement le silence ou retiennent mon attention. Ce fut le cas ce matin, à l'écoute distraite d'Audrey Pulvar tandis que je terminais mon café… Mon oreille s'est brusquement dressée comme celle d'un chat alarmé au récit des mésaventures judiciaires d'un syndicaliste.

Résumons en quelques mots cette affaire dont on trouvera les détails ailleurs : Xavier Mathieu, délégué syndical de la CGT chez Continental, est condamné par le tribunal de Compiègne à la suite du saccage d'une sous-préfecture en 2009. Conséquence de cette condamnation : il aurait dû se prêter à un prélèvement d'ADN destiné à son fichage génétique. L'effet d'une loi concoctée par le gouvernement Jospin, applicable au départ aux seuls délinquants sexuels, que Zoro Sarkozy s'empressa d'étendre à la plupart des délits en 2003.

Xavier Mathieu a refusé à plusieurs reprises de se soumettre à ce fichage infamant, ce qui lui vaut à présent d'être poursuivi pour refus de prélèvement. Son procès devrait avoir lieu le 3 Mai prochain, il encourt un an de prison et jusqu'à 15 000€ d'amende… Une pétition circule, qui conteste le fichage de syndicalistes. Je suis d'accord, mais je ne vois pas pourquoi on ne considérerait que le cas de ces derniers. C'est revenir aux limites de départ qu'il faudrait —l'application aux seuls auteurs de crimes et délits sexuels.

Notons pour conclure que la loi Sarkozy ne s'applique évidemment pas à la délinquance économique et financière. Supposons un instant que Jacques Chirac soit un jour jugé coupable des faits qui lui sont reprochés en ce moment : «ouvrez bien grand la bouche, ça ne fait pas mal, monsieur le président !» Supposons un bref instant que les soupçons à l'encontre d'Éric Woerth dans l'affaire Bettencourt ou l'hippodrome de Compiègne soient vérifiés, ou encore confirmé le rôle de Sarkozy dans le financement douteux de la campagne électorale de Balladur… Allez, hop ! un peu d'ADN d'élite à classer entre un violeur et un syndicaliste trop remuant.

11 commentaires:

Nicolas a dit…

Oui. La loi doit être la même pour tout le monde. (je fais un commentaire neutre pour éviter ma bévue d'hier soir)

le-gout-des-autres a dit…

Nicolas n'écoute pas la radio parce qu'il déteste qu'on ne soit pas d'accord avec lui.
Il préfère la télé, celle qui lui dit ce qu'il veut entendre.
Il préfère la courtisanerie et n'a même pas la prudence d'un roi qui, lui, avait la sagesse d'avoir son fou pour lui dire ce qu'il n'aimait pas entendre...

Le coucou a dit…

Nicolas,
bah ! au train où vont les choses, un jour on nous pondra un code à l'usage du personnel politique…

Le-goût-des-autres,
de quel Nicolas parles-tu ? Merci de répondre rapidement.

Nicolas a dit…

Le Coucou,

Le Goût des autres n'étant pas client de mon blog, a priori, je pense qu'il a fait une bête confusion...

MHPA a dit…

Quoi ? un prélèvement sur celui qui a toujours largement prélevé ? On rêve ...

Le coucou a dit…

Nicolas,
je suppose aussi, et il ne s'abonne pas non plus aux commentaires.

Mike,
oui, mais là, ce serait un tout petit prélèvement. Il ne s'en apercevrait même pas.

mtislav a dit…

J'adore la radio... Les jours où le service public est en grève me mettent à la torture. J'espère qu'ils vont le retrouver ce Mathieu. Il a laissé ses empreintes sur un téléviseur Continental qui valait 15 000 €. Le genre de truc qu'on voit à la télé finalement.

le-gout-des-autres a dit…

Effectivement, j'ai fait une erreur de cible.
"Mon" Nicolas est bien l'énervé qui vient de partir sauver le monde...

Le coucou a dit…

Mtislav,
en plus, les jours de grève, il faudrait supporter une énorme fuite de déchets musicaux ! Ces jours-là, j'éteins complètement le poste.

Le goût-des-autres,
bon à savoir…

Monsieur Poireau a dit…

Depuis que cette Loi est passée, je ne vais plus cracher sur vos tombes !
:-)

Le coucou a dit…

M Poireau,
tu fais bien, on n'est jamais trop prudent (bien trouvé ! :))