jeudi 24 mars 2011

L'électeur Front National sort de la cave

Le dernier truc à la mode, c'est de se pencher avec une gravité teintée de mansuétude sur le cas de ces gens qui, débarrassés par Sarkozy de la honte de taire des pulsions fascisantes, donnent ouvertement leurs voix au Front National. Pulsions fascisantes, puisque ce qui les fait bander c'est l'idée de préférence nationale, l'exclusion de l'étranger bouc émissaire, la séduction d'une autorité se disant inflexible dans la «lutte» contre l'intrus musulman.

Précision : je ne suggère pas en creux que toutes les religions se valent : je n'en sais rien et n'éprouve aucune sympathie pour la religion musulmane, laquelle occupe à mon goût une place indécente dans la vie de nos concitoyens de cette confession —et partant, dans la vie publique. Cependant ma conviction est que ses extravagances dévotes s'useront au contact d'une république laïque, pourvu que celle-ci ne transige pas sur ses valeurs.

Donc, on remue avec compassion la bouillie cérébrale du nouvel électeur FN. À la mi-journée, France Inter nous donnait à écouter un spécimen ancien syndicaliste, ancien électeur de gauche, à l'expression pondérée. Un type normal, quoi, et certes pas une de ces outres pragmatiques de comptoir qui font souvent le bonheur de Nicolas dans ses blogs. Peut-être même pas un gros con, genre dans lequel Dedalus fourre toute l'engeance frontiste.

Lui les traite de cons, mais affirme ne pas les mépriser. Moi c'est le contraire, mon mépris est sans le moindre embarras, assuré qu'on me le rendra. Les électeurs du FN ne sont pas tous des primates, loin s'en faut, il en est beaucoup d'une évidente intelligence, mais tous sont les héritiers de la France de Vichy, c'est ma conviction depuis des années. Une France longtemps péteuse, qui se terrait dans son indignité, à laquelle la verve et le talent politique de Le Pen ont donné peu à peu de l'audace. Jusqu'à ce qu'arrive Sarkozy et ses apprentis sorciers, tel Guéant, qui, achevant le gaullisme et l'esprit de la résistance, lui font croire à présent qu'elle serait devenue honorable.

P-S : sur l'annexe : Pathos, Ithos, et Arrrachis (mousquetaires démontés).

12 commentaires:

isabelle B. a dit…

ton billet m'a fait sourire sur un sujet qui m'énerve :-) bravo !!!!

Didier Goux a dit…

Ah, cette fameuse France de Vichy ! On peut dire qu'elle aura bien servi et à peu près à tout, celle-là !

Cela dit, si la "préférence nationale" est une pulsion fascisante, alors il faut vous résigner à ce que 98% des pays de cette planète soient fascistes. C'est-à-dire en fait tout le monde sauf les Occidentaux, et donc la France parmi eux.

Et je pense que vous vous trompez gravement sur un point : l'islam ne s'usera pas au contact de la République, puisque c'est l'inverse qui a déjà commencé à se produire, me semble-t-il. Mais vous allez probablement me dire que je me laisse aveugler par ma haine…

Rimbus a dit…

Pour que la République puisse remplacer la religion ou les fantasmes extrémistes, il faut qu'elle soit irréprochable et vertueuse. C'est hélas loin d'être le cas.

T. Jefferson disait "Si tu es prêt à sacrifier un peu de liberté pour te sentir en sécurité, tu ne mérites ni l'une ni l'autre", et aussi : "le prix de la liberté c'est la vigilance éternelle"
J'aime beaucoup M. Jefferson.

Le coucou a dit…

Isabelle,
il a au moins un mérite, ce billet, tant mieux.

Didier,
il est possible que je me trompe, bien sûr, ou vous… Je trouve qu'il est trop tôt pour en juger, l'effritement du religieux prend du temps, d'autant plus que nous ne sommes plus dans une période de prospérité, avec sa consommation effrénée qui favoriserai la chose. Pour Vichy, c'est une conviction, pas une démonstration, mais je n'en doute guère.

Rimbus,
d'accord avec ta remarque, et salut aux mânes des grands ancêtres émancipateurs !

mtislav a dit…

Ben oui, la France de Vichy, cette époque bénie où l'extrême droite était aux manettes. Il y en a qui devraient voyager un peu, avec tout ce qu'on trouve comme migrants, guerres civiles, tyrans, il semble que l'amour de la patrie est un concept plutôt battue en brèche en orient comme en occident.

Ils sont vraiment rebelles ces Français. Je crois que je les regrette déjà ces cantonades.

solveig a dit…

L'Islam est-il soluble dans la République laïque ?
J'en doute ... et pour être franche, je n'y crois plus du tout.
Pourtant j'ai tenu le plus longtemps possible .
Evidemment, je ne demande qu'à me tromper !

loran a dit…

et si le probleme n'etait pas l'Islam mais l'Europe?

Aujourd'hui quand on est contre la construction europeenne, on vote pour qui?

Fidel a dit…

J'aime bien votre billet, je rallonge le titre par
la cave se rebiffe

Monsieur Poireau a dit…

Après qu'on nous ai raconté que les arabes étaient incapables de démocratie pour on ne sait quelle raison autre qu'atavique, voilà des pans entiers du moyen-orient qui se retournent vers la démocratie. Les certitudes quant à l'islam insoluble devraient nous faire bien rigoler qui sont taillées dans le même bois réactionnaire. La république, notre république serait donc un modèle si faible qu'il craindrait quelques milliers de ressortissants venus d'ailleurs ? Je suis convaincu du contraire !
:-))

Le coucou a dit…

Grâce à Poireau, je découvre que j'ai oublié de répondre, merci Poireau !

Mtislav,
Tu devrais donner des cours sur l'art de commenter, je viendrais. D'après ce que j'ai entendu aux informations de la mi-journée, la rébellion des Français s'étend.

Ioran,
l'heure est aux élections cantonales…

Fidel,
pas mal, vous versez dans le polar. J'étais dans le fantastique, le mort qui sort du charbon.

M Poireau,
oui, ce qui arrive dans les pays arabes est ébouriffant… Pourvu que ça dure. Et je partage ta conviction que la république aura le dernier mot, même si cela prend du temps.

sebastien a dit…

ben voyons. Tellement pratique d'instrumentaliser le complexe historique national (Vichy) et de brandir le très pratique "FAscho" pour se sentir bien et vivre sereinement son irresponsabilité...

Le coucou a dit…

Sebastien,
si ça vous rend plus serein dans votre responsabilité…