vendredi 10 juin 2011

PSA, la main dans l'urne

Comme tout le monde, j'ai entendu beaucoup parler de cette note confidentielle de Peugeot divulguée par la CGT, qui envisage la fin de l'usine d'Aulnay-sous-Bois. Les accusations et les démentis pleuvent. C'est vrai ou c'est faux ? Allez savoir ! Du moins, la menace de fermeture est du domaine du possible. 

Des gens qui semblent informés en matière d'industrie automobile énoncent des choses troublantes. Ainsi M. Loubet (voir son interview sur le site L'usine Nouvelle), rapporte que «de tout temps, on a dit qu'il y avait une usine de trop» dans l'organisation de PSA. Il semble surtout que le fonctionnement des usines d'aujourd'hui en «plate-formes» accentue le risque de chômage pour leurs ouvriers dans le monde tel qu'il est devenu. Telle usine, comme celle d'Aulnay, produit un type unique de voiture. Quand le modèle et ses déclinaisons passent définitivement de mode et que la production s'arrête, vient le moment où il faudrait relancer la machine avec une nouvelle voiture. C'est là qu'il peut être décidé de fermer l'usine, pour un tas de raisons patronales que la raison commune ne connaît pas.

Il se pourrait que dans cette affaire, les parties soutiennent deux vérités : PSA en disant que rien n'est décidé, et la CGT en montrant document à l'appui que la chose a été bel et bien envisagée. Le but de la centrale syndicale pourrait être de forcer préventivement la main des décideurs de PSA, afin qu'ils s'engagent dès maintenant à produire un autre modèle sur le site dès la fin programmée de la C3.

Pour ma part, ce ne sont pas ces problèmes économiques et industriels trop complexes qui ont attiré mon attention. Je suis frappé par l'époque qui était retenue dans la note confidentielle de PSA pour annoncer la fermeture de l'usine d'Aulnay : «au deuxième semestre 2012» afin de tenir compte du « calendrier électoral français »…

En d'autres termes, les dirigeants de PSA votent à droite —on s'en serait douté certes, mais il est intéressant de les prendre en flagrant délit. Bien entendu, comme ces gens là ne sont pas stupides, ils auront soins d'arroser quelque peu aussi la gauche de leurs dons officiels afin que celle-ci soit tout de même leur obligée, si elle parvient au pouvoir.

Espérons que ce sera effectivement le cas, et qu'une fois aux commandes du pays, cette gauche se souviendra de mordre la main qui lui aura donné un susucre.
 image

P-S: Et pendant ce temps là, Mtislav délire sur la démographie, tandis que  Christophe égrène ses textes —j'en ai lu plusieurs en douce, mais j'ai du retard… Et vous ? Monsieur Poireau passe à table, ce qui n'étonnera personne, mais en mauvaise compagnie : c'est plus surprenant.

5 commentaires:

mtislav a dit…

Le parti socialiste autogestionnaire doit continuer à fabriquer des choses qui avancent !

Stef a dit…

Beaucoup d'opportunisme électorale surement...

solveig a dit…

Sur France Inter, ce matin, l'avis était que l'on se contente en France de faire des voitures bas de gamme ... faciles à produire ailleurs pour moins cher.

Romain / Variae a dit…

Tu as écrit "1012" au lieu de 2012 ...

Le coucou a dit…

Mtislav,
oui, à explosion de préférence (j'espère que tu sais de quoi on parle : deux jours de retard ! )


Solveig,
effectivement, le bas de gamme ou le milieu de gamme, sont les productions préférées de tous les pays à bas coûts.


Romain,
ouille, merci ! Mieux vaut corriger dès à présent en 2011, qu'en 2013 ! Je fonce.