mercredi 29 décembre 2010

Bouffons un peu d'ingénieur, ça change du curé


Jules Vernes ne nous a pas fait que des cadeaux de rêve. Non seulement il nous a infligé des quantités prodigieuses de pages indigestes, mais il est en grande partie responsable du mythe de l'ingénieur, ce héros de pacotille de la modernité devant lequel tant de gogos s'inclinent. Bon, je crois que ce soir je ne vais pas me faire que des amis sur le web où l'un des derniers avatars de l'ingénieur est fortement représenté, mais tant pis.

L'ingénieur de la pire espèce que je connaisse est celui qui sévit dans les arts ménagers et les équipements de la vie courante. Tenez, prenons le cas de l'aspirateur, un appareil banal devenu presque indispensable… Savez-vous quand il a été inventé ? En 1869 par un certain McGaffey. Ce type devait être un ingénieur inspiré que le père Vernes aurait pu immortaliser, mais ce n'est pas le cas. Son aspirateur était à manivelle : la bonne idée était semée, seulement il restait encore du boulot. Là-dessus, arrive en 1901 Cecil Booth, un autre ingénieur qui offre à l'humanité le premier aspirateur à moteur, tellement monstrueux qu'il fallait des chevaux pour le déplacer… Pas terrible non plus, cependant l'élan était donné : en 1906 Splangler met au point pour son cousin Hoover le premier appareil véritablement domestique : un balai électrique à succion.

Cent quatre années plus tard, où en sommes-nous avec nos aspirateurs ? Ce sont quasiment les mêmes stupides engins équipés de fils qui font des nœuds, se bloquent dans leurs enrouleurs ; équipés de tuyaux balourds qui s'accrochent aux dossiers de chaises, brisent les bibelots ; équipés de brosses que l'on met autant de temps à nettoyer des saletés ramassées qu'une maison entière !

Qu'ont fichu les ingénieurs, pendant 104 ans ? Rien ou presque : ils se sont évertués à rendre la mécanique aussi fragile que possible sans qu'il y paraisse, afin que l'on soit obligé de changer d'appareil au bout de quelques années. Ils ont veillé à ce que les anciens accessoires increvables d'autrefois s'usent rapidement, pour que nous achetions des brosses, des pièces de rechange, des sacs, coûtant un dixième ou plus du prix de la machine. Ils ont œuvré en parasites.

Vous allez peut-être m'objecter, si vous êtes au courant des dernières innovations, que l'on trouve désormais des robots, entre 300 et 700 euros, qui marquent enfin une vraie révolution dans l'art de ramasser la poussière ? Pour ce que j'en sais, le travail de ces espèces de galettes est loin d'être satisfaisant, et cela n'excuse pas cent ans d'impéritie.

Prenez les types qui se font des couilles en or avec le développement durable, l'énergie verte, tout ça…, la plupart du temps ce sont des ingénieurs diplômés des meilleures écoles d'arnaque légale. Au hasard, tiens : le fabricant d'une pompe à chaleur… Vous vous dites, c'est certainement un esprit scientifique brillant, pour concevoir une machine capable d'aller piquer des calories dans le sol et de me faire réaliser des économies d'énergie d'ici quelques années. Pas du tout, c'est un type tout juste capable de bricoler des réfrigérateurs dyslexiques, lesquels prennent la chaleur dehors pour la rentrer dans la maison, au lieu du contraire. Il fabrique une carrosserie en tôle, il la farcit avec des composants achetés par-ci par-là à travers le monde, et le tour est joué ! Sur ma pompe à chaleur en panne depuis la fin de la semaine dernière, la pièce comprenant un condensateur défectueux a été fabriquée en Australie, par exemple.

Le réfrigérateur a été inventé en 1850, et les Romains connaissaient déjà la géothermie.

illustration

P-S Bon anniversaire à Partageons mon avis, qui a cinq ans ! Pablo Casals était né après le réfrigérateur, le 21 décembre 1876 … Melclalex nous offre les vœux de Sarkozy tels que l'on aimerait les entendre…

10 commentaires:

Zette a dit…

Et d'ajouter que Mr Dyson n'est pas l'inventeur de la technologie Cyclone, qui existe depuis la nuit des temps.

Le coucou a dit…

Zete,
ah ! l'aspirateur sans sac ! J'ai assisté une fois au nettoyage du truc par une pauvre victime de cette fausse innovation… Pas de doute, un sac est plus pratique. (la technologie tornade aussi, est fort ancienne)

le-gout-des-autres a dit…

Ne dis pas de mal des gens comme moi s'il te plaît.

Tu dis tout ça parce que tu étais nul en maths...

Nicolas a dit…

Je m'en fous, j'ai une femme de ménage.

(et merci pour l'anniversaire)

Epamin' a dit…

Il n'était pas ingénieur mais plutôt "compteur": j'admire vraiment celui (ou celle, pourquoi pas!) qui a réussi à convaincre les "grands penseurs" de l'époque romaine qu'il fallait ajouter une journée intercalaire afin de rattraper le retard pris par l'année civile sur l'année solaire.
Pas d'année bissextile à l'époque mais une année de Numa!
En attendant la prochaine (2012), très bonne année à tous!

Le coucou a dit…

Le-goût-des-autres,
tiens, je me doutais que tu es ingénieur —mais je n'ai évidemment pas pensé à toi en faisant cette caricature. J'espère que tu n'es pas vexé, parce que j'ai l'intention de récidiver sur ce thème: j'ai de vieux comptes à régler avec les ingénieurs, et surtout, dans une catégorie nettement inférieure, avec les "technico-commerciaux"…
J'étais nul en maths, oui, mais j'ai beaucoup d'admiration et d'intérêt, en vieillissant, pour les mathématiques créatives —pas les maths appliquées.

Nicolas,
veinard !

Epamin',
ça veut dire que Sarkozy aura droit à un jour de rab, même s'il est battu à la présidentielle au printemps 2012 ! Pfff !

Suzanne a dit…

Il est trop tard pour s'engueuler ce soir, mais qu'est-ce qui vous prend de dire du mal de Jules Verne, hein, hein, hein ?
(On en recausera. Ceci est une menace.)

Le coucou a dit…

Suzanne,
j'ai beaucoup aimé Jules Vernes dans ma jeunesse… Feriez-vous partie des verniens purs et durs qui n'ont jamais sauté quelques dizaines de pages par-ci par-là ?

Suzanne a dit…

Coucou: pas à ce point, mais j'ai relu "Les Indes Noires il y a peu", et le charme est toujours là.

Le coucou a dit…

Suzanne,
si je le relisais aujourd'hui, je serais peut-être plus patient…