vendredi 6 août 2010

À pendre par les pieds au-dessus du néant

Ce qui est étonnant, ce n'est pas qu'une majorité de Français de toutes opinions approuve la jactance sécuritaire de Nicolas Sarkozy, c'est autre chose. Nous abritons tous plus ou moins en nous mêmes, en face de certaines situations, des emportements bien pires que ces propositions.
En famille, au comptoir du bistro, dans la conversation entre gens qui se comprennent, nous sommes capables de rechercher un soulagement veule dans la profération de jugements péremptoires.

Je me souviens d'une dame qui, à une époque où le Var était la proie de terribles incendies attribués à la malveillance, réclamait une punition de choc pour les coupables. Au demeurant bonne comme le bon pain dans son état normal, elle clamait, les yeux hors de la tête : «Il faut les pendre par les pieds au-dessus d'un grand feu !» Comme disait l'autre: que celui qui n'est jamais furieux, lui donne la première gifle… La plupart du temps, la bouffée de rage passée, nous savons retrouver le chemin de la mesure, et à peu près apprécier ce qu'il serait bon de faire.

Or, face à la grossière comédie jouée par N. Sarkozy pour aller chercher avec les dents les voix xénophobes, le marais français réagit en état de transe vengeresse. Il ne voit pas l'insanité des mesures prônées par le matamore. À moins que toutes les têtes réputées sages chargées de veiller sur la cohérence de nos institutions, n'aient sombré dans le gâtisme, elles ne seront jamais appliquées.

Ce qui est choquant, c'est qu'autant de Français puissent être aussi niais. On pouvait se douter qu'ils étaient au moins 53,06 %, pourcentage des électeurs de l'autocrate, mais les 80% d'approbation mesurés par le dernier sondage sont accablants.

Il est toutefois réconfortant de relever que certaines voix s'élèvent pour dénoncer le jeu malsain de l'Élysée. Ainsi en va-t-il de Michel Rocard, souvent brocardé sur ce blog pour des renoncements à ses convictions d'origine, mais dont la dernière prise de position mérite d'être saluée avec reconnaissance.

«Je sais bien que le président recherche d’abord les effets d’annonce. Cette loi ne verra jamais le jour. Mais ça ne change rien aux intentions. Et les intentions, je vous le dis comme je le pense, les intentions sont scandaleuses.» (propos à lire sur le site de Marianne2)

P-S pour 1500 euros, vous n'aurez pas une Rolex, mais pour un simple clic, vous aurez un poème de Dedalus, c'est bien mieux !

29 commentaires:

FalconHill a dit…

Et la tolérance, bordel :-) ?

Niais, je ne sais pas. Inquiet oui, des français le sont et le nier n'est pas forcément profitable.
Mais le bilan de Sarkozy en la matière soit nul, franchement nul, avec une méthode carrément nulle, oui...

Passe un bon weekend (et restons zen...)

toff de aix a dit…

Il faut tempérer : on fait dire ce qu'on veut aux sondages, vous devriez vous en douter cher coucou! Le fait que celui-ci sorte dans le torchon préféré de la droite gouvernementale devrait encore plus vous mettre la puce à l'oreille. La méthode est classique : comme le démontrent si bien Olivier Bonnet, ou Seb Musset sur leurs blogs (et moi aussi allez allez! un peu de fleurs bordel ça fait du bien!), on oriente les questions, et on publie l'opportun sondage en pleine polémique. Histoire d'enfoncer le clou, si possible en continuant les annonces incendiaires.

Par contre VRAI pour la partie "café du commerce", je pense qu'on a tous plus ou moins cette espèce de lâcheté en nous, ça doit être un reste de notre cerveau reptilien allez savoir?
Et vrai aussi pour Rocard, pour une fois qu'il colle à ses aspirations idéologiques, on ne peut que le féliciter d'avoir eu ce courage!

Le coucou a dit…

Falcon,
l'inquiétude du Français est aussi vieille que la France… Je suis inquiet, ils sont inquiets, nous sommes presque tous inquiets, mais pas forcément pour les mêmes raisons.

Bon weekend toi aussi !

Toff,
évidemment, qu'il faut tempérer les résultats des sondages (plusieurs billets ici attestent que je ne les prends pas pour argent comptant)!
Je file lire votre billet pendant les quelques minutes qu'il me reste…

Suzanne a dit…

J'ai entendu tout à l'heure à la radio qu'un camp de Roms avait été démantelé à Saint-Etienne. 120 policiers ont fait déménager 130 Roms, qui ont un mois pour regagner leur pays. Ils ne savent pas où dormir cette nuit. C'est vraiment une action glorieuse de chasser des miséreux de leurs cabanes de cartons, de leurs bâches et de leurs tas d'ordures. Il va falloir s'attaquer au problème des Roms sans angélisme, et sans les traiter comme des rats, tout de même! Autrefois, les églises donnaient aux bohémiens le droit d'asile, ils n'ont même plus ça.

Devant l'huis des auberges grises
Par les villages sans églises

mike hammer papatam andropov a dit…

A vomir, je suis comme malade depuis ce matin, la sensation qu'on vire vers le pire depuis quelques jours, et je ne suis pas sûr que ce soit simplement des effets d'annonce.
(on nous annoncerait le retour d'un éventuel débat sur la peine de mort, que ça ne m'étonnerait qu'à moitié...)

Dans deux jours je suis en Auvergne, je campe. la nana du camping, gênée, au téléphone :

- ... hum, il faut que je vous dise, il y a des...roms, enfin deux caravanes... des campeurs sont partis... Ils sont très gentils, mais, heu, enfin, ça...vous dérange pas ?

J'en cause à ma mère qui me dit de ne rien laisser dans la tente...
Primo, des roms virés de St-Etienne, pas si loin ? Deuxio, des touristes qui partent, de peur d'être contaminés.
Troisièmement, la réaction de ma mère...
Pffffooouuuu....

mike hammer papatam andropov a dit…

Quatro, j'ai décidé d'apprendre le swing manouche et j'emmerde cet immonde erzatz verdâtre de gouvernement.

Eric a dit…

Le sondage est trop biaisé. Sur aucune question sérieuse on n'arrive à dégager des majorités à 70% en France!

Et accuser la majorité d'être des niais c'est, comment dirais-je, très standard comme réaction!

Le coucou a dit…

Suzanne,
j'ai entendu la même chose. Ils vont camper pour la nuit devant la mairie… Si la police ne les chasse pas à nouveau. Je crois que nous sommes d'accord. Je comprends aussi que l'affluence des Roms crée des tensions, déclenche des crises, mais ce n'est pas en nous abaissant à tant de brutalité bornée que l'on changera quelque chose à l'origine du problème, qui se trouve dans leur pays d'origine. Ils ne le fuient pas pour rien non plus.

Chaque arbre fruitier se résigne
Quand de très loin ils lui font signe


Mike,
essaie de trouver un petit quelque chose de positif : cette nana gênée, après tout garde les Roms dans son camping, malgré les départs… Et elle les trouve gentils.
Quant à ta mère, dis-toi qu'elle a du être nourrie d'histoires de chapardages des gitans… Si je parle à la mienne, de mère, qui a plus de 80 ans, la réaction ne sera pas meilleure.
Heu… très bonne idée d'apprendre le swing manouche… Je suppose que c'est du jazz, pas de la boxe ? ;-)

Lucia Mel a dit…

moui... et pendant ce temps... Carla Bruni-Sarkozy massacre le 7e art... tout en se hérissant contre l'expulsion des manouches, ses amis... les gitans. Nous vivons en pleine déroute schizophrènique, je te hérisse le poil à droite pendant que je brûle le terrain à gauche... et tu n'y auras vu que du feu (benêt que tu es).

Le coucou a dit…

Éric,
encore une fois, ce n'est pas parce que je parle de ce sondage, que je le prends très au sérieux.
J'ai en effet qualifié cette majorité de niais, mais de ma part, comment dirais-je, c'est très anodin : en réalité, je prends la France profonde pour un ramassis de cons. Et là, on dépasse largement les 80% du sondage, de même que tous les clivages politiques.

Le coucou a dit…

Lucia,
c'est normal que je n'y vois que du feu: je vis au fin fond du monde, là où il ne se passe presque rien.
Carla, Nicolas, c'est le partage du travail, et d'un même talent, dans le fond…

Eric a dit…

Dire que la France (ou n'importe quelle population) est composée de 80% de cons c'est une intuition qui peut te satisfaire. Mais c'est comme si tu disais "il y a 30% de petits" ou "20% de pauvres", il faut savoir où tu mets le curseur.
On ne peut pas accuser les sondages et soi-même sortir des chiffres sans fondement. ;-)

Dans une situation économique où on revoit paraître des cas de pénurie, les rapports entre les gens se tendent forcément. D'où le résultat de ce genre de sondage. Effectivement, on peut appeler ça de la connerie en barre. Mais je crois que ce n'est pas le mot exact.

mike hammer papatam andropov a dit…

Coucou,
la nana du camping avait l'air sacrément mal à l'aise, mais soulagée quand je lui ai dit ce que je pensais. Son boulot stagiaire tourisme devait inclure le fait de la boucler dans cette situation, et d'aimer tout le monde (même les abrutis qui sont partis...)
Ma mère, elle ne dort pas au camping, alors qu'elle fasse pas chier, et je compte bien aller braire mélancoliquement au coin du feu, si le Dieu des voyageurs veut bien accepter ma sédentaire présence.
Et ça,c'est positif.

elmone a dit…

Tout à fait d'accord avec toi .
Je n'arrivais pas à l'exprimer. Mais c'est ça.

Le coucou a dit…

Eric, je crois que je ne vais pas te répondre maintenant, hâtivement, comme pour le commentaire précédent. On verra demain, mais déjà, quand je parle 80% de cons dépassés, je ne donne évidemment pas un chiffre : j'embrasse largement dans la mentalité petite-bourgeoise, l'esprit de clocher, le chauvinisme, la xénophobie plus ou moins larvée… Du reste, les malheurs passés du pays nous ont appris que ce sont des minorités qui résistent quand la majorité se couche. (À quoi je me réponds à ta place : ces minorités étaient fortement constituées de gens sortis du "pays profond", comme quoi, rien n'est simple). Bonne nuit.

Mike, bonne nuit aussi ! J'espère que les Roms de ton camping seront bien musiciens…

Gildan a dit…

Tout à fait d'accord avec toi .
Je n'arrivais pas à l'exprimer. Mais c'est ça.
;^)
Oui, je sais j'ai fait un "copié collé d'elmone" mais c'est exactement ce que je voulais dire.
...
J'avais donc bien entendu les paroles de Rocard. Je n'avais pas rêvé.

Nicolas a dit…

La politique de Sarko est inique, on est tous d'accord. Mais il a parfaitement réussi son coup : la gauche crie au scandale et à la stigmatisation.

Aux yeux des cons, des niais et des électeurs, la gauche passe pour le camp de ceux qui défendent les délinquants étrangers et plus les travailleurs honnêtes...

Didier Goux a dit…

C'est le réel qui vous revient en pleine tronche...

Quant à la politique de Sarkozy, elle est en effet inique, comme le dit Nicolas, mais seulement parce qu'il ne fait rien de ce qu'il annonce : tout en gueule, comme le brochet.

Enfin, pour ce qui est de la "xénophobie", ou du "chauvinisme", ou encore de "l'esprit de clocher", ce sont des invariants de la nature humaine, celle-là même dont vous refusez de tenir compte. Il ne sert à rien de s'en offusquer ou de s'en réjouir : il faut juste compter avec. quand la gauche aura compris ça...

dedalus a dit…

Si j'ai bien tout suivi, ce n'est pas tant que les français - ces cons ! - seraient d'accord avec Sarkozy, mais plutôt que ce dernier ajuste son discours à ce que lui racontent les sondages de l'opinion, lesquels ensuite, tout naturellement...

Mais la nature humaine n'est-elle pas au contraire ce qui conduit l'Homme, à travers les âges, à s'élever, lentement, au-dessus de ses bas instincts, voire de son mauvais goux animal ?

Suzanne a dit…

Mike: mais votre mère a AUSSI raison. Ce qui ne change rien au fait qu'il ne faut pas les traiter comme des rats. Ils vous sont sympathiques, ces pères de famille qui envoient mendier leurs gosses et leurs femmes dans le centre ville, essaient de chiner et chouraver ce qu'ils peuvent, et n'ont aucune envie de se plier à quelque règlement que ce soit ? Certes, ils sont très mal vus d'où ils viennent et partout où ils passent, mais il y a aussi des raisons à leur rejet, et ce rejet et les mauvais traitements dont ils sont objectivement victimes les retranchent dans leur marginalité, c'est un écheveau de problèmes qu'on n'a pas su démêler avec nos nomades à nous depuis cinq siècles, on ne va pas le régler à l'heure de l'Europe en trois coups de cuiller à pot. Allez faire un petit tour dans un terrain de gens du voyage (les nôtres, les Français,) vous verrez que la plupart d'entre eux sont d'un racisme impitoyable avec les Roms roumains, qu'ils repoussent le plus possible. C'est la vie !

Le coucou a dit…

Elmonde, alors tant mieux, j'en suis bien content.

Eric,
me revoilà… Mon tort dans ma réponse à ton commentaire est d'être sorti du cadre du billet et des chiffres connus pour faire mine de quantifier ce qui ne peut se mesurer : une mentalité largement répandue dans toutes les populations à travers le monde —comme l'observe Didier qui en fait une composante de la nature humaine. Tu objectes que la situation économique explique le raidissement de la société, c'est évidemment juste, mais je ne parlais pas de ça. Les gens pouvaient paraître meilleurs sur certains points quand tout allait bien, mais ils n'étaient pas moins enfermés dans un système de valeurs qui me révulse. Qu'est-ce qui fait que dans les situations extrêmes, naufrages, camps de prisonniers (d'après ce que j'ai appris, et non pas vécu), il n'y a qu'une minorité capable de dominer le simple instinct de survie pour conserver son humanité et soutenir ses semblables? Je crois que ce qu'on appelle "la France profonde", est fait de gens qui n'ont aucune ouverture d'esprit, aucune indépendance. Ils s'imaginent libres, mais au moindre choc, ils se déterminent en fonction de l'opinion dominante qui les rassure.

Gildan, comme Elmone alors, et ce n'est pas un "copié collé" ! :-))

Nicolas,
il a provisoirement réussi son coup, on est d'accord aussi, y compris que la gauche n'a pas une bonne réponse à faire miroiter pour combattre l'insécurité, qui n'est pas une vue de l'esprit dans certains endroits.
Je me demande par contre comment elle aurait dû riposter aux annonces mensongères de Sarkozy, qui de plus, seraient d'une parfaite iniquité. Quand aux cons, aux niais, aux abrutis (il ne faut pas les oublier), de toute façon ils seront éternellement promis à se faire entuber.

Didier,
mais non, le réel ne me revient pas dans la tronche! On peut parfaitement tenir, ou essayer de tenir, un discours qui prône une évolution meilleure de la société (ou que l'on croit meilleure), et ne se faire aucune illusion sur la qualité de la pâte à pétrir cette société.

Pour Sarkozy, il faut ajouter à son passif que non seulement il ne réalise rien de ses annonces, mais il attise la violence. On pourrait même se demander s'il n'en joue pas.

Sur le reste, vous avez parfaitement raison de parler des "invariants de la nature humaine" et je sais en général en tenir compte, sinon je resterais enfermé chez moi, parce qu'il est impossible de pas se frotter quotidiennement à leurs innombrables adeptes. J'avoue simplement que je ne sais pas comment on change peu à peu les caractéristiques de ces invariants sans au moins feindre les combattre inlassablement. Parce qu'enfin, depuis la nuit des temps, l'humanité a tout de même accompli de sacrés progrès de civilisation.

Dedalus,
ton explication paraît aussi simple et judicieuse que l'œuf de Colomb, il doit y avoir de ça !
Et je suis entièrement d'accord avec ton 2e paragraphe. Jusqu'à présent, j'avais le sentiment que l'humanité cherchait laborieusement à se défaire de ses défauts, en quête d'une civilisation idéale.

Suzanne, rien à dire ou redire à votre réponse à Mike… Je vous laisse ensemble, bon weekend !

irenedelse a dit…

Pour répondre à Suzanne sur le thèmes des gens qui ne sont "pas sympathiques"... Comme disait Victor Hugo dans un contexte pas très différent: "Les grands principes ne prouvent jamais leur grandeur que lorsqu'ils défendent ceux que la pitié ne défend pas."

Suzanne a dit…

Bah oui, Irène Delse, il y a des gens, des personnes, des hommes, que je ne trouve pas sympathiques, dont ceux que je décris plus haut.
je sais, c'est du racisme abject.
Me vl'a prise en flagrant délit de racisme un fois de plus. Faut dire que je n'ai pas de grands principes inoxydables, moi. Je préfère les petits principes et la morale de l'Auvergnat, de Brassens.

Suzanne a dit…

Le Coucou, non, par pitié, ne me laissez pas avec Mike qui APPREND à jouer de la guitare. Je reviendrai quand il saura.

Suzanne a dit…

Et, le Coucou, pas entièrement d'accord avec votre dernier commentaire sur la France profonde assez crade et la minorité capable de conserver son humanité. Je crois qu'à part une minorité de personnes vraiment bonnes ou indécrottablement salopes, chacun est plus ou moins, selon les circonstances, bon, lâche, secourable, égoïste.

Eric a dit…

En gros, je suis d'accord avec toi, mais j'argumente quand m^me!

Tu dis:
"Je crois que ce qu'on appelle "la France profonde", est fait de gens qui n'ont aucune ouverture d'esprit, aucune indépendance. Ils s'imaginent libres, mais au moindre choc, ils se déterminent en fonction de l'opinion dominante qui les rassure."

OK, peut-être. Mais pourquoi généraliser autant?

Bon, si tu écrivais: "La France est composée de 80% de citoyens vertueux qui se battent pour faire triompher la liberté et la justice", ce serait aussi caricatural.

Le coucou a dit…

Irene,
bienvenue ici !

Suzanne,
je vais me joindre à vous pour prier Mike de laisser sa guitare au vestiaire du blog avant de venir commenter.
Sur vos remarques, je suppose qu'elles sont justes : on est presque toujours assuré de se tromper avec les généralités. D'ailleurs et fort heureusement, j'ai eu plus d'une fois l'occasion d'observer des gestes estimables de personnes qui n'attiraient pas ma sympathie à priori. Néanmoins, j'aime bien cette idée, excessive, d'un océan de connerie qui explique l'état déplorable du monde.

Eric,
me voilà soulagé… Et pour tes ultimes critiques, il me semble que la réponse que je viens de faire à Suzanne devrait à la fois te conforter et me disculper… :-)))

GdeC a dit…

@le coucou :me mettre en lien sous le mot majorité, voilà qui me fait sourire, et peut prêter à ironie...

Le coucou a dit…

GdeC,
j'ai complètement oublié la raison de ce lien… Je suppose que le contenu de ton billet était en rapport, cependant?