mardi 29 avril 2008

Conseils au maire débutant —8

On peut souhaiter d'un maire à l'orée de son mandat, qui s'apprête à entonner ses premières allocutions, tel un coucou à l'éclosion du printemps, qu'il choisisse avec soin le style de sa fonction future. Nul doute qu'il trouvera l'inspiration dans ce court chapitre —sinon matière à se situer. Il existe quatre espèces principales de maires ruraux, inégalement réparties sur le territoire national en raison de l'aléa électoral. Les mairologues distinguent ainsi : le maire père, à l'affection bourrue dont, pourrait-on dire paraphrasant Hugo, chaque villageois reçoit sa part et tous les administrés l'ont en entier. Le maire mère, variante féminine du précédent plus porté à couver la nichée communale, éclos trop rarement encore de nos urnes machistes. Le maire père fouettard, qui a fait de l'Ordre sa muse, et pond les arrêtés municipaux comme d'autres des vers épiques. Le maire commun, qui connaît par son nom chaque électeur inscrit, réalise le moins de choses possible pour ne mécontenter personne, et fait du Code général des collectivités territoriales son livre de chevet. Enfin, il faut citer un nombre indéterminé de sous-espèces difficiles à décrire, tirant leur originalité d'un mélange plus ou moins harmonieux des caractères précédents.
Quelle sorte de maire sera notre débutant ? Il lui appartient de choisir dès à présent son plumage.

3 commentaires:

claire a dit…

Plumage de la tranche de jambon dans le sandwich d'un pain non complet.

claire a dit…

http://www.oiseaux.net/dossiers/gilbert.blaising/il.se.prononce.comme.il.s.ecrie.html

Un peu de culture sur le monde des coucous!!!

Anonyme a dit…

Il me semble que le blog de monsieur Fraysse que je salue au passage à été créé dans le but de permettre à chaque clavésiens et clavésiennes de pouvoir émettre son opinion ,narrer ou révéler un événement et s’exprimer sur la vie du village ou autres événements de façon anonyme ou pas ,ce n’est pas un concours aux nombres d’écrits simplement dans le but de voir son prénom s’afficher au dessus d’un commentaire qui de plus suscite autant d’allégations.