mercredi 16 avril 2008

Une seule loi pour tous !

Les élections municipales vont certainement être annulées par le tribunal administratif…Les nôtres ? Non, celles de la commune Les Arcs-sur-Argens, à portée de bicyclette du sportif moyen clavésien. Et pourquoi donc ? Parce que la nationalité Belge d'une candidate ne figurait pas sur le bulletin de vote, en violation du code électoral. Vous ne voyez pas le rapport avec Claviers ? Je vous explique : chez nous, sur les bulletins de vote de la liste Alternative, se trouvait le nom d'une ressortissante Britannique sans indication de sa nationalité ! Je n'ai rien de particulier à reprocher à cette dame, sinon de s'être mise aveuglément au service d'un ambitieux, mais j'en connais un, et même beaucoup, qui se seraient volontiers saisis de son cas pour renvoyer la bande d'usurpateurs devant les électeurs. Eh bien, c'est impossible ! Non seulement parce que le délai de recours doit être dépassé, mais surtout parce que la population de Claviers étant inférieure à 2500 habitants, cette disposition de la loi ne la concerne pas. Pauvres de nous, petits villageois ! Le législateur a dû estimer que jusqu'à 2499 âmes, une communauté baigne forcément dans la clarté, la vertu, le consensus fraternel…

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Monsieur,

Soit vous avez beaucoup de temps libre, soit vous avez beaucoup de haine envers tout, tous, toutes et n'importe quoi.
Après le Maire nouveau voilà le tour d'une Britannique!!!
Battez-vous pour autre chose, passer à autre chose.
Ce blog doit vous amuser car vous ne devez pas avoir grand chose à faire de vos soirées ou de vos journées.
Je lis ce blog de temps en temps, cela m'a amusé un peu au début. A présent je dis adieu car vraiment il prend une tournure que je n'apprécie pas.

Le coucou de Claviers a dit…

Soit vous lisez en diagonale, soit votre esprit partisan vous égare. S'il y a un sentiment qui m'est étranger ici, c'est bien la haine, s'il y a un travers que je ne cesse de dénoncer ici, c'est la xénophobie. La dame britannique dont il est question dans mon billet n'est évidemment pas visée personnellement ! Dans la mesure où elle se présentait aux élections —un engagement qui, non seulement ne me gêne pas en soit, mais que j'approuve—, elle s'exposait à ce type de désagrément. Utilisée par le chef d'orchestre de sa liste, dont vous semblez proche, elle ne pouvait être totalement à l'abri des critiques de ses adversaires. Votre pratique de la contradiction biaisée n'est guère reluisante, je me réjouis de perdre un tel lecteur. JL Fraysse
Ps. à mon avis, votre indignation aurait été plus crédible si elle avait visé la mesquinerie de l'article en question du code électoral.

Anonyme a dit…

Que d'amertume !
Et si malgré tout un peu de vérité dérange, il y a moins de reproche à taire une vérité qu'à falsifier un mensonge.
Bien au contraire, merci à Mr FRAYSSE de nous distraire et de nous amuser avec son blog.
Ce qui s'est passé à Claviers est tellement triste q'un peu de fraicheur ne peut que nous apporter un peu de gaieté.
J'en ri volontier.