mercredi 30 avril 2008

Myopie

Le maire nouveau de Claviers fait paître des veaux sur un pré communal grand comme un mouchoir froissé pour démontrer sa conversion à l'écologie. Les braves bestiaux font des incursions nocturnes au village, cela donne de l'exercice aux agents communaux, et du coup, certains voient des veaux partout. Ça doit être pour ça que le maire nouveau ne voit pas d'opposition au village.

9 commentaires:

Cm a dit…

Ce sont les employés qui ont demandés au berger de faire paître les vaches dans le pré de la commune, mieux « veau » entendre des vaches qui beuglent que le vacarme d’une débroussailleuse, c’est bien plus écolo et c’est plaisant !!!!

Le coucou de Claviers a dit…

Meuh oui, pourquoi pas? jlf

claire a dit…

Pour ce qui est des vertus écologiques de la vache, il n'y a pas unanimité. L'âne et le mouton sont moins pollueurs et tout aussi sympathiques. Une convention entre la mairie et un propriétaire d'ânes (il y en a quelques-uns dans le village) pourrait se signer pour entretenir notre pré et les espaces verts communaux où c'est techniquement possible.

Ainsi nous serions dans une vraie démarche écologique.

Anonyme a dit…

et oui la vache n'est pas un animale ecolo par ses gazs disons ses pets qui envoie du co2 ... pas tres ecolo . a quand les pousses de bambou avec les koalas

Le coucou de Claviers a dit…

La prochaine fois, prenez au moins un pseudonyme pour signer, merci (choisir le bouton: Nom, et laisser vide le champ URL) JLF

clavésienne a dit…

1] Le méthane engendre environ 15% de l’effet de serre anthropique. Le méthane est un gaz qui se forme dès qu’un composé organique (un reste d’animal ou de plante) se décompose à l’abri de l’oxygène de l’air (par fermentation ou putréfaction), par exemple au fond de l’eau ou sous terre. Les réserves de gaz naturel ne se sont pas formées autrement que par la décomposition, il y a très longtemps, de plantes et d’animaux, qui se sont d’abord transformés en hydrocarbures liquides, puis en gaz. Une partie du méthane présent dans l’atmosphère est donc d’origine parfaitement naturelle, provenant notamment des zones humides (marécages, marais, etc) et...des termites !

Mais l’homme y rajoute sa part. Le méthane d’origine humaine provient :

- pour une part de la combustion, notamment des brûlis en zone tropicale (la combustion du bois est toujours une combustion imparfaite, qui libère dans l’atmosphère des composés mal ou pas brûlés, dont du méthane),

- de l’élevage des ruminants (vaches, moutons, chèvres, yaks...), car les aliments qu’ils ingèrent fermentent dans leur estomac, en dégageant du méthane (à titre informatif il y a environ 20 millions de bovins en France : le poids des vaches est supérieur au poids des hommes !),

- de la culture du riz, car les zones humides en général émettent du méthane (ce gaz se forme dès que des composés organiques se décomposent - "pourrissent" - à l’abri de l’oxygène de l’air, comme par exemple au fond des marécages, ou encore dans les sédiments océaniques),

- des décharges d’ordures ménagères (encore le "pourrissement" à l’abri de l’oxygène de l’air),

- des exploitations pétrolières et gazières, à cause des fuites de gaz (le méthane est le principal constituant du gaz naturel), et des mines de charbon (le méthane est le principal constituant du grisou).

Meuuuhhhhhhhhhhhhh..... a dit…

Je pense qu'une certaine bloggeuse est en pleine crise d’adolescence un peu comme moi ! Mais moi c’est de mon âge par contre, je trouve que pour elle c’est un peu tard ressaisissez vous Madame! J’ai l’impression d’être dans la cour de mon lycée.
L'adolescent est l'être qui blâme, qui s'indigne, qui méprise.
Que s'est-il donc passé au cours de votre adolescence ???????????????????????????????????

Le coucou de Claviers a dit…

Les attaques gratuites et anonymes ne sont pas à leur place ici.
Le temps de l'adolescence est souvent celui des excès, excès d'indignation et de générosité, toujours sympathiques.
Parfois, chez certains, domine par contre un comportement si conventionnel qu'on croirait être en présence de petits vieux.
Chez tous on trouve le goût du secret, mais les premiers sont plus courageux que les seconds : quand ils prennent position, ils se montrent sans masque.
Heureux ceux et celles qui savent rester jeunes, dommage pour celles et ceux qui sont nés sclérosés

Anonyme a dit…

Merci à " clavésienne " pour ces (ses) précisions.