mardi 6 mai 2008

Conseil au maire débutant —10

Dans l'affection toute paternelle qu'il porte généralement à ses concitoyens électeurs, le maire débutant est souvent porté à leur concocter de belles fêtes, tant son cœur déborde de gratitude. Cela est bien, mais s'il nous écoute, il en profitera pour glisser dans la liesse une petite touche de culture toujours bienvenue au pays de France… Nous lui conseillons ainsi de créer une troupe de majorettes municipales, avec le dessein d'en faire un symbole de l'idéal républicain. Il se trouvera bien quelque adjointe pour en prendre la tête en tutu et bonnet phrygien. Ce serait d'un bel effet, ainsi qu'un moyen sûr d'obtenir le ralliement des ultimes opposants.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Quelle idée merveilleuse de voir le ralliement des ultimes opposants en bonnet Phrygien.. puisque c'est votre idée
J'imagine bien les deux dames en tête de la troupe de majorettes avec le bonnet qui retombe un peu en avant et le tutu qui remonte beaucoup en arrière, leur troupe suivant, car se sont bien eux les opposants?

clavésienne a dit…

Bonjour cher monsieur Fraysse,

Je ne vous oublie pas ,mais tant de choses à faire cette semaine
De plus je savoure le printemps et j’essaie de penser à des choses plus sympa
la vie n’est déjà pas facile et de plus pas si longue le malheur des uns et des autres m’emeus moi petite clavésienne
Je continue à vous lire régulièrement et j’espère encore longtemps
Mais saisissons l’occasion du 8 mai pour réconcilier les satisfaits et les déçus même le temps d’une journée en ayant ce jour là dans notre esprit que la pensé de ces millions d’hommes , de femmes et d’enfants qui sont morts ou ont souffert ,par respect pour eux et pour ceux qui sont encore parmi nous ! à demain
Clavesienne

Le coucou de Claviers a dit…

Sous votre anonymat, on ne voit pas très bien dans quelle région pourrait se trouver la commune dont vous parlez. Il est vrai que les généralités d'un modeste manuel de conseils encouragent chacun à voir l'heure à sa porte. Chez nous, à Claviers, la situation serait malheureusement plus difficile, car le village est profondément divisé entre démocrates blessés et je-m'en-foutistes abandonnés à une fraction d'opportunistes.
JL Fraysse

Le coucou de Claviers a dit…

Merci Clavésienne, voici une citation en réponse à votre commentaire : «Il ne s’ensuit pas assurément que les peuples doivent mépriser la paix publique ; mais il ne faut pas qu’elle leur suffise. Une nation qui ne demande à son gouvernement que le maintien de l’ordre est déjà esclave au fond du cœur ; elle est esclave de son bien-être, et l’homme qui doit l’enchaîner peut paraître.» (A. de Tocqueville)