mercredi 21 mai 2008

Claviers ne dort que d'un œil

Il est difficile d'imaginer un moyen de tourner la page de l'élection clavésienne à la satisfaction de tous. D'autant que l'initiative devrait revenir à l'équipe aux commandes d'avoir à dénouer un conflit qu'elle a provoqué. Quelques voix, ici, ont souhaité un débat public, j'ai évoqué moi aussi cette éventualité en doutant de son intérêt : que pourrait-il sortir d'une réunion, à coup sûr houleuse, au cours de laquelle ne s'exprimeraient que les plus résolus partisans de chaque camp ? Je persiste à croire qu'une consultation publique sur un sujet symbolique, comme cette affaire de salle de réunion en mairie pour l'opposition, serait éclairante, parce qu'elle permettrait vraiment à la population de donner son avis, paisiblement. D'autres, comme la personne anonyme dont j'ai publié plusieurs commentaires depuis avant hier, proposent de nous fondre plutôt, tous, dans une belle union de façade pour le bien du village… C'est vouloir tourner obstinément le dos au mauvais coup porté au départ à la démocratie et en récompenser ses auteurs. D'autre part, à quoi servirait une union de façade si les rancœurs persistent ? Dans l'état actuel des choses, il n'y a vraiment pas de quoi nous réjouir en chœur, ou prendre en considération la réussite des manifestations festives à venir. Du reste, dans leur entreprise de conquête de la mairie, les "Alternatifs" ont si bien investi certaines associations organisatrices, qu'on en perd l'envie de participer à leurs réjouissances qui ressemblent à des démonstrations de force pour occuper le terrain de la fête comme ils ont occupé celui de la mairie. Enfin, s'il est évident que tout le monde aurait à gagner à la paix du village, ce ne peux être à n'importe quel prix. Le maire nouveau et son équipe paraissent plutôt enclins à multiplier les petites agressions à l'aide du pouvoir neuf dont ils disposent… Si cela se poursuivait, ne pourrions-nous envisager de nous tourner vers une autre forme de protestation qui s'appelle : désobéissance civile ? En d'autres termes, victimes d'une loi électorale injuste, nous pourrions aussi en décider les effets non avenus et nous considérer sans municipalité.

3 commentaires:

Micheline Starck a dit…

Aurions-nous un début d'écoute de la part des élus "majoritaires"?
En tout cas, ils lisent le blog ou en reçoivent des échos!
Ma remarque sur la présentation des conseillers municipaux, sur le site de la mairie, a porté ses fruits: nous sommes remis par ordre alphabétique!!!

Anonyme a dit…

BRAVO MICHELINE

Anonyme a dit…

A LA GRAVITE DES PROBLEMES IL FAUT OPPOSER L'AUDACE ET LA LEGITIMITE